Bannière entête

On en parle...

paru le 09/03/2017

 

 

 

 

Articles de presse Septembre

paru le 15/09/2017

 

 ,

Endurance équestre : les attelages ont fait le spectacle


Parade et remise des dossards au milieu du comice agricole. Photo DDM, Didier Gaubert.
Parade et remise des dossards au milieu du comice agricole. Photo DDM, Didier Gaubert.

Le décor de la place de la liberté s'y prêtait à merveille. Samedi, la parade a bien animé le comice agricole cantonal, ou vice versa, délocalisé à Castelsagrat. La cinquantaine d'équipages du championnat de France d'endurance équestre d'attelage ont reçu leurs dossards entre fruits, légumes, volailles, bovins et matériels agricoles. Une superbe ferme taille XXL encadrée par les cornières de la place de la liberté.

Parmi les concurrents de ce championnat, un seul était bien du cru. Il s'agissait du dossard 322 attribué à Jean-Claude Antonietti, le meneur, qui fait équipe avec sa fille coéquipière, Angel.

Dans ces compétitions spectaculaires, les chevaux sont contrôlés par l'équipe vétérinaire, mais les voitures le sont aussi pour la sécurité. Ainsi on remarquait des freins à disques sur les 4 roues. Une pédale actionne ceux de devant, l'autre l'arrière. Une troisième pédale freine la tourelle de direction du véhicule, pour ne pas tourner trop brutalement. À noter aussi les suspensions, soit par ressorts, soit pneumatiques, soit les deux. Bref, c'est le grand confort !

Après la parade, les départs se sont ensuite enchaînés l'après-midi au rythme d'un toutes les 2 minutes. Les résultats n'étant donnés qu'après la deuxième manche du dimanche, ils vous seront communiqués dans notre édition de mardi.

La Dépêche du Midi

 


,

Quand le Poney-Club ouvre ses portes..

En route pour une belle balade!/ Photo DDM.
En route pour une belle balade!/ Photo DDM.

La journée «portes ouvertes» s'est bien déroulée dimanche, au Poney-Club de Savenès, moments de détente et de découverte pour les enfants, sécurisés et confiants, dans un cadre bucolique, calme, où les adultes aussi en ont profité. Certains très petits se tiennent déjà fort bien, on sent la pratique! De nombreux nouveaux sont venus, tous les créneaux horaires ont été remplis et un nouveau cours est même envisagé si demande. Les enfants inscrits sont dirigés soit vers un groupe consacré à la balade, soit vers la technique, les jeunes adhérents choisissent et restent dans le même groupe toute l'année afin de favoriser la sociabilité et une évolution régulière. Une particularité dans le centre équestre : un cheval s'entraîne tout seul dans un petit manège où il tourne régulièrement, il est important pour les équidés de beaucoup marcher, cette installation permet de leur faciliter cette activité, l'animal semble apprécier l'exercice et être à l'aise.

Tarif horaire pour un cours de découverte : 20€ en collectif, 30€ en particulier. Ne pas hésiter à appeler Mlle Tabarin pour plus d'infos au 06 47 45 02 81.

La Dépêche du Midi

 


,

Fête du cheval ce dimanche

Une belle fête en perspective ./ Photo DDM
Une belle fête en perspective ./ Photo DDM

Tous les centres équestres organisent ce dimanche, la fête du cheval. Le Blagnac Constellation Equitation (BCE) s'inscrit tout naturellement dans cette démarche, en proposant son programme. «Tous les visiteurs pourront découvrir, redécouvrir ou bien plus simplement profiter des joies de l'équitation, et c'est en ce sens que nous avons prévu des activités», explique Marine Cousin, présidente de l'association, en détaillant le programme : «De 14 heures à 17 heures, il y aura un accueil personnalisé, puis la visite des installations, et enfin des baptêmes en poney gratuits (de 14 heures à 16 heures). Il y aura aussi des démonstrations de nos activités», poursuit-elle. Lesquelles sont grandement diversifiées : à 14 heures sur la grande carrière, un concours de saut d'obstacle, à 16 heures un trec épreuve concours en terrain varié et à 17 heures, du horse-ball. Sur la petite carrière, dès 14 heures : de la voltige. À 15 heures : des pony-games, et à 16 heures, un parcours de maniabilité et jeux à Shetlands. Avec un tel accueil et la diversité du programme, il reste à se rendre sur site (Chemin Saint-Jean, Colomiers) et pour en savoir plus : http ://www.achevalblagnac.fr et tél. 06 08 00 47 24.

La Dépêche du Midi

 

 


,

«Portes ouvertes» à la ferme équestre du Bourdalat

Des cavalières dans le manège couvert de la ferme équestre./ Photo C . V.
Des cavalières dans le manège couvert de la ferme équestre./ Photo C . V.

Le dimanche 17 septembre, la ferme équestre Le Bourdalat ouvrira gratuitement ses portes, dès 10 heures, permettant à tous de venir découvrir ses infrastructures et ses chevaux, nés sur les pentes pyrénéennes et concourant aujourd'hui en niveau national de Concours complet d'équitation (CCE). Au programme de cette journée découverte : initiations gratuites à cheval et poney, démonstrations, buvette, visites et inscriptions. Toute l'équipe vous accueillera et vous présentera une équitation de qualité, basée sur le respect total du bien-être du cheval, de son rythme et de son mental. Céline, la monitrice, effectue un travail remarquable sur la cavalerie (19 chevaux et 9 poneys) en s'inspirant des savoir-faire de l'éthologie et de l'«école de la légèreté» de Philippe Karl, qui bannit tout recours à la force. Une grande réussite dans l'apprentissage de l'équitation sur les chevaux et cavaliers puisque cela fait deux ans que plusieurs cavalières se qualifient et s'envolent pour les championnats de France dans la très technique discipline du CCE.

Pour tous renseignements, contacter le 05.62.97.16.58 ou bien sur le site : www.centre-equestre-pyrenees.com.

La Dépêche du Midi

 


,

Un succès pour la porte ouverte

Faustine et Jules conquis par l'équitation.
Faustine et Jules conquis par l'équitation.

Samedi 9 septembre, le Soucirac Cheval Club de la Grèze à Soucirac organisait tout l'après-midi ses portes ouvertes. Installés depuis cinq ans, Eléonore et Jérémy Marguerit ont atteint leur vitesse de croisière et au vu du nombre de curieux qui concrétisaient l'inscription de leurs enfants, la réputation est bien installée.

À l'instar de Faustine, 6 ans, et Jules 9 ans de Lamothe-Cassel qui ont pu, dans le manège couvert et sous l'autorité de Jérémy Marguerit, monter «Pepsi». La confiance était totale entre l'animal et les futurs cavaliers, à tel point qu'ils ont pu monter debout sur le dos du cheval et que cela a renforcé considérablement leur assurance.

Les cours sont dispensés les mercredis et samedis du débutant au galop 7. Des cours spécifiques obstacles et dressage sont également proposés. Des promenades d'une heure pour tous niveaux et de deux heures pour les cavaliers maîtrisant les trois allures ainsi que des randonnées à la journée, sont au programme. De nombreuses sorties dans le Lot en concours de sauts d'obstacles sont prévues cette année, puisque l'équipe compétition grandit d'année en année comme le nombre d'adhérents. Les cours ont commencé ce mercredi 13 septembre.

Eléonore Marguerit 06 87 62 79 94. Soucirac Cheval Club, la Grèze, 46 310 Soucirac. www.chevauxdulot.com

La Dépêche du Midi

 


,

Les belles randonnées équestres

Des randonnées dans un cadre unique.
Des randonnées dans un cadre unique.

Le Domaine équestre des bastides est situé sur les hauteurs des gorges de l'Aveyron, entre les villages de Bruniquel et de Montricoux. Ses 10 ha de prairie et de bois privé s'étendent sur le causse du Quercy au cœur d'une nature préservée à proximité de la forêt de la Grésigne.

Le club, qui existe depuis dix ans, a obtenu le label qualité Centre de tourisme équestre délivré par la FFE (Fédération française d'équitation). Il est ouvert toute l'année mais du printemps à l'automne, c'est la saison des balades et randonnées dans un cadre idéal au milieu de la nature, des paysages impressionnants, de beaux villages, avec des chevaux dociles et bien dressés et un encadrement de qualité, le tout dans la décontraction et la bonne humeur !

Programme

Au programme des randonnées équestres (septembre-octobre) :

Dimanche 17 septembre, rando de 9 heures à 12 h 30. Dimanche 24 septembre, sortie Trec (Technique de randonnée équestre de compétition). Dimanche 1er octobre, la forteresse de Penne, vue du ciel, de 9 heures à 12 h 30. Dimanche 8 octobre, Cazals et les gorges de l'Aveyron, de 9 heures à 18 heures. Dimanche 15 octobre, Bruniquel par les combes, crêtes et causses, de 9 heures à 12 h 30. Dimanche 22 octobre, sur le chemin des Templiers, de 9 heures à 18 heures.

Domaine équestre des bastides, 2289, route de Gardes, à Bruniquel, tél. 05 63 67 56 44, 06 15 65 49 85. Toutes les infos et tarifs sur le site internet : www.domaine-equestre-des-bastides.fr et sur la page Facebook : https ://www.facebook.com/DomaineEquestreDesBastides82

La Dépêche du Midi

 


,

180 adhérents au Pôle équestre de Montauban

Nicolas Del Blanco entouré de Lauriane Gontier et de Marion Leclercq, secrétaire./ photo DDM, Hélène Spring
Nicolas Del Blanco entouré de Lauriane Gontier et de Marion Leclercq, secrétaire./ photo DDM, Hélène Spring

Chemin de Garrisson, à deux pas del' hippodrome, l'association du Pôle Équestre de Montauban (PEM) fait sa rentrée. Nous avons rencontré son président, Nicolas Del Blanco.

Comment s'est déroulée votre première année d'exercice ?

Nous avons su donner une nouvelle impulsion à ce centre équestre. La mairie est propriétaire des lieux et nous a beaucoup aidés financièrement en réalisant des travaux. Les sols des deux carrières ont été refaits avec du sable de rivière, le toit et les vitres du manège couvert ont été réparés. Nous formons une équipe compétente, diplômée, dynamique et passionnée.

Combien de cavaliers regroupez-vous et quel est leur profil ?

Nous sommes une association qui compte 180 adhérents, soit 80 de plus que l'an dernier. Nous accueillons des enfants dès 3 ans autour des activités baby poney jusqu'à la compétition. Notre école d'équitation, encadrée par des moniteurs diplômés d'état, s'adresse à tous : débutants ou cavaliers confirmés, en recherche de compétition ou de cheval de loisir !

La structure correspond-elle à vos besoins ?

Nos installations sur un site de 4 ha, aux portes de Montauban près du golf, nous permettent d'héberger 50 chevaux. La structure est exceptionnelle avec 2 carrières, un manège couvert, un rond de longe et d'Havrincourt, un accès à la piste de l'hippodrome.

Quelles formules proposez-vous à vos cavaliers ?

Nous proposons des cours particuliers, des forfaits pour une ou deux heures par semaine, une carte de 10 heures valable 4 mois, des stages. Lauriane Gontier et Jean-Philippe Martin sont nos instructeurs. Nos adhérents passent leurs galops, sortent en concours CSO et complet. Une écurie de propriétaires vient s'ajouter à nos activités et permet de prendre des chevaux en pension à partir de 190 €/mois. La sécurité et la convivialité sont les maîtres mots du PEM.

Contact : Chemin de Garrisson à Montauban - poleequestre.m@orange.fr – 05 63 03 66 32 – 06 29 59 82 95

La Dépêche du Midi

 

 


,

«Portes ouvertes» au club hippique

Le 17/09/2017

Le centre équestre vous attend./ Photo DDM R. M.
Le centre équestre vous attend./ Photo DDM R. M.

 

Dimanche 17 septembre, ce sera la fête au centre équestre de Marsan avec l'opération «portes ouvertes». Les gérants Justine Lacoste et Léopold Delencre, en partenariat avec Clara Toulemonde, de l'association Le Lasso, ont élaboré un programme de choix. Les baptêmes poneys auront lieu gratuitement toute la journée de 9 h 30 à 12 h et de 14 h à 17 h. On pourra aussi assister à des spectacles équestres de 11 h 30 à 12 heures et de 14 h 30 à 15 heures. Enfin, dans le cadre de la charte des journées «portes ouvertes», des initiations à l'équitation sont prévues de 10 h 30 à 12 h 30 et de 15 h à 17 h.Restauration sur place.

La Dépêche du Midi

 

 


,

Visite des écuries

Les Écuries Martraises./ Photo DDM
Les Écuries Martraises./ Photo DDM

 

Dimanche 17 septembre, aura lieu les portes ouvertes du centre équestre «Les écuries martraises» de 14h à 17h avec, au programme, des baptêmes à poney gratuits, la visite des installations (du manège, de la carrière, des écuries, de la sellerie....), découverte du cheval, entraînement de saut d'obstacle à 15h, café offert. Alexis Durand, responsable du club, vous accueille au milieu des bois de Montoulies à Martres-Tolosane et propose toute l'année des cours collectifs ou individuels pour les enfants à partir de 3 ans à poney (baby-poney), pour les adultes à cheval : dressage, saut d'obstacle, voltige, promenades organisées sur réservation ; accueil des chevaux en box ou au pré en pension ou demi-pension. Pour tout renseignement : Alexis Durand quartier de Montoulies 31220 Martres-Tolosane06.10.39.68.02

La Dépêche du Midi

 


,

Le centre équestre de Vors ouvre ses portes dimanche

Le centre équestre de Vors ouvre ses portes dimanche
Le centre équestre de Vors ouvre ses portes dimanche

 

Le centre équestre de Vors ouvre ses portes pour la journée du cheval dimanche 17 septembre. Programme : à 11 heures, baptême à poney; de midi à 14 heures, repas (voir au club); à 14 heures, TREC; à 16 heures, concours du poney le mieux déguisé. à l'attention des propriétaires : si vous voulez participer avec vos chevaux, c'est possible ! Inscrivez-vous au 06 03 33 86 12. Situé sur la commune de Baraqueville, le centre équestre de Vors propose des pensions et cours d'équitation. Toutes les activités sont encadrées par des moniteurs diplômés d'état. Riches de leurs expériences, les moniteurs peuvent vous accompagner autant en dressage, CSO, CCE, TREC, loisir et bien d'autres disciplines. Du cavalier débutant au confirmé ! éleveurs et dresseurs, ils seront de bon conseil pour les cavaliers propriétaires, et cela peu importe leur âge et leur niveau de travail, toujours dans un esprit de respect mutuel, le centre équestre se veut convivial et respectueux.

La Dépêche du Midi

 


,

Le club met un terme au concours hippique national

Une décision difficile à prendre pour Vincent Halphen./ Photo DDM J-C.C.
Une décision difficile à prendre pour Vincent Halphen./ Photo DDM J-C.C.

Devant les difficultés rencontrées lors du concours national de sauts d'obstacles, qui s'est déroulé du 18 au 20 août dernier à Souillac, l'équipe du club souillagais que dirigent Déborah et Vincent Halphen a décidé de ne plus le reconduire. Explications avec Vincent Halphen.

Pourquoi avez-vous décidé d'arrêter le concours ?

Ce concours a été mis en place il y a maintenant près de cinquante ans, et était une manifestation phare de la cité souillagaise. Mais il rencontre de plus en plus de difficultés pour se maintenir au niveau national, surtout côté financier mais aussi humain.

Qu'entendez-vous par côté financier ?

Nous rencontrons de plus en plus de difficultés à trouver le budget nécessaire pour maintenir un concours de qualité avec des cavaliers et cavalières de bon niveau. De plus, et cela depuis deux ans, nous rencontrons des problèmes d'alimentation électrique qui nous empêchent, lors des nocturnes, d'ouvrir la restauration et la buvette, d'où un manque à gagner important. Je pense qu'il est regrettable que pour toutes ces raisons, qui auraient pu et même dû trouver une solution, ce concours de qualité s'arrête.

Et en ce qui concerne le côté humain ?

Là aussi, et ce pour la première fois, nous avons essuyé des attaques verbales avec le voisinage qui ne supporte plus le bruit lors des épreuves nocturnes ; elles ne se déroulent pourtant qu'une fois par an et en été. Je me suis fait moi-même agresser verbalement, ainsi que mes bénévoles. Aussi, pour toutes ces raisons, nous préférons arrêter ce concours national.

Quelles vont être les conséquences pour l'avenir du club ?

Pour autant le club hippique continue à accueillir des jeunes et moins jeunes pour le loisir et la compétition. Le concours national s'arrête mais cela n'empêche pas les enseignants du club, Déborah, Justine et moi-même, de se préparer pour les prochains championnats de France des enseignants. Ils se dérouleront à Saumur les 2 et 3 octobre avec l'espoir de porter haut et loin les couleurs lotoises et souillagaises en particulier. Le challenge du conseil départemental de CSO reprendra dès le 24 septembre à Cahors pour les plus jeunes.

Propos recueillis par notre correspondant Jean-Claude Cristol

 

 


,

3 médailles et une bonne saison pour Western Paradise

Lola a été sacrée pour la deuxième fois./ Photo J. N.
Lola a été sacrée pour la deuxième fois./ Photo J. N.

 

La ferme équestre Western Paradise propose l'équitation western, ce qui est rare, et bien sûr l'apprentissage pour être un bon cavalier. Des «Portes ouvertes» ont lieu les 16 et 17 septembre, de 9 heures à 18 heures : baptêmes, initiation, démonstration… buvette sur place. L'école est ouverte dès l'âge de 3 ans. L'établissement est labellisé FFE, école poney, école cheval, cheval étape.

L'école a participé à diverses manifestations, notamment spectacle à Marciac, défilé de la Saint-Louis. Lola Saint-Picq conserve son titre de champion de France pour la deuxième année sur «Willow». Emma Emery est vice-championne de France avec «Alaya». Madeline Jouve prend la 3e place catégorie club 1 en performance western avec «Vicky». De bons résultats et une bonne saison pour la satisfaction du coach, Sonia Jouve. Rendez-vous pour les «Portes ouvertes» le 16 septembre.

Janine Noguez

 

 


,

Lucie et Agathe aux championnats de France équestres

Agathe lors de son épreuve de cross à Lamotte-Beuvron./ Photo DDM.
Agathe lors de son épreuve de cross à Lamotte-Beuvron./ Photo DDM.

Au centre équestre du Montcalm, l'été a été riche en animations et activités. Avec, qui plus est, une première cette année : la participation de deux cavalières du centre aux prestigieux championnats de France qui se sont déroulés à Lamotte-Beuvron (près d'Orléans). Ces championnats sont un événement équestre qui se déroule chaque année à Lamotte-Beuvron la troisième semaine de juillet, pendant dix jours, et qui rassemble de nombreux cavaliers répartis par tranches d'âge.

Pour participer aux épreuves il faut avoir accumulé les bons résultats durant la saison. Toutes les disciplines et tous les niveaux clubs et poneys sont représentés (saut d'obstacles, dressage, cross, trek…) lors d'épreuves qui tiennent lieu de championnats de France pour la plupart.

Pour être sélectionnées au concours complet d'équitation club 2 composé des trois disciplines, que sont le dressage, le cross et le saut d'obstacles, Lucie et Agathe ont participé à plusieurs compétitions tout au long de l'année et ont beaucoup travaillé.

Du concours, elles n'ont rien remporté, mais elles ont terminé très honorablement leurs trois épreuves et sont rentrées en Ariège avec des souvenirs plein les yeux et le sourire aux lèvres. Prêtes à concourir à nouveau l'année prochaine. Edith, leur monitrice, est très fière de ses élèves et du travail accompli depuis cinq ans maintenant. Travail, efforts de tous les instants qui commencent à porter leurs fruits. Bravo à toutes les deux !

La Dépêche du Midi

 


Benjamin Aillaud : "rentrer dans le top 4 mondial"

lundi 11 septembre 2017

Membre de l'équipe de France 2ème du CAI0 de Breda, Benjamin Aillaud a signé une 5ème place individuelle avec ses chevaux du Haras du Pourcaud et fait maintenant route vers Donaueschingen où il visera un podium espérant ainsi rentrer dans le top 4 mondial des meneurs.

Benjamin Aillaud largeL

FFE / PSV

Benjamin Aillaud

Comment s'est passé le concours de Breda ?

"J'étais très content de mes chevaux sur les 3 tests. Ils ont fait un très beau dressage mais plus ou moins bien noté selon les juges. On avait  un très gros marathon à la fois technique et physique . C'était très dur avec de mauvaises conditions météo (du froid et de la pluie) mais le parcours avait heureusement réduit à 7 obstacles. J'ai fait une faute à la maniabilité. Je suis toujours un peu "short" en temps sur la mania et là il y avait un temps compliqué. J'ai voulu protéger les chevaux dans une courbe. Je les ai préparés trop tôt et j'ai léché une quille de trop près. C'est de ma faute mais ils sont désormais super disponibles après le marathon et vont devenir d'une grande précision. En tout cas ils sont entrain de murir énormément.

Tous les Français ont bien "performé" à Breda...

Oui c'était super. Sur la maniabilité Sébastien (Mourier) a gagné , Anthony (Horde) était 5ème et moi 7ème. On a fait une démonstration de menage et on a fini de battre les Allemands. Il y a une belle relation entre les membres de l'équipe de France. C'est aussi tout le travail fait au pôle France, qui commence à payer. alors il faut qu'on garde la pêche et l'énergie.

Quels est la suite du programme ?

Je suis parti directement de Breda pour le CAI*** de Donaueschingen. Je vais essayer d'aller chercher un podium. A Breda je n'en étais vraiment pas loin. C'est faisable et cela pourrait me permettre de rentrer dans les 4 meilleurs mondiaux; Je suis déjà assuré d'être dans le top 10 et donc de courir la coupe du monde d'attelage cet hiver mais si je suis dans les 4 je pourrai choisir mes épreuves. Après je pars à Lipica pour le championnat du monde d'attelage à 2 chevaux car je suis entraîneur de l'équipe de Slovénie. Ensuite ce sera le Master Pro d'attelage à Lignières (6 au 8 octobre) puis les chevaux du Haras du Pourcaud prendront du repos avant un stage équipe de France. On ne lâche pas l'affaire ! (rires). Les jeux mondiaux c'est l'objectif de l'année prochaine. En tout cas je suis content car pour l'instant je tiens les objectifs que j'avais fixés avec le Haras du Pourcaud, à savoir terminer dans les  10 au championnat d'Europe, rentrer dans les 10 meilleurs mondiaux...On a une belle régularité mais ça reste des jeunes chevaux. Je les ai menés pour la 1ère fois le 14 juillet l'année dernière. J'ai fais un gros boulot avec mon équipe l'hiver dernier  et je commence à en récolter les fruits.  Je m'inspire toujours autant de ce que je fais en spectacle. Et pour moi la relation au cheval est primordiale. Je tiens toujours compte de l'état d'esprit des chevaux et ils comprennent vite.  

Photo d'archive par FFE / PSV

Propos recueillis par Claire Feltesse

 


,

Lilou Ducastaing en équipe de France

Sports - Équitation. Concours complet poney as

Lilou Ducastaing concourra en concours complet poney as, le très haut niveau dans la catégorie poney.
Lilou Ducastaing concourra en concours complet poney as, le très haut niveau dans la catégorie poney.

 

 

 

C'est un long périple qui attend Lilou Ducastaing cette semaine. À quelque 1.400 km de la Bigorre, la jeune cavalière s'apprête à vivre son premier concours complet international, à Varsseveld, aux Pays-Bas, cité frontalière de l'Allemagne qu'elle rejoindra par la route.

Et c'est avec un dossard tricolore que la jeune sportive de 14 ans, licenciée aux écuries de Renaudine, concourra en concours complet poney as, le très haut niveau dans la catégorie poney, pas si éloignée que cela du haut niveau, comme l'explique Annie Segrestain, entraîneur de Lilou. Cavalière aguerrie au saut d'obstacles, Lilou Ducastaing doit sa sélection en concours complet à ses bonnes prestations cette saison, notamment à sa 5e place en juillet aux championnats de France de Lamothe-Beuvron en AS 1, catégorie juste en dessous de la catégorie grand prix. Repérée par Emmanuel Quittet, entraîneur national, celle qui n'est encore que collégienne est partie en stage de préparation à Saumur, juste avant de préparer l'échéance de Varsseveld, aux Pays-Bas, cette fin de semaine. Elle montera «Winnetou», le poney qui a accompagné Lilou Ducastaing à Lamothe-Beuvron, compagnon qui a déjà participé aux championnats d'Europe l'an passé.

Pur produit des écuries Renaudine qu'elle fréquente depuis quelques années, Lilou aura certainement l'appréhension des débutantes au moment de commencer ce premier rendez-vous international.

«Mais elle est talentueuse et passionnée», modère Annie Segrestain.

 

 

 


,

En selle avec Alexandrine

L'arrivée toute proche pour Alexandrine Tapis./ Photo DDM
L'arrivée toute proche pour Alexandrine Tapis./ Photo DDM

Encore une fois, le sport local a été couronné de succès avec cette fois-ci du cheval. Alexandrine Tapis, jeune cavalière tout juste âgée de 14 ans a remporté le titre de championne de France endurance AS junior (14-18 ans) qui se sont déroulés à Aumont-Aubrac (Lozère) le 12 août dernier au sein de l'équipe de région avec Anna Canches et Léa Cambefort. Soixante-quatre cavaliers et les meilleurs chevaux d'endurance représentant les régions de toute la France y étaient engagés sur l'épreuve quatre-vingt-dix kilomètres.

La jeune locale a su parfaitement gérer cette belle course très technique et vallonnée de Aumont Aubrac la terminant brillamment avec sa jument Raissa de St Pierre en pleine forme. Alexandrine a couru pour l'équipe de la Région Midi Pyrénées et avec ses excellents résultats ils ont remporté une belle dixième étoile.

La Dépêche du Midi

 


,

L'école d'équitation a fêté ses 30 ans

Mimi cra cra, ponette de 45 ans, mascotte du club depuis l'ouverture.
Mimi cra cra, ponette de 45 ans, mascotte du club depuis l'ouverture.

Le week-end dernier l'école d'équitation de Montgay à Nailloux a fêté ses 30 ans et avait réuni à l'occasion toutes les générations d'anciens élèves depuis l'origine. Créé en 1987, par Véronique et Alain Laffitte, le Poney Club a progressivement développé des activités autour des poneys, puis des chevaux, en associant le jeu et l'enseignement de l'équitation traditionnelle. Tous les niveaux d'équitation sont pratiqués jusqu'à la compétition et l'école a recueilli tout au long de sa carrière de nombreuses médailles en championnat de France ou d'Europe.

Pour cette fête, plus de 250 personnes, qui ont fait ou qui font partie de l'aventure, avaient répondu à l'invitation de Véronique lancée sur les réseaux sociaux «On s'était dit dans 30 ans…». Après une visite du domaine et les nouvelles inscriptions pour la saison, ils se sont réunis, dans le parc, pour en prendre plein les yeux avec la compagnie «Toi d'abord», de Thomas Lafitte, qui présentait un spectacle de «clowns catapultés» (des acrobaties de cirque sur une planche à bascule). Une auberge espagnole a suivi le spectacle jusque tard dans la nuit. Pour Véronique «c'était une soirée très touchante, un instant de convivialité et de partage, le plaisir de retrouver des personnes qui ont passé une tranche de leur vie à Montgay».

Michel Dutech, le maire, qui assistait à la soirée en tant qu'ancien élève confirme «Trente ans après, j'ai eu le plaisir de retrouver des enfants, devenus adultes, dans ce lieu chaleureux et familial. Ancien élève de Véronique, j'ai fait des randonnées sur les coteaux et suivi l'école d'équitation. Je me souviens de la table de la ferme auberge de Montgay tenue par Mamie David. Un lieu qui a une histoire géré par des femmes passionnées et compétentes».

Contact : montgay.equitation@gmail.com 06 08 94 79 72 ou 06 38 48 27 11

La Dépêche du Midi

 

 


,

Le centre équestre ouvre ses portes

Cavalières au centre équestre du Montcalm./ Photo DDM.
Cavalières au centre équestre du Montcalm./ Photo DDM.

Après un été riche en animations et en activités, le centre équestre du Montcalm fait sa rentrée et propose de participer à ses journées «portes ouvertes» qui auront lieu mercredi et samedi, de 14 h 30 à 17 h 30. Pour tous les visiteurs, ces deux journées seront l'occasion de découvrir le site exceptionnel du centre qui s'étale au pied des montagnes et qui longe la rivière, ses infrastructures de qualité, son équipe hyper dynamique, sa cavalerie adaptée au niveau et à l'âge de chacun et les nombreuses activités proposées tout au long de l'année. Au programme de ces journées : visite libre de la structure, «équi'troc et vide-sellerie» (apportez votre matériel d'équitation à vendre ou à échanger…), atelier de pansage des poneys et baptêmes à poney gratuits, renseignements et inscriptions, démonstrations à cheval (samedi seulement). Et pour le plaisir de tous, goûter offert par l'association Cavale.

À noter aussi que pour les cavaliers déjà inscrits, la reprise des cours se déroulera samedi.

Pour tous renseignements, appeler Edith au 06 17 96 84 16 ou edith.zenou@wanadoo.fr.

La Dépêche du Midi

 


,

C'est la rentrée au poney club

La joie de pratiquer l'équitation
La joie de pratiquer l'équitation

Ça y est, c'est la rentée également au poney club de Montech. Les cours reprennent et les inscriptions aussi (premier cours d'essais offert). Vous pourrez faire des balades en mains à partir de 18 mois sur rendez-vous. Il vous est également proposé une initiation à partir de 5 ans, la pratique de l'équitation de loisirs et de compétition, une écurie de propriétaire poney et cheval, des sorties en compétition club, poney et amateur ainsi qu'une section sport étude.

Tous les ingrédients sont là pour pratiquer un sport plaisir, proche de la nature dans un centre équestre structuré, labellisé, gage de qualité.

Tout au long de l'année vous pourrez pratiquer votre sport préféré, à l'abri ou en plein air. Le club est équipé d'un manège couvert de 80 m par 25 m, d'une carrière Lastik et de nombreux extérieur ; des berges du canal aux allées cavalières de la forêt d'Agre.

Un club House confortable chauffé et climatisé vous permettra de vous détendre avant et après votre séance, allié indispensable pour les parents.

Cavaliers propriétaires, votre cheval ou poney bénéficiera d'un grand box et avec son paddock individuel attenant.

Après un été très chargé et fort en émotion, le club a fêté ses 10 ans le 25 juin dernier. Un spectacle rassemblant 30 chevaux et poneys y participaient, suivi d'un repas et d'une super soirée disco.

Début juillet, après une très bonne saison de compétition, 14 cavaliers et 15 poneys sont partis en découdre à Lamotte-Beuvron au sud de Paris pour les championnats de France et 50 % des cavaliers se sont classés. Une cinquantaine de personnes, cavaliers et accompagnants ont passé 10 jours mémorables.

Après ces temps forts le club s'est transformé en accueil de stages en pension complète sur trois semaines entrecoupées de journées sur le cross.

Depuis mi-août, les chevaux et poneys se reposent, Ils sont eux aussi en pleine forme pour vous accueillir.

«L'équitation est un sport pour tous, explique Lionel, une passion à partager, la possibilité de s'épanouir en se dépassant avec des activités pour tous les goûts et en plus, c'est bon pour la forme et pour le moral».

La Dépêche du Midi

 


,

Richard Maraval : «On va profiter des quatre jours pour se régaler»

Equitation - Concours hippique

Richard Maraval, prépare sa jeune jument «Bayka Dubugué» avant d'aller concourir./ Photos DDM, P.Brassart.
Richard Maraval, prépare sa jeune jument «Bayka Dubugué» avant d'aller concourir./ Photos DDM, P.Brassart.

 

 

«Ce n'est pas beau ça ? !», lance Richard Maraval, président des Cavaliers Castres Montagne Noire, club en charge du concours hippique. Admiratif et satisfait de voir toute cette grande famille du cheval réunie ici à Gourjade, Richard Maraval se dit être «un organisateur comblé. On a réussi à créer un truc génial, à donner une belle suite au projet de François-Xavier Chadefaux, l'ancien président». En effet, après un passage à vide il y a deux ans, le concours hippique castrais retrouve enfin ses marques, et son prestige d'antan.

Après deux trois coups de fil passés, il se prépare cette fois-ci à enfiler sa casquette de compétiteur, ou plutôt, sa bombe d'équitation, et se dirige vers le camion où se trouve sa jument. «Je dois me dépêcher, je suis le 10e à passer en 1m20 pour les préparatoires», explique-t-il, pressé, avant d'ajouter : «je n'ai pas un haut niveau, mais j'adore ça. Je me régale !». Jusqu'à dimanche, treize autres licenciés de son club vont pouvoir, eux aussi, «se régaler» sur le terrain, minutieusement aménagé pour l'occasion. «Et cette année, on a baissé le niveau de l'épreuve pour faire participer les petits. D'ailleurs, notre jeune Matthis Filizzola sera là. Il a un grand avenir devant lui !», confie Richard Maraval, pendant qu'il brosse et prépare Bayka Dubugué, sa jeune jument. Selle, étriers, sangles, protections pour elle, bombe, bottes, pantalon et veste pour lui… Richard Maraval et Bayka Dubugué sont prêts et s'avancent vers le terrain. «Il est bien sablé, il ne glisse pas. L'équipe a fait du bon boulot», confie le président, impatient de concourir.

L'équipe, ce sont près 85 bénévoles du club, sur le pied de guerre depuis plusieurs jours. «C'est une grosse machine ce concours, mais tout le monde sait ce qu'il a à faire».

A 15 h 30, le président des Cavaliers Castres Montagne Noire est sur les starting-blocks à l'entrée de la piste. Pas de grande pression pour lui, «les préparatoires ne sont pas chronométrés, mais il faut faire attention à ne pas faire tomber de barre», explique-t-il avant de se lancer. Malheureusement, sa jument en bouscule une en tout début de parcours. Quatre points de pénalité pour Richard Maraval, «mais ce n'est pas grave, je me suis éclaté ! On verra ce week-end pour les challenges. Je suis confiant».

Les temps forts du concours

Jusqu'à dimanche, 24 épreuves se dérouleront sur les pistes du château de Gourjade. Au total, plus de 800 cavaliers sont attendus ! Aujourd'hui, dernier jour du concours, le public pourra assister aux performances des meilleurs cavaliers, sur des hauteurs allant jusqu'à 1m40. Ces épreuves sont ouvertes aux professionnels mais aussi aux amateurs qui auront la joie de fouler la grande piste réputée pour ses obstacles originaux et éducatifs. En fin d'après-midi, aura lieu la très spectaculaire épreuve des six barres qui fait appel à la puissance et à l'adresse des chevaux. Pour rappel, un village d'exposants et un service de restauration ont été installés sur les lieux.

Entrée gratuite jusqu'au samedi matin, 4 euros le samedi après-midi, 6 euros le dimanche (2 euros pour les enfants).

Le cheval et la compétition, une passion de mère en fils…

«Le 4e entre en piste !», annonce Luce Petrier, dans son talkie-walkie. Elle aussi, a une double casquette pour ce concours hippique, voire une triple. En plus d'annoncer l'entrée en piste des chevaux, d'organiser les remises de prix, Luce Petrier est cavalière, adhérente au club des Cavaliers Castres Montagne Noire depuis une quinzaine d'années maintenant. Ce week-end à Gourjade, elle jouera sa place sur les parcours amateurs d'1m10, 1m15 et d'1m20. «Mais je ne suis pas stressée», confie la Toulousaine d'origine.

Depuis quelque temps maintenant, cette cavalière de 34 ans «se consacre à Matthis», son fils. Le jeune garçon fait également partie du club. «Je le suis sur les concours, et je m'occupe de ses poneys», ajoute-t-elle. A tout juste 10 ans, le petit Matthis fait déjà parler de luidans le monde hippique. «Il a un bon feeling, il aime la compétition. Depuis quelque temps, il a pris la gagne», confie Luce Petrier. Depuis deux ans, il participe au championnat de France d'équitation. L'année dernière, il est arrivé 5e en individuel. Au mois de juillet dernier, à Lamotte-Beuvron, pour sa 2e participation, Matthis a obtenu la 14e place en individuel, et la 4e en équipe. «Il a tout donné lors de cette compétition», livre Luce Petrier, fière de son petit cavalier prodige. Ce week-end à Castres, Matthis participera aux préparatoires, en Poney E2 : 90 cm.

P.B.

 

 

 


,

À cheval toutes et tous

Un exercice de voltige à découvrir./ Photo DDM
Un exercice de voltige à découvrir./ Photo DDM

La ferme équestre de Daoudou met à profit la journée du cheval de la Fédération française d'équitation pour organiser, ce dimanche 10 septembre, de 15 heures à 17 heures, sa fête du club. Durant l'après-midi, se dérouleront divers petits spectacles équestres gratuits, animés par tous les cavaliers et cavalières de Daoudou. La remise des diplômes sera faite aux cavaliers de Daoudou. Des baptêmes à poney et à cheval vous seront offerts ainsi qu'un goûter pour les grands et les petits.

Ce jour-là, les inscriptions aux activités saison 2018 seront prises, à savoir :

Le mercredi, de 14 h 30 à 16 heures, cours poney confirmés ; de 16 heures à 17 h 30, cours poney débutants.

Le samedi, de 9 h 30 à 12 h 30, cours cheval débutant à galop 3 ; de 14 h 30 à 17 h 30, cheval galop 3 et +.

Le dimanche, de 9 h 30 à 12 h 30, divers ateliers (attelage, topographie, TREC, poney games, bourrellerie...); de 14 h 30 à 17 h 30, cours adultes.

La structure Daoudou est également ouverte toute l'année pour des balades à cheval en famille ou entre amis.

Réservation et informations complémentaires au 06 77 06 59 27, auprès de Marie-Pascale.

La Dépêche du Midi

 

 


,

Un concours hippique de rang national à Gourjade

Bernard Sainsardos ici l'an dernier lors du Grand Prix. Ce cavalier sera aussi présent ce week end à Castres./ Photo DDM, archives SB
Bernard Sainsardos ici l'an dernier lors du Grand Prix. Ce cavalier sera aussi présent ce week end à Castres./ Photo DDM, archives SB

 

Après un passage à vide il y a deux ans, le concours hippique de Castres a maintenant retrouvé toutes ses marques autour du président des Cavaliers Castres Montagne Noire Richard Maraval : «On maîtrise bien notre organisation, les inscriptions et notre budget» indiquait-il avant-hier matin lors de la présentation de cette manifestation qui accueille un concours national Pro1.

Dès aujourd'hui, et au moins cet après-midi vont commencer les séances d'entraînement et de découverte des terrains aménagés par la mairie de Castres sur le site de Gourjade. La compétition va ensuite se dérouler jusqu'à dimanche.

Au total, le concours devrait compter près de 250 cavaliers inscrits sur cette épreuve où vont se croiser des sportifs semi-professionnels et amateurs. «On aura l'occasion de voir au moins 800 à 850 passages tout au long du week-end» indique le président satisfait de voir des cavaliers régionaux ou locaux se presser aux inscriptions aux côtés de compétiteurs renommés. Ainsi, le concours castrais a l'assurance de voir participer des cavaliers tels que Patrice Plancha, Aurélien Pollet, Eric Lagarrigue (vainqueur du Grand Prix l'an dernier) ou encore Jérôme Lafforge et Bernard Sainsardos pour ne citer qu'eux.

Point d'orgue samedi et dimanche

On peut donc accéder gratuitement aux épreuves du concours aujourd'hui et demain sur le site de Gourjade pour voir les premiers tours. En revanche, l'entrée du concours est payante samedi et dimanche pour les épreuves majeures disputées sur un circuit dessiné par le chef de piste international Jean-François Morand (Entrée 4€ le samedi, 6€ le dimanche, 2€ les enfants).

Au cœur d'un espace de Gourjade qui accueille aussi un village de tentes où des nombreux exposants de produits destinés aux sports équestres seront en vente, de la restauration bien sûr et des animations, c'est bien sûr dimanche après midi que l'on attend le clou du week-end avec notamment l'épreuve de sauts d'obstacles «1,40 m» avant la burlesque course d'âne réunissant les meilleurs cavaliers. Mais la fameuse épreuve «6 barres» ne sera pas non plus dénuée d'intérêt et aura lieu samedi après-midi.

J.-M.G.

 


,

«Portes ouvertes» au centre équestre de l'Orge sucrée

Les élèves de l'Orge sucrée attendent de nouveaux compagnons.
Les élèves de l'Orge sucrée attendent de nouveaux compagnons.

Lors des journées «portes ouvertes», le samedi 9 septembre, vous pourrez découvrir l'équitation gratuitement, sous diverses disciplines. Vous pourrez aussi assister aux deux représentations données par les élèves, à 11 h 30 et à 15 h 30.

Le centre équestre de l'Orge sucrée compte un manège couvert qui permet de monter par tous les temps, ainsi que deux pistes à ciel ouvert pour les beaux jours. Les chevaux, nés et dressés sur place, sont d'un calme olympien et vous permettront de progresser rapidement, sous les conseils avisés de trois moniteurs diplômés et très compétents.

Les inscriptions se feront le jour même pour ceux qui ne l'ont pas fait sur le site du club : orgesucree.fr

Un petit creux, une grande faim, un petit restaurant sera mis en place pour égayer vos papilles.

Fanny et toute son équipe vous attendent avec impatience !

La Dépêche du Midi

 


,

Un dernier tour et puis s'en vont

Pas plus de 6 élèves pour un groupe : c'est une condition pour que chacun y trouve son compte./ DDM
Pas plus de 6 élèves pour un groupe : c'est une condition pour que chacun y trouve son compte./ DDM

C'est la fin des stages d'été à la ferme équestre de Saint-Gauzy. C'est aussi l'heure du bilan pour le dernier groupe qui a réuni 6 élèves de 7 à 13 ans. «Quand on rentre de balade, c'est le moment le plus important : il faut veiller à ce que les poneys aient à boire, bien ranger les équipements et garder l'œil sur les petits qui doivent être autonomes mais aussi s'entraider sans faire d'histoire», commente la plus grande avec assurance. À voir son élocution parfaite et son aisance relationnelle, on se dit que ce joli minois a dû grandement monopoliser l'attention de ses parents. Et de fait, Mya avoue être fille unique et avoir découvert la solidarité ici, à l'écurie. Diable ! La médiation animale ferait-elle merveille sur tous les publics, au-delà des cas sociaux et des enfants handicapés ? Probablement, car Lucie, 12 ans, qui monte depuis 10 ans en Espagne sans avoir jamais osé dire qu'elle avait la trouille, s'est bien amusée : «Là, j'ai vraiment pris plaisir car il n'y a pas de planning imposé et que tout se gère à la carte, en fonction des niveaux. Et en plus, j'ai compris comment fonctionnait un centre équestre ! Qu'on se le dise : à peine fini le temps des stages, la rentrée à Saint-Gauzy, c'est mercredi… Contact : 06 07 53 02 37.

La Dépêche du Midi

 


,

Pierre Barrère ouvre les portes de son domaine de Brioudes ce week-end

Les espoirs du club préparées par Dimitri. / Photo DDM, Roger Eychenne
Les espoirs du club préparées par Dimitri. / Photo DDM, Roger Eychenne

Plus de 400 jeunes cavaliers de moins de 18 ans vont s'affronter ce week-end des 9 et 10 septembre pour la première étape de la «Tournée des As» (poney) sur le domaine équestre de Brioudes de l'écurie Pierre Barrère. C'est la première épreuve, sur un total de 8, sur la région Occitanie. Les meilleurs jeunes de la région seront là. Le spectacle sera d'un très bon niveau, avec entrée libre précisons-le.

La première journée permettra de classer les cavaliers en deux catégories. La première moitié concourront en excellence le lendemain sur des obstacles à 1,30 m, la seconde moitié se départageant sur des obstacles à 1,20 m. L'objectif pédagogique de cette compétition, pour ces futurs champions, est de les mettre dans l'ambiance contraignante du haut niveau : logistique, adaptation aux conditions de la compétition, contrôles vétérinaires etc… La France est une nation forte en Saut d'obstacles, et ces jeunes sont là pour se préparer à imiter leurs aînés.

Pierre Barrere est très heureux d'avoir enfin à organiser cette compétition ; aussi, il a tout préparé dans les moindres détails, y compris le samedi soir la soirée cavalière avec DJ sur le thème des perruques ! Il profite aussi de l'occasion pour organiser pendant ces deux journées des portes ouvertes avec renseignements et inscriptions le samedi, et promenade le dimanche.

Renseignements : 06 62 36 29 94

R. E.

 


,

Le centre équestre a vingt ans

Chloé Viers et les bénévoles du club.
Chloé Viers et les bénévoles du club.

 

 

 

 

Pour les chevaux et poneys du centre équestre de Gourdon, c'est aussi la rentrée ! Sa présidente, Cloé Viers, fait un bilan et évoque le futur.

Où est votre club et que propose-t-il ?

Le centre équestre est situé à Roquemeyrine. Notre effectif est de onze chevaux et de cinq shetlands. Nous disposons de deux carrières en sable, d'un saloon, et d'une sellerie. Nous dispensons des cours d'équitation, et nous proposons des stages pendant les vacances scolaires, et nous accueillons en pension, chevreaux et poneys.

Quels ont été les faits marquant ?

Après plusieurs années de travail l'association ACE Gourdon a été récompensée cet été par l'obtention de labels qualité de la fédération française d'équitation : cheval et poney club de France, école française d'équitation et cheval étape extérieur.

Quels sont vos projets ?

Pour cette rentrée 2017 une petite nouveauté apparaît, une section sport et spectacle équestre sera ouverte le samedi après-midi. Les élèves pourront se perfectionner au saut d'obstacles et au cross en vue de sortir sur les épreuves de derby cross ou de concours complet. Ils pourront également découvrir une autre facette de l'équitation grâce à un travail de spectacle qu'ils pourront présenter en fin d'année. L'association propose également ses cours dès 3 ans en baby-poney, du débutant au galop 7 à tout âge, mais aussi, un accompagnement auprès des personnes porteuses de handicaps. Différentes animations seront proposées au cours de l'année afin de faire découvrir l'équitation autrement. Vous pourrez voir quelques démonstrations lors de la fête du cheval et du vide grenier qui auront lieu le dimanche 24 septembre… Enfin, nous fêterons cette année nos 20 ans d'existence.

Tél. 06 07 85 22 17 ; contact@ace-lotequitation.com.

Propos recueillis par notre correspondant J.-F. Laval

 

 

 

 

 


,

Journée du cheval au centre équestre

Le 10/09/2017
À cheval à Montrabé, au centre équestre de l'association Alert./ Photo DDM
À cheval à Montrabé, au centre équestre de l'association Alert./ Photo DDM

Dimanche 10 septembre de 14 heures à 17 heures, le centre équestre de Paucy-Montrabé ouvre ses portes à l'occasion de la Journée nationale du cheval. Centre équestre familial, l'association loisirs équestres en région toulousaine (Alert) se situe 15 chemin de Mondouzil à Montrabé au cœur d'un domaine de 8 hectares, véritable havre de paix pour pratiquer l'équitation en toute confiance.

Alert organise des baptêmes gratuits à cheval ou à poney, une visite de ses installations, des démonstrations équestres et un vide-écuries. Tous à cheval, le 10 septembre pour une après-midi nature en famille ou entre amis. Un bon bol d'air à partager et un coup de foudre pour ce sport en perspective.

Même si la saison a recommencé le 4 septembre, il est encore possible de s'inscrire. Les bénévoles de l'association, répondront à toutes vos questions et vous feront partager leur passion.

L'association Alert (centre équestre de Paucy-Montrabé) est située 15 chemin de Mondouzil à Montrabé (proche du collège). Renseignements : 09 73 53 70 23 ou loisirs.equestres@gmail.com

La Dépêche du Midi

 


,

Essais gratuits au Poney Club

Une si belle entente.
Une si belle entente.

Les inscriptions sont ouvertes au Poney Club des Bastides qui invite tous les petits cavaliers en herbe a des essais gratuits tous les mercredis de septembre.

Avec Delphine et Vincent les enfants apprennent en s'amusant, ils prennent du plaisir, ils ont envie de réussir et surtout ils n'ont aucune appréhension. De plus avec une pédagogie centrée sur la réussite, l'enfant développe peu à peu son assurance à poney, et ça l'aide à bien grandir ! Car l'équitation à poney le responsabilise, lui apprend la maîtrise de soi, le respect des consignes, le rend autonome...

La structure qui existe depuis maintenant plus de 10 ans est située près de Montricoux, sur 10 ha au cœur de la nature, les installations sont fonctionnelles et pensées pour l'enfant, le club est affilié à la Fédération Française d'équitation et a obtenu tous les labels de qualité.

Domaine Équestre des Bastides, Poney Club des Bastides

Renseignements et réservation d'essais gratuits au 05 63 67 56 44 / 06 15 65 49 85 www.domaine-equestre-des-bastides.fr

La Dépêche du Midi

 

 

 

 

 

 

 

 

 


,

Journées portes ouvertes aux Ecuries de Madère

Le 10/09/2017

Une vue des Ecuries de Madère./ Photo DDM, R. D.
Une vue des Ecuries de Madère./ Photo DDM, R. D.

Les Ecuries de Madère situées à 2 km des centres-villes de Léguevin et de la Salvetat-Saint- Gilles et Fontenilles organisent une journée portes ouvertes le dimanche 10 septembre 2017. Sam et Xavier de Quillacq, gérants des Ecuries de Madère ainsi que leur équipe de cavaliers passionnés vous attendent afin de vous faire partager leur univers et découvrir leur site. Les écuries mettent à disposition un manège couvert, une carrière, une salle de club fonctionnelle, plusieurs paddocks avec abris, un nouveau rond de longe et un circuit sécurisé de balade pour les petits. Pour accompagner votre projet sportif, des poneys dressés et bien soignés, des enseignants diplômés et une prise en compte professionnelle de votre sécurité et de vos attentes. Du baby poney dès 4 ans jusqu'aux adultes, une pédagogie progressive grâce à une approche éthologique permet de pratiquer l'Equitation à travers différentes disciplines telles que le dressage, le saut d'obstacle, la voltige, les jeux, l'éthologie…

Au programme de cette journée festive qui débutera à 11 heures jusqu'à 17 h 30 : Un accueil attentif pour chaque visiteur, une rencontre avec les enseignants, la visite du site, une prise de contact avec les poneys, des baptêmes à poney pour s'initier, des animations présentées par les élèves (16 h 30).

Une buvette sera ouverte toute la journée. A cette occasion, n'hésitez pas à venir en famille et à inviter vos amis à l'évènement. Ecuries de Madère - 35 bis chemin de Mader- 31 490 Léguevin. Tél. : 07 78 56 36 70.

La Dépêche du Midi

 


,

Cheval : Daoudou sera en fête

Que du bonheur pour les jeunes cavaliers! / Photo DDM
Que du bonheur pour les jeunes cavaliers! / Photo DDM

 

 

 

 

Comme chaque année, la ferme équestre de Daoudou, à l'occasion de la journée du cheval de la Fédération française d'équitation, organise, le dimanche 10 septembre, de 15 heures à 17 heures, la fête du club. Durant l'après-midi, se dérouleront divers petits spectacles équestres gratuits, animés par tous les cavaliers et cavalières de Daoudou. La remise des diplômes sera faite aux cavaliers de Daoudou. Des baptêmes à poney et à cheval vous seront offerts ainsi qu'un goûter pour les grands et les petits… venez donc nombreux !

Ce jour-là, les inscriptions aux activités saison 2018 seront prises, à savoir : le mercredi, 14 h 30 à 16 heures, cours poney confirmés; 16 heures à 17 h 30, cours poneys débutants.

Le samedi, 9 h 30 à 12 h 30, cours cheval débutant à galop 3 ; 14 h 30 à 17 h 30, cheval galop 3 et +.

Le dimanche, 9 h 30 à 12 h 30, divers ateliers (attelage, topographie, TREC, poney games, bourrellerie...); de 14 h 30 à 17 h 30, cours adultes.

Nous sommes également ouverts toute l'année pour des balades à cheval en famille ou entre amis.

Réservation et informations complémentaires au 06 77 06 59 27, auprès de Marie-Pascale.

La Dépêche du Midi

 

 

 

 

 


,

Le centre équestre en fête

Le 09/09/2017
Une scène choisie parmi le spectacle proposé/ Photo DDM
Une scène choisie parmi le spectacle proposé/ Photo DDM

 

 

 

 

La rentrée, c'est aussi la fête au centre équestre les Cavales rurales de Labastide de Lévis et cette année, la fête sera encore plus grande avec une soirée de spectacle «Feux et artifices» le samedi 9 septembre à 21h00. Comme son nom l'indique, les chevaux et leurs cavaliers seront mis en scène avec des tableaux de feux d'artifice, des jeux de lumières et des figures d'acrobatie et de voltige cosaque. La troupe médiévale de Cordes «Comme des gosses» et ses artistes de rue animera la soirée avec théâtre de rue , jonglerie, déambulation soit 2 heures de spectacle avec buvette et restauration sur place (entrée 7€) qui seront suivies par une soirée dansante avec l'orchestre Raph'man sons. Les personnes qui souhaiteront poursuivre la fête le lendemain dimanche avec une balade à cheval dans la campagne environnante pourront planter la tente sur le site, un accueil est prévu à cet effet. Les départs des randonnées équestres, ouvertes aux cavaliers avertis, seront échelonnés entre 7h30 et 9h30 pour des parcours allant de 15 à 25km. L'école d'équitation reprendra ses activités dès le début de la nouvelle année scolaire tous les mercredis après-midis et tous les samedis pour des cours ouverts à tous.

Renseignements par téléphone au 06 33 78 75 78

La Dépêche du Midi

 

 

 

 

 


,

Des projets pour la rentrée à l'Eperon du Buron

Philippe Dalat observe avec satisfaction les travaux de finition du petit manège réalisés par les bénévoles. / Photo DO
Philippe Dalat observe avec satisfaction les travaux de finition du petit manège réalisés par les bénévoles. / Photo DO

 

 

 

 

Pour le club équestre de Philippe Dalat, la période estivale a été très active afin de préparer la nouvelle saison quia débuté ce 1er septembre.

Ce fut l'occasion, par exemple, de mener à bien un projet qui lui tenait à cœur depuis longtemps avec la construction d'un petit manège qui permettra aux plus jeunes en particulier de pratiquer l'équitation par tous les temps.

Cette structure, dans l'attente du futur grand manège, fait également partie des équipements mis en place en vue de faciliter l'accessibilité des personnes en situation de handicap, un projet que caressait Philippe Dalat depuis longtemps.

Toujours avec cette volonté de s'adapter à tous les publics et leurs attentes, il envisage également de répondre aux sollicitations de la Fédération en développant d'autres activités telles qu'une école d'attelage et même, plus surprenant, le tir à l'arc à cheval quasiment absent au plan départemental. Tout ceci en veillant à cultiver l'esprit familial et convivial qui fait partie de l'image de l'Eperon du Buron en accueillant toutes les tranches d'âges depuis 3 ans pour l'apprentissage et le perfectionnement, sur les poneys et chevaux du club ou ceux qui sont accueillis en pension, dans la carrière, sur le parcours de saut d'obstacles mais également en promenade.

Toujours soucieux de s'ouvrir au grand public, le club s'associera aux prochaines journées du cheval en organisant ses portes ouvertes le 17 septembre avec visite des installations, démonstrations des activités, baptême à poney, promenades, etc.

Didier Oppein

 

 

 

 

 


Portes ouvertes au Centre équestre du Capricorne demain

Portes ouvertes au Centre équestre du Capricorne ce dimanche et le 10 septembre./  DR
Portes ouvertes au Centre équestre du Capricorne ce dimanche et le 10 septembre./ DR

 

 

 

 

Le Centre équestre du Capricorne ouvre ses portes les dimanches 3 et 10 septembre de 10 h à 17 h 30 à Saint-Lys. Les tours de poney y seront gratuits.

«Ces journées sont l'occasion pour tous, petits et grands, d'essayer l'équitation et de partager un moment avec les chevaux», confie Alexandra Wiorek monitrice. Le centre vous attend nombreux. Vous pourrez également vous informer sur les cours, balades, stages, anniversaires, concours et pensions. «Les cours reprendront le mercredi 6 septembre et le samedi 9 septembre», ajoute-t-elle.

Pour plus d'informations : 06 03 07 29 97. www.ceducapricorne.fr. 4131 route de Saint Clar 31470 Saint-Lys. Facebook : @CentreEquestreDuCapricorne

La Dépêche du Midi

 

 

 

 

 


C'est la rentrée aux Écuries Pachka

Anne Bridou et son cheval Dalady qui l'accompagne vers ses succès en concours régionaux et nationaux. /  Photo DDM.
Anne Bridou et son cheval Dalady qui l'accompagne vers ses succès en concours régionaux et nationaux. / Photo DDM.

 

 

 

 

Après une saison estivale bien remplie les cours vont reprendre au centre équestre de Castelmayran. Aux Écuries Pachka, l'été a été très actif avec de nombreux stages d'équitation mais aussi pour la maîtresse des lieux Anne Bridou, des concours dont le dernier à Pau-Sers lui a permis de remporter la première place du championnat du grand sud Pro 2, C'est sa 4e victoire à Pau-Sers. Ses nombreuses victoires ont ponctué ses 35 années au service de sa passion l'équitation, passion qu' elle adore partager avec ses élèves. Les cours sont de qualité et se déroulent dans une structure moderne et en pleine nature avec des intervenants qualifiés et reconnus par la Fédération Française d'Équitation. Des randonnées à cheval, une préparation aux galops, des cours de dressage et des balades à poney sont proposés les mercredi, samedi et jeudi soir selon le programme 2017/2018 à consulter sur le site http ://www.pachka.fr/. Les propriétaires de chevaux peuvent aussi les mettre en pension s'ils le désirent.

Aux Écuries Pachka, Anne Bridou, notre championne, prône le respect et l'amour des chevaux, elle en a 8 ainsi que 11 poneys. Elle insiste sur la convivialité essentielle pour bien apprendre, en proposant de nombreuses animations les week-ends et des stages lors des vacances scolaires. Venez en famille, découvrir ce bel endroit.

La Dépêche du Midi

Articles de presse Août

paru le 03/08/2017

 

 


,

Écurie de Sevennes : activités au triple galop

À l'Ecurie de Sevennes la journée portes ouvertes c'est le 10 septembre de 10 heures à 17 heures. / Photo DDM, CC
À l'Ecurie de Sevennes la journée portes ouvertes c'est le 10 septembre de 10 heures à 17 heures. / Photo DDM, CC

Depuis sa création en 2008, les cavaliers débutants ou confirmés, à partir de 4 ans, ont trouvé au poney club l'Écurie de Sevennes un cadre adapté à l'apprentissage et la pratique du poney et du cheval. Au fil des ans, l'Ecurie de Sevennes a évolué et diversifié ses activités. Cindy Llanas, monitrice responsable de la section compétition en charge avec Jean-baptiste Llanas du centre équestre, répond à quelques questions.

Quelles sont les nouveautés de cette rentrée équestre ?

L'équipe compétition, la «Team Sévennes» qui a déjà fait ses preuves lors des concours départementaux, nationaux, internationaux, ouvre une nouvelle section compétition «le pôle cheval compétition» dès ce 1er septembre Alaric Pochet, cavalier professionnel, diplômé d'état BEES 1er degré sera en charge de l'entraînement des cavaliers et des chevaux. De nouvelles activités telles que du spectacle équestre, du cross, de l'éthologie équine (comportement, compréhension et interaction cheval cavalier) s'ajoutent au poney game, randonnées, voltige et horse ball. Une autre nouveauté s'ouvre la buvette/restauration «Seven Hall»

Quels sont les plus du poney club ?

Il accueille pendant les vacances des stages tous niveaux, reçoit des écoles toute l'année dans le cadre de sorties scolaires et propose des cycles découverte de 5 séances pour les enseignants et leurs élèves.

L'Écurie de Sevennes est-elle en croissance ?

Si l'on pouvait il faudrait pousser les murs. Aujourd'hui, c'est 90 chevaux et poneys du club et de propriétaires, 350 licenciés, 5 moniteurs diplômés d'État, 6 salariés, 3 carrières Toubin & Clément (concepteur de sols équestres) un manège, un rond de longe, 54 heures de cours, pour les chevaux des tapis roulants pour les exercices et un solarium, 65 box et d'autres à venir. C'est du travail et on a encore de quoi faire. D'ailleurs, on recherche un palefrenier soigneur et un groom à temps plein.

Que voulez-vous ajouter ?

Nous organisons une journée portes ouvertes le 10 septembre de 10 heures à 17 heures, avec visite du site et baptême de poney ou cheval. Venez nous voir !

http ://www.poney-club-de-sevennes.fr/

Propos recueillis par C. C

 


Le cheval est le roi de l'hippodrome dès aujourd'hui

Foires et Salons

Du 01/09/2017 au 03/09/2017
Près de 15 000 personnes sont attendues à Grenade durant trois jours et près de 800 pour le spectacle Les Cavales./ Photo DR
Près de 15 000 personnes sont attendues à Grenade durant trois jours et près de 800 pour le spectacle Les Cavales./ Photo DR

À partir d'aujourd'hui et durant trois jours, l'hippodrome de Marianne sera animé par la nouvelle édition du salon Cheval roi.

Cette quatrième édition de l'événement équestre, une première à l'hippodrome de Marianne ravira, encore une fois, les passionnés de sport équestre avec un riche programme sur près de 13 hectares.

Les compétiteurs pourront apprécier, tout au long de chaque journée, les concours en saut d'obstacle, dressage, cross, horse ball, tir à l'arc à cheval, course de saut d'obstacle para-équestre, etc.

À côté, des animations rythmeront les six carrières du site : poney, éthologie (étude du comportement des animaux), présentation de races, cabaret équestre, conférences et village des exposants. Des animations hors cheval seront même prévues avec du golf, de la boxe, de l'escalade, de la gym, des expositions de voitures anciennes.

Un spectacle avec près de 200 chevaux sur 13 hectares

Cette fête, qui devrait rassembler près de 200 chevaux, sera bien évidemment marquée par la présence d'Hervé Godignon, qui détient l'un des meilleurs palmarès français en saut d'obstacle. Plusieurs fois médaillé (jeux olympiques, championnat d'Europe, de France, etc.) il est le parrain de cette nouvelle édition du salon et il animera des master class, samedi à 15 h 30 et dimanche à 14 h 30.

Le clou du salon équestre, qui devrait accueillir 15 000 visiteurs, aura lieu en soirée. La première journée du salon se clôturera avec la soirée VIP à partir de 19 heures (sur inscription). Ce soir à 20 h 45, les visiteurs pourront également profiter du spectacle équestre “Les Cavales”, organisé par le Cheval roi et avec la participation de l'artiste Vincent Liberator. Un spectacle de démonstration de la relation entre l'homme et le cheval, renouvelé samedi soir à 20 h 30 (tarif : 19 euros, avec entrée au salon).

Pratique : le salon sera ouvert dès aujourd'hui et jusqu'à dimanche de 10 heures à 19 heures. Tarifs : 8 euros, 6 euros en réduit et gratuit pour les moins de 4 ans, pour une journée sur le salon, à l'hippodrome de Marianne, route de Montaigut, 31 330 Grenade. Programme détaillé sur www.chevalroi.fr.

La Dépêche du Midi

 


La maison familiale fait des étincelles

Un spectacle magnifique.
Un spectacle magnifique.

C'est au cœur du Salon du cheval Occitanie à Toulouse, dans le cadre magnifique de l'hippodrome de la Cépière et sous un soleil radieux, que quatorze jeunes de la Maison familiale rurale de Terrou ont œuvré sans relâche, du 25 au 27 août. De la 4e au bac professionnel conduite et gestion d'entreprise hippique, accompagnés de leur équipe éducative et pédagogique, et sous l'impulsion d'Erick Chermette, leur directeur, ils sont intervenus tant sur la piste, lors de démonstrations de leur savoir-faire, que dans les coulisses. Ils ont ainsi dû assister les artistes équestres dans leurs numéros ou encore effectuer les changements de plateaux de manière rapide et efficace, pendant le déroulement du spectacle inédit Audaces, mis en scène par le voltigeur Laurent Douziech.

Les élèves de la MFR ont été félicités à de multiples reprises par les organisateurs du salon, pour leur implication active et souriante dans la logistique des nombreuses activités qui se sont déroulées pendant les trois jours du salon. Mais les jeunes lotois ont aussi été applaudis pour leurs prestations artistiques et parfois périlleuses, telles que poste hongroise, voltige, attelage en solo puis en tandem et travail à pied et en liberté avec un poney.

L'occasion aussi pour ces jeunes de rencontrer un ancien élève de la MFR de Terrou, Luc Parisis. Ce «chuchoteur» formé aux USA selon la méthode Pat Parelli, était présent au salon pour dévoiler quelques-uns de ses secrets de rencontres complices et positives avec les chevaux parfois des plus difficiles, avec les propriétaires en détresse venus solliciter son aide et ses conseils.

Une autre façon pour les jeunes de la MFR de vivre l'alternance et de construire leur métier en avenir aux côtés des professionnels du cheval sous toutes ses facettes : loisir, dressage, western, éthologique, dressage, etc. Une belle façon de débuter l'année scolaire 2017-2018 pour les élèves de la MFR et ceux qui désireraient construire leur parcours tant dans les métiers du cheval que des services ou le la petite enfance. Ils ont fait preuve d'un investissement et d'un engagement passionnés.

La Dépêche du Midi

 


,

Au centre équestre El Rio, un rallye le 10 septembre

Après avoir pris eux aussi de bonnes vacances, chevaux et poneys seront en pleine forme pour vous accueillir./ Photo DDM
Après avoir pris eux aussi de bonnes vacances, chevaux et poneys seront en pleine forme pour vous accueillir./ Photo DDM

Après de bonnes vacances pour les chevaux et les poneys, le temps de la rentrée équestre au centre équestre El Rio à Rignac a sonné.

Marie-Noëlle et Évariste vous attendent avec plaisir pour les inscriptions qui démarrent pour les petits et grands cavaliers, une année riche en activités se prépare. Obstacle, dressage, randonnée, jeux… Toujours dans une ambiance conviviale et familiale.

Le centre équestre El Rio et l'association Les Amis d'El Rio organisent, le dimanche 10 septembre, leur premier rallye équestre. Sur un circuit balisé de 3 heures en direction de Prévinquières, par des chemins ombragés, un casse-croûte en pleine nature et le repas final (palette de porc marinée et lentilles) au centre équestre. Les cavaliers seront accueillis au sein du lycée agricole. Pour toute inscription ou renseignement, veuillez nous joindre à El Rio au 06 03 26 08 35.

La Dépêche du Midi

 


,

Un «Robin des Bois» plus vrai que nature

Tous les jeunes cavaliers de la ferme équestre ont participé./ Photo DDM, Patrice Habermann.
Tous les jeunes cavaliers de la ferme équestre ont participé./ Photo DDM, Patrice Habermann.

À l'occasion des grandes fêtes du village, la ferme équestre de Coumariau avait elle aussi envie de partager l'événement. Ainsi, près de 150 personnes se sont massées dans les tribunes du manège afin d'assister au spectacle «Robin des Bois» interprété par les jeunes (et moins jeunes) cavaliers du site. Une représentation gratuite qui en aura surpris plus d'un. Des acteurs en costumes d'époque, des chevaux maîtrisés et une mise en scène sans faille, travaillée durant de longs mois. Tout ce petit monde s'est ensuite attablé autour d'une auberge espagnole ; là aussi, les petits plats avaient été mis dans les grands, avec comme toile de fond le majestueux mont Valier. Un après-midi mémorable qui aura sans doute donné envie à quelques-uns d'apprendre à monter à cheval.

À noter que la ferme équestre de Coumariau compte actuellement 280 cavaliers dans ses rangs, tous licenciés à la Fédération française d'équitation (FFE). Renseignements en contactant Lorena Sala au 06 76 99 85 52.

La Dépêche du Midi

 


,

Une nouveauté au centre équestre ACE Paint Horse

Une série d'obstacles pour développer la confiance à la fois du cheval et du cavalier./ Photo DDM.
Une série d'obstacles pour développer la confiance à la fois du cheval et du cavalier./ Photo DDM.

Le centre équestre ACE Paint Horse, à Marty, à dix minutes de Mirepoix, que dirige Anaïs Champarnaud, vient de s'ouvrir à une nouvelle discipline américaine, encore peu connue en France : le mountain trail et l'extreme mountain trail.

Anaïs, jeune femme dynamique et passionnée par les chevaux, a créé son centre l'an passé, en se spécialisant dans l'équitation éthologique, une technique qui permet d'apprendre à observer le cheval pour mieux communiquer avec lui, de savoir comment se comporter face à ses réactions et lui faire comprendre en douceur ce que l'on attend de lui.

Cette nouvelle discipline, le mountain trail, consiste à ce que le cheval et son cavalier passent une série d'obstacles au pas dans un parcours. Alors que l'extreme mountain trail exige d'évoluer au travers de ces obstacles à des allures plus rapides avec une combinaison de changements d'allure. Le but est de développer la confiance à la fois du cheval, du cavalier et du couple cheval-cavalier afin d'être prêts pour une équitation d'extérieur, de loisir et de randonnée.

Anaïs explique qu'elle se sert de cette technique pour rééduquer les chevaux qui ont des peurs, aussi il n'est pas rare qu'on vienne lui en confier.

Les obstacles de ce parcours sont de différents types, de l'embûche la plus simple à la plus compliquée ; il faut apprendre au cheval comment passer «sur, sous ou au travers», c'est-à-dire passer des ponts, des rideaux, des passerelles, etc. Il y en a une trentaine au total. «Il faut être très ferme et en même temps plein d'amour, c'est la condition pour que le cheval donne sa confiance», confie Anaïs, qui sait bien comment aborder les difficultés. Il peut alors améliorer ses compétences et le cavalier sa confiance.

Mais son centre abrite aussi un élevage, elle fait naitre des poulains et les éduque. Elle propose aussi des ateliers, des cours particuliers avec pour objectif d'établir une relation de confiance et de respect mutuel.

Une journée «portes ouvertes» aura lieu le samedi 2 septembre, à 14 heures. www.acepainthorse.fr et 06 72 25 78 74

La Dépêche du Midi

 


,

Rentrée aux Ecuries d'Arche

Les jeunes enfants adorent le poney.
Les jeunes enfants adorent le poney.

Le Poney-Club Les Ecuries d'Arche, sur la commune du Garric, fera lui aussi sa rentrée la semaine du 11 septembre, cependant, les inscriptions pourront être prises à partir de ce lundi 4 septembre avec, expliquent Mélanie et Maud, pour cette rentrée 2017/2018 une promotion spécial débutant, une offre découverte de 25€ les 3 premières séances valables du 4 au 16 septembre. Les Ecuries d'Arche ouvriront leurs portes la journée du 24 septembre à partir de 10h. Au rendez-vous de cette journée toujours très prisée, des baptêmes à poney gratuits, des démonstrations et des initiations à la pratique du poney.

Les Ecuries d'Arche ce sont aussi des balades, des randos, des promenades dans la nature à travers les grands espaces de Sainte-Martianne sur le territoire de la commune du Garric.

Les Ecuries d'Arche, commune du Garric, avec Mélanie et Maud. Contact : 06 84 76 19 11 ou 06 78 45 26 73 Infos : vide-greniers le 10 septembre salle des sports

M.T.S

 


,

Journées porte ouvertes aux écuries de Lobit

Parade aux écuries e Lobit. / Photo archives DDM.
Parade aux écuries e Lobit. / Photo archives DDM.

Ce samedi 2 septembre et le lendemain dimanche, journées portes ouvertes au «Poney club de Péchabou», aux écuries de Lobit.

Inscriptions ouvertes aux cours collectifs dès quatre ans, pensions, demi-pensions, concours… et une ambiance familiale garantie.

Par ailleurs les Écuries de Lobit créent un pôle de compétition équestre.

Il s'agit de compétitions de sauts d'obstacles, concours complet et dressage dans les catégories ponant, clubs et amateur au niveau départemental, régional et national ; l'objectif recherché est d'obtenir les qualifications pour les championnats de France. Le pôle compétition de l'association permettra aux plus aguerris de viser performances et podiums aux côtés des accompagnements dirigés vers les amateurs. En parallèle l'association continuera son travail auprès des amateurs. Informations : http //lobit- competition.e-monsite.com

La Dépêche du Midi

 


Bienvenue dans le monde du Western

Bienvenue dans le monde du Western
Bienvenue dans le monde du Western

Le centre équestre et poney club Western, à Gaudiès, organise une journée portes-ouvertes, samedi 2 septembre, pour découvrir les particularités de la discipline équestre «western».

De 15 heures à 18 heures : démonstrations avec des cavaliers du club. De 18 heures à 19 heures : animations et initiation à la danse country avec les «Coyotes».

À 19 heures : repas barbecue et auberge espagnole. Partage des bons petits plats ramenés par chacun (amener couverts et chaises).

À partir de 21 heures, la journée d'animations se clôturera avec un concert rock et bluegrass avec deux groupes ariégeois : Les Dopller et les Rural Singers.

Pour plus d'informations, contacter Sonia Laroche au 06 86 04 67 85 ou sonia-laroche@live.fr.

Le club se trouve au lieu-dit La Bordette à Gaudiès.

Site internet : www.slwestern.fr

La Dépêche du Midi

 


,

Éloïse, 12 ans, championne de France d'endurance équestre

Éloïse Serres et Kalan Cabirat.
Éloïse Serres et Kalan Cabirat.

Éloïse Serres, est tout juste de retour des championnats de France d'endurance équestre des As, qui se sont déroulés à Aumont-Aubrac (Lozère). Elle y a remporté brillamment la première place en catégorie minimes (12-14 ans), au sein de l'équipe de région avec Pablo Tomas, Arnaud et Victor Fabre-Carlus, le 12 août dernier.

31 cavaliers y étaient engagés, formant douze équipes représentant toute la France.

Au préalable, Éloïse s'était qualifiée au terme d'une course de 60 km, en respectant une vitesse moyenne comprise entre 12 et 15 km/h.

L'équitation, une histoire de famille

Le jour de la compétition, dans le cadre des paysages magnifiques de l'Aubrac, sur un parcours vallonné et technique, la jeune Lotoise a su parfaitement gérer son orientation et la bonne forme de sa monture. Les trois contrôles vétérinaires effectués durant la course, l'examen final du rythme cardiaque et l'établissement de la vitesse moyenne conditionnent le nombre de points adjugé au couple cavalier/cheval et donc le classement à l'issue de l'épreuve.

À 12 ans, Éloïse Serres est déjà une cavalière confirmée. Fille de Charlotte Mellinger, cavalière accomplie, et de Stéphane Serres, tous deux issus de familles qui vivent la passion du cheval, elle a commencé très tôt l'équitation sur poney, puis pratiqué différentes disciplines complémentaires : CSO, dressage, attelage… Pour finalement participer à des courses d'endurance sur des chevaux de l'élevage familial. Le jour du championnat, elle montait Kalan Cabirat, un pur-sang arabe âgé de 19 ans car son cheval habituel, Afia Champ du Ciel, s'était blessé peu avant la course.

Ce titre de championne de France, à 12 ans, vient couronner une belle expérience sportive et humaine. Pendant l'épreuve, les efforts physiques de la monture sont partagés par le cavalier et l'esprit d'équipe est valorisé. Au moment de la remise des prix, l'émotion était présente : la Marseillaise, la médaille autour du cou, la plaque et le flot tricolore, le trophée «qui pèse lourd» …

Gageons que notre jeune Camboise n'est qu'au début d'un brillant parcours équestre !

P. C.

 


,

Centre équestre : stages de fin de vacances

C'est les vacances !

Du 31/08/2017 au 01/09/2017

Une fin d'été à cheval au centre équestre./ Photo DDM Yves Saint-Arroman.
Une fin d'été à cheval au centre équestre./ Photo DDM Yves Saint-Arroman.

Les Crins de Saint-Christophe organisent divers stages pour cette fin de l'été. Aujourd'hui : De 9 h 30 à 12 heures, pour les baby's (maximum 4 cavaliers) ; de 14 heures à 17 heures, conduite sans filet. Demain : De 9 h 30 à 12 heures, travail à pied à partir du galop 2 ; de 14 heures à 17 heures, tir à l'arc. Mercredi 30 août : De 9 h 30 à 12 heures, pour les baby's (maximum 4 cavaliers). Jeudi 31 août : De 9 h 30 à 12 heures, mise en selle, obstacle à partir du galop 3 ; de 14 heures à 17 heures, au cirque avec un poney. Vendredi 1er septembre : De 9 heures à 12 heures, balade à partir du galop 3 ; de 15 heures à 17 heures, balade pour les baby's (maximum 4 cavaliers). Tarifs par cavalier : baby's, 20 €; travail à pied, 15 €; balade, 30 €; conduite sans filet, 25 €; tir a l'arc, 25 €; au cirque, 15 €; mise en selle CSO, 30 €. Sessions maintenues avec un minimum de 3 cavaliers et annulées au-dessous ; possibilité de venir avec son cheval ; balade annulée en cas de mauvaises conditions climatiques. Renseignements au 06.68.17.59.84 ou par mail (lescrinsdesaintchristophe@gmail.com).

La Dépêche du Midi

 


,

Le cheval, roi du salon

Spectacle équestre «Cavale» qui sera présenté à l'occasion du salon.
Spectacle équestre «Cavale» qui sera présenté à l'occasion du salon.

Du 1er au 3 septembre, la ville de Grenade-sur-Garonne vibrera au son et au rythme des sabots du «Cheval Roi» ! Un évènement équestre qui revient au galop pour une quatrième édition mais une première sur le site de l'hippodrome de Marianne.

Dans ce lieu d'exception de plus de 13 hectares, le cheval et son univers seront mis à l'honneur à travers de nombreux spectacles et animations. Un rendez-vous unique par la qualité et la diversité des épreuves proposées qui séduira tous les passionnés de sports équestres et même au-delà.

Un programme riche et varié concocté spécialement pour cette nouvelle édition avec une dizaine de concours réunissant de nombreuses disciplines sportives du monde équestre (CSO, finale Derby Cross CET 31, King Cup de Horse Ball, concours équitation de travail…).

Ainsi que de nombreuses animations ludiques prévues pour le plaisir des visiteurs (pony-games, cabaret équestre, rallye équestre, une présentation de races, de chevaux à la vente, le Cirque Jehol et son spectacle «Cavale»…) sans oublier le village exposants comptant près d'une centaine de stands (intérieurs et extérieurs).

Au total, 15 000 visiteurs sont attendus et plus de 200 chevaux seront présents pour 300 heures de spectacles, concours et démonstrations équestres sur trois jours intenses.

Pour les grands et les petits, en famille ou entre amis, amateurs, professionnels ou passionnés… Préparez votre monture pour un évènement à ne pas manquer. Tous en selle !

Informations programme et billetterie : www.chevalroi.fr Salon du cheval «Cheval Roi» Hippodrome de Grenade-sur- Garonne - du 1er au 3 septembre.

Billetterie également à l'office du tourisme Save et Garonne à Grenade.

Téléphone : 05 61 82 93 85.

La Dépêche du Midi

 


,

Un nouveau titre pour les Haras de la Gesse

La belle allure de Modi de la Gesse, champion des champions. Photo DR
La belle allure de Modi de la Gesse, champion des champions. Photo DR

Pour la deuxième année consécutive, les Haras de la Gesse ont brillé aux championnats de France du Lusitanien qui ont eu lieu à Beaucaire, se distinguant à nouveau meilleur élevage de France.

Cette fois, il y avait pourtant d'autres prétendants, entre autres l'élevage varois Massa (une référence en France et absent en 2016), considéré par beaucoup comme le meilleur élevage de Lusitaniens depuis des années. Les chevaux de la Gesse ont dominé dans toutes les catégories dans lesquelles ils ont pu être opposés, récoltant 8 médailles d'or. Le titre de meilleur éleveur cette année n'en est que plus valorisé.

Les résultats par catégories :

Pouliches d'un an :

1re place, médaille d'or, meilleures allures : Malasia de la Gesse, 3e place et médaille d'or : Moscatella de la Gesse.

Pouliches de deux ans :

1re place, médaille d'or, meilleures allures : Lirica de la Gesse, 2e place et médaille d'or : Lérida de la Gesse.

Pouliches de trois ans :

2e place et médaille d'or : Jaguar de la Gesse.

Poulains d'un an :

1re place et médaille d'or : Modi de la Gesse, 3e place, médaille d'or, meilleures allures : Mirtillo de la Gesse.

Poulains de deux ans :

1re place et médaille d'or pour Lavagante de la Gesse.

Champion de France et International : Modi de la Gesse.

Championne de France et Internationale : Malasia de la Gesse. Champion des Champions : Modi de la Gesse.

La Dépêche du Midi

 


,

Portes ouvertes au club hippique

Un beau saut./ Photo DDM.
Un beau saut./ Photo DDM.

Le club hippique de Borde Haute de Pibrac organise ses journées Portes Ouvertes les 10 et 24 septembre 2017.

Les visiteurs pourront visiter le club qui se niche à la lisière de la forêt de Bouconne sur un domaine de 35 hectares. Le club comprend 60 boxes, un marcheur couvert olympique, un manège poneys, une carrière de dressage, deux carrières C.S.O, un rond de longe, un parcours de cross, une piste galop, un club housse, des prés et des paddocks, tout cet ensemble entouré d'arbres.

Le club à également un centre poneys club et un centre équestre, une balade en main dès 3 ans et des leçons d'équitation dès 6 ans, un baby poneys dès 4 ans, une pension de chevaux.

Infos pratiques pour ces deux journées : Baptêmes poney, atelier de passage, initiation à la voltige de 10 h 30 à 11 h 30 et de 15 heures à 16 heures, initiation au manège de 15 heures à 17 heures et visite du club. Vous pourrez également observer les leçons du samedi matin ainsi que les cours d'obstacle l'après-midi et profiter de vos moments libres pour vos inscriptions.

A midi vous pourrez participer à l'auberge espagnole – grillades et salade – et profiter de la buvette toute la journée (boissons et gâteaux).

Contact : 05 61 86 60 26 ou : http ://www.club-hippique-pibrac. Fr/

Club hippique de Borde Haute : portes ouvertes les 10 et 24 septembre.

A savoir. Les permanences d'inscriptions à l'éveil à la foi, au catéchisme et à l'aumônerie année 2017-2018 : dimanche 3 septembre à Brax de 9 heures à 12 heures au forum des associations sur la place du village.

Mercredi 6 septembre au prieuré de Pibrac de 9 heures à 12 heures et de 17 heures à 18 h 30.

Samedi 9 septembre au prieuré de Pibrac de 9 heures à 12 heures.

Renseignements par téléphone au 05 61 86 00 20.

La Dépêche du Midi

 


,

Xavier Lorenzon : «Les westerns ont guidé mes pas de cavalier»

Foires et Salons - Salon du cheval

Du 25/08/2017 au 27/08/2017

Vice champion du monde de barrel racing, Xavier Lorenzon présente ce week-end au Salon du Cheval d'Occitanie de Toulouse, plusieurs démonstrations de barrel racing, cette méthode qui consiste à tisser une relation de confiance avec le cheval. Entre deux figures, il raconte le chemin qui l'a conduit à enseigner cette discipline équestre.

Son premier poney, offert par son grand-père pour ses quatre ans, s'appelait Pipo et bien sûr, Xavier Lorenzon, ne l'a jamais oublié. Déjà très déterminé malgré son jeune âge, le gamin avait dit à son aïeul, «je veux un vrai cheval et non un jouet en peluche». Ce natif de Venise qui a eu sous ses yeux la lagune grisâtre rêve déjà de grands espaces et de cavalcades endiablées. Aujourd'hui à 41 ans, ce cavalier émérite, vice champion du monde et plusieurs fois champion Européen et médaillé en Barrel racing, présente au public du Salon du Cheval d'Occitanie à Toulouse, quelques unes de ses plus belles figures. On le retrouve à l'hippodrome de la Cépière, en tenue de cowboy, feutre en poils de castor sur la tête et chaussé de bottes de westerns, version John Wayne ou Clin Eastwood foulant les grandes plaines dans «Rio Bravo» ou «Le Bon , la Brute et le Truand». «Enfant, ces hommes m'ont fait rêver, se souvient Xavier Lorenzon. Ils ont été mes modèles de cavalier. Avec eux, soufflaient la liberté et l'audace». Le poney Pipo avec lequel Xavier coursait les vaches de son grand-père a un jour lassé le gamin intrépide qu'il était. «À huit ans, j'ai eu envie d'autre chose. Alors mon grand-père, toujours lui, m'a offert une pouliche de race haflinger, pas très haute, faite pour la montagne. Il m'a aidé à l'éduquer et avec elle, comme dans les westerns, j'ai commencé la voltige». Pour imiter ses héros les cow-boys, Xavier s'entraîne sur le chemin menant chez lui, «j'en ai pris des gamelles mais je remontais toujours. Rien ne pouvait m'arrêter».

Après l'usine, le cheval

Quelques temps après, il est recruté pour participer aux courses de palio, réputées dans le nord de l'Italie, «j'avais déjà un bon entraînement, notamment pour tenir debout sur le cheval». À 22 ans, il arrive en France, à Marmande rejoindre une partie de sa famille. «Je continuais le cheval. Je cherchais ma voie. Et pour gagner ma vie, je suis passé durant deux mois, par la case usine». Mais le destin veille. Lors d'un entraînement, il est remarqué par le président du National Barrel Horse Association qui le recrute et le dirige vers le Barrel racing. «Pour me perfectionner, je suis parti aux sources de cette cavalerie, les Etats-Unis, où l'homme et le cheval sont en osmose». En 2002, il est vice champion d'Europe. Désormais installé dans un ranch à Cazères sur Adour, il enseigne cette technique d'équitation, de plus en plus prisée des cavaliers, à de jeunes élèves «l'une d'entre elles est d'ailleurs championne de France et d'Europe», avoue-t-il avec fierté. Heureux, Xavier a réussi à faire le métier dont il rêvait depuis son enfance, «avec persévérance, courage et passion des chevaux». Il a fait sienne cette maxime, «ne jamais baisser les bras, face à l'adversité».

Hippodrome de la Cépière à Toulouse de 10 heures à 19 heures Cet après-midi, à 14 heures, concours de saut d'obstacles et de 16 h 30 à 19 heures, équitation western. Ce soir, spectacle Audaces de 21 à 23 heures. Infos : www.salonducheval-touluose.com

Silvana Grasso

 


,

L'attelage pour un tourisme équestre différent

Les touristes ont pu découvrir le maniement d'un attelage. Ce qui n'est pas chose aisée./ Photo DDM M.-H. D.
Les touristes ont pu découvrir le maniement d'un attelage. Ce qui n'est pas chose aisée./ Photo DDM M.-H. D.

L'école d'attelage a organisé, cet été, trois activités destinées aux touristes. Une initiative prisée et rendue possible grâce au domaine de Combelles, où l'école s'est installée récemment.

La voiture s'avance dans le chemin rocailleux, sur le causse qui domine Le Monastère. Alexiane, 8 ans, tient les rênes des deux chevaux et emmène sa famille découvrir la campagne des alentours. Il fait beau, pas trop chaud, ses parents et son frère apprécient le moment, même si ça remue, pas de stress. Il faut dire que Philippe est à côté de la jeune fille. Il la guide et veille à ce que la découverte de l'attelage se déroule bien.

Ralentir les chevaux, les faire tourner, les faire trotter… Régine, la maman, et Florian, 12 ans, s'y collent également. Mais pas toujours évident de diriger des animaux, Régine galère un peu dans les virages.

Cyril, le père de famille, est aux anges, il profite assis derrière dans la voiture : «C'est sympa, on rigole, on est tous ensemble, on peut se parler. Ce n'est pas possible quand on est à cheval».

La famille est en vacances une semaine au domaine de Combelles et fan des équins. Habituée aux classiques randonnées, quand on lui a parlé d'attelage au camping, «c'était l'occasion d'essayer, on ne connaissait pas», raconte Régine. La prestation a bien plu, au regard de leurs mines réjouies. «Les deux moniteurs nous ont fait une visite de l'établissement, nous ont parlé des races de chevaux, des concours. On sent qu'ils sont passionnés et très pédagogues. En plus, les tarifs sont très abordables», souligne Cyril.

Un ressenti sûrement partagé par d'autres, car les activités organisées cet été ont bien fonctionné. Notamment, les balades sur le causse et à Sainte-Radegonde, avec visite guidée. «Ça a tout le temps été complet. Au départ, elle avait lieu le mercredi après-midi. On a dû rajouter le jeudi, complet aussi. Et la mairie de Sainte-Radegonde a réussi à mettre le guide à notre disposition», tient à préciser Philippe Beaujean, formateur et responsable de l'école. La découverte de l'attelage, l'activité qu'a testée la famille du Vaucluse, a également été bien accueillie. «Les gens se promènent en tenant les guides, ils apprennent à diriger, ils aiment ça».

Une discipline impossible à démocratiser

Dix demi-journées d'initiation ont aussi eu lieu. Des séances plus techniques, qui détaillent la composition du harnais, les directions, le comportement d'une voiture… «On voulait surtout s'adresser aux jeunes pour leur donner envie de continuer l'attelage. C'est une discipline méconnue et qui ne se démocratisera jamais, car elle a besoin de beaucoup de matériel», confie le formateur.

Face à tant de succès, il aimerait continuer ces produits : «On pourrait proposer des balades à d'autres endroits. Et je souhaiterais développer les demi-journées d'initiation». À l'institut français du cheval et de l'équitation de décider. Dès septembre, Philippe Beaujean va s'atteler aux habituels stages de formation dont il a la responsabilité.

Combelles, un terrain propice à l'attelage

Auparavant installée au haras dans le centre-ville de Rodez, l'école d'attelage a déménagé le 1er novembre 2016. Un bouleversement pour les chevaux et les agents, qui ont finalement trouvé un site adapté à leur activité. «Le plus dur a été de se décider. Mais maintenant, on apprécie la superficie des grands espaces de Combelles, notamment pour la pédagogie», reconnaît Philippe Beaujean. Les six hectares de la chartreuse permettaient déjà à l'école d'effectuer un travail de qualité, «et les gens appréciaient de mener les chevaux dans un tel cadre», se souvient le formateur. Mais les grands espaces naturels, c'est aussi bien, si ce n'est mieux. «On effectue de grandes balades, ça permet de mettre les stagiaires en situation tout en étant sécurisé. Et on a des buts de promenade avec des points de vue. Je peux faire travailler sur des terrains pentus, faire galoper». La seule chose qui le contrarie concerne le devenir de la discipline : «les moyens ont été réduits, on travaille avec de vieux chevaux. Nous sommes actuellement onze écoles, on doit tomber à quatre».

Marie-Hélène Degaugue

 


,

Éric Lagarrigue empoche le Pro 2 de Souillac

Éric Lagarrigue reçoit ses récompenses de la main des élus et personnalités.
Éric Lagarrigue reçoit ses récompenses de la main des élus et personnalités.

Près de 600 cavaliers avaient répondu présents (e) à l'invitation de Déborah et Vincent Halphen, les directeurs du club hippique souillagais qui, depuis de nombreuses années, organisent ce concours National de sauts d'obstacles. Sur un des meilleurs, sinon le meilleur terrain en herbe de la région Occitanie, cavalières et cavaliers se sont affrontés le week-end dernier dans une ambiance sportive et conviviale.

Le vendredi, ont eu lieu les épreuves préparatoires avec des barres allant de 65 à 125 cm, suivies des épreuves CSO clubs «spéciales et amateurs 2» vitesse. Le soir, à 22 heures, se tenait l'épreuve nocturne «de puissance» toujours aussi spectaculaire où trois cavaliers, après avoir franchi 1, 70 m ont échoué à 1, 74 ne pouvant battre le record d'1, 72 m.

De nombreuses épreuves en nocturne

Le samedi voyait les épreuves préparatoires, amateurs et «Pro 2 Grand Prix» avec des barres allant de 0, 70 à 1, 30 m où de nombreux sans faute ont eu lieu pour le plus grand plaisir d'un nombreux public. La nocturne de ce samedi, avec le relais à «l'Américaine» déguisé toujours très apprécié voyait la victoire de Saura Matthieu (19) ex æquo avec Charline Jammes (19). Le dimanche, se poursuivait avec les épreuves «Amateur 2» vitesse, CSO club 3 vitesse, Amateur 1 Grand Prix et le S0 Pro 2 Grand Prix barre à 1, 30 m qui voyait la victoire du très régulier Éric Lagarrigue (12) sur son étalon «Avenir d'acœur» devant Nicolas Sers (Gironde) sur «Sydney Jolly».

Trois jours d'épreuves de «CSO» parfaitement organisés grâce à l'investissement de toute une équipe de bénévoles bien soudée autour de Déborah et Vincent Halphen, sans qui rien ne pourrait se faire. À l'année prochaine… c'est du moins ce que tous les amoureux des sports équestres espèrent…

Les podiums des Souillagais (es)

Sont 1res dans les petites épreuves : Clarisse Couderc sur Uline. Margot Theron sur Magnifico. Clémence Vedrune sur Océane. Candice Gombert sur Rambo.

Dans les épreuves clubs saut sont sans faute : Juliette Roudier sur Inuite. Lunas Fargas sur Artiga. Baptiste Ducrus sur Rambo. Nina Cabard sur Victor.

Sont classées dans le relais à l'Américaine déguisé :

Romane Zilhardt sur Pénélope. Dorine Lalbiat sur Oscar.

La Dépêche du Midi

 


,

Un beau week-end d'équitation

Marianne Maillotte a le sourire./ Photo DDM.
Marianne Maillotte a le sourire./ Photo DDM.

Depuis 1983, les cavaliers de Midi-Pyrénées ont rendez-vous au pied du château pour le jumping national. La trente-cinquième édition n'a pas été un grand millésime pour le nombre de participants. La difficulté de l'organisation tient dans le fait que les inscriptions peuvent se faire jusqu'à quarante-huit heures du début des épreuves… et que presque tout le monde attend le dernier moment pour s'inscrire. Il faut, à partir de là et dans l'urgence, établir le programme des épreuves et gérer l'approvisionnement pour la restauration. Un véritable parcours du combattant pour les organisateurs, qui ont dû aussi se démener en amont de l'épreuve pour la recherche des sponsors privés et institutionnels.

Les cavaliers ont apprécié la qualité de la piste, les parcours originaux et sélectifs proposés par Patrick Marquebieille, la direction des épreuves sous la baguette de Daniel Anselme, assisté de Christine, son épouse. La dernière épreuve, le prix de la ville de Prat, qualificatif pour le championnat de France, a tenu en haleine les spectateurs. À l'issue d'un premier passage, avec six parcours sans faute, il a fallu avoir recours au barrage. Là aussi, trois parcours sans faute et c'est le chrono qui a établi le classement.

Marianne Maillotte, sur «Un amour d'Arize», a été la plus rapide, elle s'impose devant Baptiste Parédès, sur «Paprika des Gravières Fleyres», et Alain Ousset, sur «Anis de Carneville». Quelques autres résultats : Alexandra Maraval, sur «Starlette du Chanu», remporte le prix EURL Gomès devant Pascal Massoutier, sur «Bellediams Palatie», et Laura Puech, sur «Quichotte». Dans le prix Cash 117, victoire d'Anne-Sophie Labedan, sur «Keith Van Busterveld», devant Didier Descamps, sur «Tropique de lys», et Marie-Elodie Devèze, sur «Unam de Brecey.» Le prix Allianz Assurances revient à Pascal Massoulier, qui précède Lili Vacilotto et Richard Maraval. Dans le prix du conseil régional, victoire de Didier Descamps devant Marion Leclercq et Baptiste Parédès. Pablo Piquet s'impose dans le prix du conseil départemental de l'Ariège, devant Baptiste Parédès et Lucas Massoulier.

La Dépêche du Midi

 

 


,

Luc Parisis : psychologue des chevaux

Luc Parisis et sa jument, Belinda, qui le suit partout. Il proposera des démonstrations de horsemanship lors du salon du cheval d'Occitanie à la Cépière. / Photo DDM, Michel Viala
Luc Parisis et sa jument, Belinda, qui le suit partout. Il proposera des démonstrations de horsemanship lors du salon du cheval d'Occitanie à la Cépière. / Photo DDM, Michel Viala

Présent du 25 au 28 août à l'hippodrome de la Cépière dans le cadre du Salon du cheval d'Occitanie, Luc Parisis, «horsemanship », raconte comment il est devenu confident de ces animaux.

Il a le regard doux et le verbe clair des gens qui prennent le temps. Le cavalier Luc Parisis, est un homme au métier un peu à part. A 23 ans, il est «horsemanship», un terme un peu étrange qui veut pourtant simplement dire «améliorer la relation entre l'homme et l'animal». Une profession venue des vastes plaines des États-Unis, enseignée depuis peu en France et dont certains connaissent l'existence par Robert Redford qui en 1998 fut L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux.

Un métier à part, comparable à celui de psychologue pour les humains. Le canapé en moins. Car oui, les chevaux ont aussi des états d'âme et des peurs non justifiées. «J'ai découvert cet univers à l'âge de cinq ans», explique Luc Parisis, natif de Soissons qui a beaucoup bougé tant en France qu'à l'étranger. A l'âge de neuf ans, il part notamment en Chine. De ce séjour, il garde en mémoire les fabuleuses courses de chevaux suivies en Mongolie lors des congés scolaires.

À 16 ans, déterminé, il sait quel sera son métier : il sera cavalier. Durant deux ans, il va alors découvrir les diverses disciplines équestres : «J'ai pratiqué l'endurance, le saut d'obstacle, le dressage, l'attelage et même le cheval version western, ce qui m'a d'ailleurs le plus passionné». Toujours à l'affût de l'excellence, le jeune cavalier décide de partir aux États-Unis «en faisant un crochet par la Grande-Bretagne pour améliorer mon anglais» avant de suivre le programme de James Robert, instructeur Naturelhorsemanship. «Avec lui, durant deux ans, j'ai découvert les différentes façons de dialoguer avec le cheval. Et je suis devenu «psychologue» de cet animal».

Aux États-Unis, il est aussi l'élève de Pat Parelli, californien plongé à l'âge de neuf ans dans le monde équestre. Il est devenu aujourd'hui l'un des plus célèbres «chuchoteurs», ces hommes qui approfondissent la relation homme cheval à travers une approche sensible de l'équitation et du dressage.

«Pat Parelli m'a fait découvrir différents chevaux qui souffraient de pathologies diverses. Comme le refus de monter dans un camion ou d'accepter le cavalier par crainte de l'humain. Des peurs liées à une incompréhension entre l'homme et l'animal qui peuvent aller jusqu'à la mort».

Luc Parisis explique cet effroi par les différents caractères de ces animaux, «certains chevaux seront soumis et obéiront aux ordres donnés par l'homme. À l'inverse, d'autres vont se rebeller par peur de l'humain et vont alors devenir des proies».

Le horsemanship, cette discipline apaisante s'adapte à l'animal. «Il suffit de penser comme un cheval, de se mettre à sa place, poursuit Luc Parisis. Le cheval est à la fois curieux et craintif. Pour lui, tout est question de survie. Il faut donc travailler la confiance et lui donner une bonne raison d'accepter par exemple ce cavalier. Les animaux que l'humain n'a jamais «touchés» sont bien sûr plus faciles à guérir».

Aujourd'hui, son diplôme de horsemanship en poche, Luc Parisis parcourt le monde pour «sauver» les chevaux. A l'exemple de l'Australie où il est récemment parti «débourrer» un jeune cheval sauvage non apprivoisé. «Je suis heureux d'avoir acquis cette science que désormais je peux enseigner et ainsi créer un monde meilleur pour les chevaux», assure celui qui possède à dix kilomètres de Montauban, une écurie où il accueille en pension des chevaux difficiles.

Ces pensionnaires resteront en soins le temps nécessaire pour percevoir l'humain comme un ami.

Morsure et pirouette au démarrage

«J'avais cinq ans quand ma mère m'a amené près du boxe d'un cheval. J'avais apparemment trop tendu la tête et certainement par peur, il m'a mordu le nez, se souvient Luc Paris qui a en gardé une légère cicatrice. Plus tard, à l'âge de 16 ans, avec mon instructeur, j'ai voulu débourrer un cheval de trait. Une pirouette arrière plus tard, je me suis retrouvé sur les fesses». Autant de mauvais départs qui n'ont pas dissuadé ce cavalier à faire de sa passion, son métier. «Enfant j'étais hyperactif, le cheval m'a beaucoup calmé. Grâce à lui, j'ai beaucoup compris sur moi-même. J'ai aussi appris à me contrôler, me canaliser. Enfin très timide, j'ai pris de l'assurance notamment par le biais des démonstrations devant des milliers de gens. Ce n'est pas pou rien que le cheval est souvent utilisé dans différentes pathologies comme l'autisme ou la dyslexie».

Silvana Grasso

 

 


,

Le spectacle «la nuit du cheval» a fait son retour à L'Espinet


Le spectacle «la nuit du cheval»  a fait son retour à L'Espinet
Le spectacle «la nuit du cheval» a fait son retour à L'Espinet

 

La 7e édition du spectacle «la nuit du cheval» produit par l'association Equi'Nox a bien eu lieu. Pour son retour, après une année privée du théâtre de verdure de l'Espinet pour cause de réfection des gradins en 2016, le stress était au rendez-vous. Initialement prévu vendredi soir, le spectacle a dû être reporté au samedi, à cause la météo. Et en voyant le ciel gris et pluvieux d'hier jusqu'en début d'après-midi, l'on pouvait s'inquiéter, car il n'aurait pas pu être reporté une fois de plus. «C'est un grand soulagement, nous sommes tous heureux d'avoir pu produire le résultat d'une année de travail avec des professionnels d'une grande qualité et des bénévoles précieux», s'enthousiasmait hier soir, Michel Birebent, président de l'association Equi'Nox.

Et c'est un spectacle d'une qualité exceptionnelle qui a été offert au public. Onze tableaux variés, tour à tour sensibles, impressionnants, humoristiques, et grandioses.

De la voltige avec Laurent Douziech et ses deux acolytes Mathilde et Chloé. Ce cavalier d'exception, qui est aussi le directeur artistique du spectacle, a également offert une scène de dressage et de voltige empreinte de complicité et de sensualité. De l'humour avec Laurent Galinier, alias «Eddy Bolineau» qui joue les apprentie cavalier, en apprenant l'équitation «en 40 minutes sur des tutos youtube». Et bien sûr, derrière ce pitre se cache un cavalier hors pair qui a impressionné le public autant qu'il l'a fait rire. Et comme l'on est en Ariège, on ne peut produire un spectacle équestre sans chevaux de Mérens : c'est Alegria qui a ouvert le bal accompagné des chanteuses du groupe polyphonique pyrénéen Las Daunas de Cor.

Le final, tout en galops, danses et flammes était assuré par Gilles Fortier et la compagnie Zarkan. Une magnifique soirée, mise en sons et en lumières par des professionnels et guidée par le maître Alain Blanquet sur scène.

M-L.C.

 


Publié le 20/08/2017 à 03:50

Foire du cheval : animations et spectacles appréciés

Le tri du bétail a conquis le public./  Photo DDM Guy Castagna.
Le tri du bétail a conquis le public./ Photo DDM Guy Castagna.

Le comité de la foire du cheval a organisé sa manifestation annuelle «Festicheval». Cette journée dédiée aux équidés s'est déroulée dans ce lieu mythique que sont les arènes vicoises. Tout au long de cette journée de promotion du cheval, les participants ont pu présenter les différentes disciplines équestres. Ils ont offert au public de nombreuses activités et démonstrations diverses. Notamment le tri du bétail, avec cinq équipes, qui ont été fort appréciées par un public friand de ce style de travail. De nombreux cavaliers étaient venus de toute la France, comme des Camarguais, des Girondins, des Landais avec Clément Grenet, sans oublier Charlotte Cési, du domaine du Passage. La démonstration du tri du bétail a connu un tel succès que le public a offert spontanément une prime conséquente. L'animateur Jean-Pierre Kelly, de la radio «DFM 930», a, comme à son habitude, mis l'ambiance. Le soir, dans les arènes illuminées, le spectacle a démarré sous la houlette de Clément Grenet et de sa troupe. Tout l'art équestre et la culture landaise ont été présentés. L'émotion était au rendez-vous. Le final a permis aux enfants de descendre dans l'arène pour découvrir un taurillon qui les a surpris et surtout enchantés. Le président Francis Antoniolli et son équipe étaient cependant un peu amers : «Pas de chance pour notre association, indiquait le président. Une température défavorable et encore de la pluie n'ont pas favorisé la venue d'un plus grand nombre de personnes. De plus, un refus de pouvoir se produire en complémentarité du marché de nuit, comme l'année dernière en 2016, ont contribué à un résultat des plus mitigés». Le comité de la foire du cheval et tous les bénévoles ont été remerciés par Francis Antoniolli : «Sans l'aide de la municipalité, de Marie-Martine Dalla Barba et Robert Frairet, conseillers départementaux, de l'office de tourisme et de vous tous, cette manifestation ne pourrait perdurer».

La Dépêche du Midi

 


,

La filière du mérens manque d'éleveurs

Equitation - Une Race ariégeoise

Le week-end à Bouan, plusieurs concours nationaux de mérens étaient organisés./ photo DDM. F.R.
Le week-end à Bouan, plusieurs concours nationaux de mérens étaient organisés./ photo DDM. F.R.

Les journées nationales du cheval de Mérens se sont tenues ce week-end à Bouan. Une belle occasion de mettre en valeur cette race ariégeoise menacée, car pas suffisamment exploitée.

Les journées nationales du mérens qui se sont tenues ce week-end à Bouan, ont été l'occasion de dresser un bilan sur la filière équine de la race emblématique de l'Ariège, avec les organisateurs du Sherpa. Le Sherpa étant le syndicat national hippique de la race des Pyrénées ariégeoise, dite de Mérens.

Une «race menacée»

Si le Mérens s'est exporté en Europe, c'est bien en France que l'on trouve le plus d'éleveurs, avec 250 à 300 naissances annuelles, ce qui est néanmoins trop peu et classe la filière en «race menacée». Les éleveurs concernés bénéficient d'une aide européenne de la PAC, mais la situation reste difficile. Pour encourager la promotion de la race, le Sherpa a en projet de récompenser les meneurs et les cavaliers de mérens qui sortent les chevaux en compétitions à de bons niveaux.

«La région Midi-Pyrénées recense le plus grand nombre d'élevages de mérens. Nous avons 80 adhérents soit une soixantaine d'éleveurs environ (dont à peu près la moitié en Ariège), les autres étant des utilisateurs», précise Charlotte Bart, éleveuse ariégeoise de mérens dans la vallée d'Orle, et nouvelle présidente du Sherpa Midi-Pyrénées.

C'est dans les années 80/90 que le mérens est devenu une race reconnue, «c'était un peu l'âge d'or du mérens. Les chevaux se sont faits remarquer dans des compétitions, à l'attelage... Le travail des utilisateurs, ceux qui les montent ou les sortent pour des concours ou des événements, est précieux. C'est ce qui permet de faire connaître nos chevaux» ajoute l'éleveuse ariégeoise.

En effet, les manifestations comme celles de Bouan permettent de faire connaître la race ariégeoise auprès des professionnels du monde équestre. «Quand les gens voient la qualité des mérens sur les compétitions, cela leur donne envie», poursuit Charlotte. Les qualités de ces chevaux ont d'ailleurs séduit un touriste en 2010, qui est reparti avec !

Des Mérens en Normandie

«J'étais en vacances, perdu en montagne, en train de pique-niquer. Un groupe de chevaux en estive est apparu et l'un d'entre eux s'est invité à notre table. C'est là que je me suis dit : je veux des Mérens !»

Ancien colonel de gendarmerie, Robert Bouche avait grandi avec des chevaux dans la ferme parentale est s'était toujours promis d'avoir les siens à la retraite. Suite à cette rencontre en estive, il a acheté ses deux premières juments mérens en Ariège en 2010 pour lancer son élevage en Normandie. «En 2013, la première pouliche qui est née chez nous a remporté à Bouan le titre de ‘championne nationale des 3 ans montées' ainsi que le titre de ‘championne espoir de la race'. Elle s'appelle Ariège du bocage», raconte avec fierté cet éleveur normand. Il a été séduit par les qualités du mérens : «sa rusticité, sa polyvalence et ses capacités d'adaptation», précise-t-il.

La présence des ours en estives pose problème

Si l'élevage en Ariège est plus complexe de par la pratique de l'estive, cette particularité apporte de la qualité aux chevaux. «Le plus gros problème en estive, ce sont les ours. Il y a quelques jours, deux poulains ont été attaqués, on attend la confirmation, mais un ours a été pris en photo 100 mètres au-dessus des chevaux. Du coup cette année, l'Aspap est présente à Bouan, et nous multiplions les messages de sensibilisation» prévient Charlotte Bart.

Et le président national du Sherpa, Jean-Daniel Bergès d'ajouter : «Le département de l'Ariège a plusieurs races de qualité, que ce soit pour les brebis, les chevaux ou les vaches. Malheureusement, les éleveurs, ne se sentent pas assez soutenus… Il faudrait une meilleure promotion de ces races et des élevages.»

Informations :

www.chevaldemerens.com

Marie-Lise Cans

 


,

Las Rives préparent la reprise

S'initier à l'équitation à partir de 3 ans, c'est possible à Las Rives./ DDM.
S'initier à l'équitation à partir de 3 ans, c'est possible à Las Rives./ DDM.

La famille Portet, propriétaire de Las Rives, a construit et amélioré de très belles installations au fil des années. Soixante box, trois carrières de concours en herbe, deux manèges, un confortable club-house, tout est là pour permettre aux membres de pratiquer leur sport favori. Deux entités se partagent ces installations : l'écurie de commerce et de propriétaire, dirigée par Emmanuel Portet, et le club, dont la gestion a été confiée à Carine Kintzinger (titulaire d'un BEES premier degré), nouvellement arrivée. «La vocation première du club est d'enseigner l'équitation, de l'initiation à la compétition sur chevaux et poneys, dès 3 ans», confie-t-elle. Les cours, organisés par niveau se déroulent essentiellement les mercredis et samedis. Des activités à thème ou des stages sont proposés pendant les vacances ou les dimanches. À la rentrée, il y aura des nouveautés : baby poney (pour les 3-6 ans avec deux groupes tous les mercredis et samedis, 3-4 ans et 5-6 ans), création d'une section compétition club et poney. Si l'école d'équitation s'appuie sur un enseignement traditionnel dans le respect de l'animal, des autres cavaliers et de l'environnement, elle n'oublie pas l'aspect ludique de l'activité. Promenades, randonnées, pony-games sont également proposés. Dès le 21 août, les bureaux seront ouverts. Inscriptions au 05 61 60 58 60.

La Dépêche du Midi

 


,

Gwendolen aux championnats d'Europe

Gwendolen et Prinz sont en Pologne./ Photo DR Monam Hajbi
Gwendolen et Prinz sont en Pologne./ Photo DR Monam Hajbi

Gwendolen Fer, la jeune directrice de l'écurie éponyme située sur les hauts de Saint-Léon, et son cheval Traumprinz, participent depuis hier aux championnats d'Europe de concours complet d'équitation (CCE), qui se tiennent jusqu'à dimanche à Strezgom, en Pologne. Gwendolen réintègre ainsi cette belle équipe de France championne olympique à Rio. Il s'agira là en effet de sa deuxième participation à un grand championnat après les championnats d'Europe 2015 en Ecosse (avec Romantic Love). On peut aussi noter qu'avant la jeune cavalière saint-léonnaise, aucune Française n'avait participé à un grand championnat de concours complet depuis 2001.

Une excellent saison

Cette sélection fait suite à l'excellente saison de Traumprinz (appartenant à Isabelle Méranger) et aux grosses performances réalisées le week-end du 14 juillet, lors du concours international de Jardy-Paris, l'un des cinq plus importants concours organisés en France. Les quarante meilleurs cavaliers du classement mondial couraient dans l'épreuve «Event Rider Masters» (ERM) et quarante-cinq autres étaient au départ du second CIC 3* (un cavalier ne pouvant avoir deux chevaux dans la même épreuve). Gwendolen s'y était classée 6e sur l'ERM-CIC 3* avec Traumprinz, le concours étant remporté par le double champion olympique Michael Jung. Et elle avait terminé à la première place du CIC 3* avec Romantic, ce qui lui permet de conserver le trophée acquis l'an dernier avec Traumprinz.

Après deux semaines de stage avec l'équipe de France à Granville, dans la Manche, Gwendolen et Traumprinz ont ainsi pris le chemin de la Pologne avec l'ensemble de l'équipe. Les compétitions, avec au programme :

- aujourd'hui : dressage de 10h30 à 16h30;

- demain : cross de 11h30 à 16h30

- dimanche : saut d'obstacles de 11h30 à 12h45 puis de 14h15 à 15h45.

A suivre en direct et en intégralité sur la chaîne Equidia : http ://www.equidia.fr/life/les-championnats-deurope-en-direct-sur-equidia-life/

La Dépêche du Midi

 

 


,

Un titre de vice-champion de France pour Montgay

Laurie Beslay, de l'école d'équitation de Nailloux, au saut d'obstacle lors des championnats de France/ Photo DDM, M. Ch.
Laurie Beslay, de l'école d'équitation de Nailloux, au saut d'obstacle lors des championnats de France/ Photo DDM, M. Ch.

 

Mi-juillet, avait lieu au Parc équestre de Lamotte-Beuvron, le championnat de France open d'équitation. L'école d'équitation de Montgay, à Nailloux, avait présenté cinq cavalières, Laurie, Emola, Clarisse, Lola et Angèle, qui n'ont pas démérité puisque Laurie a ramené le titre de vice-championne de France et une médaille d'argent.

Ce championnat, qui a accueilli plus de 5 400 cavaliers en compétition, comportait trois épreuves, réparties sur trois journées : reprise de dressage, cross équestre et saut d'obstacles. C'est au saut d'obstacle que Laurie, jeune cavalière de 16 ans, est montée sur la deuxième marche du podium. «Cette médaille est une revanche sur l'année dernière où j'étais tombée dans le gué alors que ma sœur jumelle avait été médaillée de bronze».

Ces cavalières naillousaines, formées depuis 3 à 4 ans à l'école d'équitation de Montgay, avaient été sélectionnées à l'issue de différents concours régionaux. Les formateurs, Alain et Véronique Lafitte, Audrey Duplantier et Anaïs Pech «sont fiers de ces gamines qui ont débuté à 5 ans, et en quelques années de formation, réussi à monter sur le podium en championnat national».

Cette école d'équitation créée par Véronique et Alain Lafitte sur un domaine de 8 hectares, dans le magnifique cadre des coteaux du Lauragais, va fêter ses 30 ans le 2 septembre prochain. À l'occasion, elle organise une journée portes ouvertes, avec baptêmes en poney et différentes animations qui réuniront tous les anciens élèves lors d'une soirée auberge espagnole avec une représentation de cirque de la compagnie «Toi-d'abord».

Le Poney club de Montgay est un club familial où petits et grands aiment à se retrouver autour des chevaux mais pour bien d'autres occasions encore (carnaval, galette des rois, chasse aux œufs de Pâques...). Il abrite également un centre de vacances et une colo.

Contact : montgay.equitation@gmail.com 06 08 94 79 72 ou 06 38 48 27 11

La Dépêche du Midi

 

 


,

Deux chevaux nés à Castéra au championnat d'Europe

Epsilon sera au championnat d'Europe./ Photo DDM
Epsilon sera au championnat d'Europe./ Photo DDM

 

Ce week-end, Castéra sera présente au championnat d'Europe de concours complet en Pologne. C'est grâce à Marie-Pierre et Patrick Sisquielle, éleveurs de chevaux à Jouetard, à Castéra, depuis 20 ans. Le couple aura la chance d'avoir 2 chevaux sélectionnés pour représenter la France à Strzegon, en Pologne, de ce jeudi jusqu'à dimanche, à l'occasion des championnats d'Europe de concours complet.

Ces deux chevaux sont nés sur les coteaux castérois, et même si aujourd'hui ils n'appartiennent plus au couple d'éleveurs, ces derniers suivent de très près l'évolution de leurs anciens chevaux. Car, il est rare qu'un éleveur puisse avoir deux chevaux en même temps à un tel niveau. Pour en profiter au maximum et être au plus près de l'évènement Marie-Pierre et Patrick seront sur le parcours polonais afin de soutenir chevaux et jockeys. Car là aussi, il faut qu'il y ait une certaine confiance avec les jockeys. Et cela est le cas avec Tom Carlile, qui avait acheté Epsilon à l'âge de 3 ans. Un couple qui a remporté de nombreux titres de champion de France des 4, 5 et 6 ans. À 7 ans, il a été vice champion du monde et, fort de ces résultats, Epsilon a été présélectionné aux derniers Jeux Olympiques. Il est donc l'un des favoris de cette compétition. Le 2e cheval, Trouble Fête, est monté par Matthieu Van Lalandegheme, membre de la Garde Républicaine et résidant à Saumur au prestigieux Cadre Noir de Saumur. À suivre sur la chaîne Equidia Life.

La Dépêche du Midi

 


Des randos à cheval en nature et en montagne


Par deux fois, on traverse la rivière de l'Ariège à cheval. Une expérience étonnante./ Photos DDM. M-L.C.
Par deux fois, on traverse la rivière de l'Ariège à cheval. Une expérience étonnante./ Photos DDM. M-L.C.

Le centre Les Crinières Noires, installé au bord de l'étang de pisciculture, à l'entrée à gauche du village Les Cabannes, propose plusieurs formules de randonnées à cheval, pour tous les niveaux.

La Dépêche du midi a testé pour vous la rando «découverte de nouveaux horizons» pour cavaliers avec un niveau intermédiaire : «cette balade qui passe par des petits chemins entre Les Cabannes et Verdun, s'adresse à des débutants énergiques ayant déjà eu une expérience à cheval, ou à des personnes de niveau intermédiaire à l'aise au pas et au trot», précise Anaïs Battistella, gérante du centre de tourisme équestre Les Crinières Noires.

Préparation avant départ

Avant le départ, les guides du centre prennent soin de présenter les chevaux, principalement des mérens, car Anaïs est également éleveuse : «ils ont le pied sûr et savent s'adapter aux chemins escarpés et aux dénivelés de la montagne». Et chaque cavalier est confié à une monture adaptée à son niveau ou à son appréhension, puisque même les animaux ont chacun leur caractère. Mais tous les chevaux des Crinières Noires sont adaptés et ont l'habitude de l'équitation de loisirs.

Une fois les montures attribuées, chacun est invité à faire connaissance avec son nouvel ami, avant de passer à l'équipement se coiffer d'une bombe (casque). Après quelques conseils pour manœuvrer correctement son cheval, c'est parti !

Pour la balade «découverte de nouveaux horizons» d'une durée de 2 h 30, nous partons à quatre participantes, guidées par Anaïs. On quitte le centre en longeant l'Ariège, derrière le camping. Avant de passer sous le pont de la voie ferrée, Anaïs préfère attendre que le train passe, afin d'être sûre qu'aucun de nos mérens ne soit contrarié par le bruit. Et c'est là que l'aventure commence. On avance au pas sur des petits chemins entre les arbres, une première montée arrive «accrochez-vous à la crinière du cheval et montez dans vos étriers». Une drôle de sensation lorsqu'on est jamais monté à cheval que dans les manèges et carrières des clubs. Et bien sûr, la descente n'est pas bien loin «à l'inverse, enfoncez-vous au fond de la selle» conseille Anaïs. Et ce n'était qu'un début, car pour rejoindre Verdun, une première traversée de la rivière nous attend. Une sensation bucolique et souvent unique «J'ai adoré les passages dans la rivière, je n'avais jamais fait ça, c'était génial» s'extasie Pauline, 11 ans, cavalière confirmée de galop 3.

Des paysages magnifiques

Après avoir traversé l'Ariège, nous cheminons par le haut du village de Verdun. Les habitants sont habitués à voir passer Anaïs avec ses groupes à cheval. Elle connaît tout le monde. Nous suivons une petite piste, bordée de mûriers, qui mène presqu'au pied du splendide massif du Quié. De là-haut, s'offre à nous la vue sur le village des Cabannes et sur le château de Gudanes. Anaïs propose aux cavaliers de trotter et galoper en s'adaptant à la demande et aux appréhensions de chacun. Arrivés jusqu'au village de Sinsat et son église romane, le retour se fait par le bas en passant sous le petit tunnel, avant de retraverser la rivière pour revenir au centre, aux Cabannes. Pour Charlotte, la maman de Pauline, c'était une découverte. Elle n'était pas remontée à cheval depuis le collège. «C'est une belle expérience, en contact avec le cheval, la nature au milieu de superbes paysages. Monter des escaliers à cheval et traverser la rivière sont vraiment des expériences inédites. Quant à Anaïs, elle est extraordinaire, elle nous met en confiance et elle connaît très bien ses chevaux et leurs réactions. J'avais un peu d'appréhension avant de faire cette rando pour faire plaisir à ma fille, mais finalement, ça donne envie de recommencer !»

Les crinières noires : 06 95 41 37 52

Les différentes randos

Pour les débutants : «Premières sensations», 1 h 30, balade variée sur des petits chemins. Selle biplace à disposition pour les enfants de 3 à 6 ans qui n'oseraient pas monter seuls.

«Balade gourmande», même parcours sur une demi-journée, avec un arrêt au moulin de Sinsat pour rencontrer la biscuitière Carole, et déguster ses produits. Une balade facile qui permet de découvrir le patrimoine.

Niveau intermédiaire : «découverte de nouveaux horizons», il s'agit de la balade de 2 h 30 décrite dans l'article.

Cavaliers confirmés : «départ pour l'aventure» sur une demi-journée, rando vers les cols et chemins en altitude, grands galops sur les hauts plateaux, points de vue magnifiques, traversée d'estive avec les troupeaux en liberté…

La même formule, à la journée, comprend un pique-nique de produits locaux.

Toutes les informations et les tarifs à l'adresse suivante : www.crinieresnoires.com.

« Traverser la rivière et monter des escaliers à cheval sont des expériences inédites »

Marie-Lise Cans

 


,

Laure Fons championne de France de poney

La cavalière Laure Fons, des écuries de la Millasole, est championne de France de CSO./ Photo DDM. M.C.
La cavalière Laure Fons, des écuries de la Millasole, est championne de France de CSO./ Photo DDM. M.C.

«Quand quelque chose ne va pas, je fais un blocage dessus jusqu'à ce que ce soit parfait !» Les efforts et le sérieux de Laure Fons ont finalement payé le 14 juillet dernier. La jeune fille est devenue championne de France de poney en saut d'obstacles lors de l'Open de France à Lamotte-Beuvron (41).

À 17 ans, Laure est une perfectionniste. Les échecs, elle n'aime pas ça, surtout en équitation, sa passion depuis toute petite. «J'avais 4 ans quand j'ai commencé. J'allais voir mes sœurs au club, j'ai voulu faire comme elles» explique la jeune castraise. Au moment où elle s'est assise sur une selle, elle est tombée amoureuse de l'équitation. Depuis elle n'a jamais cessé de monter, pour son plaisir mais aussi pour la compétition.

Ces championnats de France de poneys, elle les prépare depuis un an avec ses coachs, Alexis Seguret et Estelle Lentignac aux écuries de la Millassole. À raison de deux séances par semaine, mais aussi avec des sorties régulières en concours, elle a gagné en technique et maturité. Elle, et ses amis du club aussi qualifiés à l'Open de Lamotte, ont également pu faire des stages avec des professionnels de l'équitation. Le jour J, au terme de quatre tours sans faute, elle s'est hissée sur la première marche du podium.

Lier études et l'équitation

En janvier 2011, elle a préféré quitter le centre équestre de La Borde Basse et rejoindre les écuries de la Millassole. Un endroit «plus convivial» où désormais elle passe la plupart de son temps libre, aux dépens de ses études. Elle l'admet sans pression : «Dès que j'ai du temps je viens, j'aide, je fais des repas, je regarde les plus grands pour apprendre.» Mais d'après son entourage, cela ne dérange en rien sa scolarité. «Laure a des facilités à l'école» justifie sa coach Estelle Lentignac. En septembre, Laure rentrera d'ailleurs en Terminale S au lycée de La Borde Basse à Castres. Même si cette année charnière risque d'être intense, elle le sait, elle ne réduira pas ses heures aux écuries. Sa prochaine étape est d'ailleurs de passer au cheval. «C'est une monte différente, et il va falloir que je m'entraîne, mais je ne veux pas y passe ma vie.»

La lycéenne y a déjà beaucoup réfléchi, elle ne veut pas devenir professionnelle. «Je révise quand il le faut pour avoir des notes correctes. Le poney c'est une passion et ça restera une passion, un moyen de lâcher la pression» avoue la jeune championne.

Les résultats des écuries de la Millassole

Quinze poneys et seize cavaliers des écuries de la Millassole ont participé aux championnats de France d'équitation 2017. Les épreuves poneys, qui se sont déroulées du 8 au 16 juillet derniers, ont vu briller plusieurs castraises et leur monture.

Emma Brandy et Assan ont terminé 17e sur 85 dans la catégorie poney 2D cadet 2. En poney 2D Cadet 1, Océane Azéma et Viva ainsi que Noémie Calvet et Bad Boy ont respectivement pris les 18e et 27e places parmi les 94 concurrents. Le club de la Millassole termine ainsi premier des écuries tarnaises et quatrième dans le classement régional.

Marie Colombier

 


,

Inès Carrière championne de France d'équitation-handicap

Inès Carrière et sa jument Saphir
Inès Carrière et sa jument Saphir

Suite à l'obtention de la délégation de service public pour le paradressage le 1er janvier dernier, la Fédération Francaise d'Equitation a organisé pour la première fois de son histoire des championnats de France de paradressage club à Lamotte-Beuvron. Il s'agit d'une épreuve de dressage équestre réservée aux personnes en situation de handicap physique.

C'est Inès Carriere qui s'est illustrée dans la catégorie Club 3.

Cette jeune femme de 19 ans, souffrant d'une infirmité motrice cérébrale qui lui restreint la mobilité de 70 % du côté gauche et 10 % du côté droit, a su diriger sa jument Saphir pour aller chercher le titre de championne de France de sa catégorie. Inès concourait sous l'effigie de l'Association Equi.Libre Midi-Pyrénées qui la suit et la forme pour gravir les échelons en compétition années après années.

Cette écurie est en réalité un Pôle Equitation/Handicap, rattaché à l'Association Marie-Louise à Gratentour, spécialisée dans la prise en charge des personnes en situation de handicap mental, moteur et/ou sensoriel (médiation animale, équitation adaptée ou para-équestre).

Dolly Maffre, coach d'Inès et co-dirigeante de la ferme Vivaldi avec Benjamin Lelong, est très fière de sa cavalière qui porte haut les couleurs de cette petite association qui a ouvert il y a seulement deux ans. La structure espère pouvoir se positionner en référence et en exemple pour la prise en charge du handicap autour des activités équestres sur la région Occitanie.

La prestation d'Inès n'a pas manqué d'impressionner le public présent et n'a pas échappé à l'œil averti de Fanny Delaval, directrice technique nationale, ni à celui de Philippe Célérier, sélectionneur de l'équipe de France. Alors à bientôt Inès, en équipe de France ? Affaire à suivre…

Ferme « Vivaldi les 4 saisons » lieu-dit Les Sudres 31340 Vacquiers

La Dépêche du Midi

 


Les concours des journées nationales du Mérens

Week-end - Une Animation

Du 18/08/2017 au 20/08/2017
Le public pourra admirer de nombreuses démonstrations durant les concours./ Photo DDM archives
Le public pourra admirer de nombreuses démonstrations durant les concours./ Photo DDM archives

Les journées nationales du cheval de Mérens se tiendront à Bouan ce week-end. Mais dès aujourd'hui, le public est invité à admirer les divers concours organisés.

Les journées nationales du cheval du Mérens démarrent aujourd'hui et s'achèveront avec le concours national qui se tiendra ce week-end à Bouan. Le Mérens, race emblématique de l'Ariège s'est largement exporté. Une cinquantaine d'éleveurs vont venir de toute la France mais aussi d'Europe : Belgique, Hollande, Italie, République Tchèque et Allemagne. Pour les passionnés ou les curieux, le public peut assister à toutes les épreuves de sélection et de concours. De beaux spectacles en perspective.

Aujourd'hui

À Prat-Bonrepaux, de 9 heures à 18 heures, au centre équestre du Castera : concours épreuves des étalons. Des Mérens «entiers» (non castrés) de 3 ans et plus seront présentés sur des épreuves de cross, attelage, dressage et longe, pour juger de leur avenir en tant qu'étalon reproducteur. Ceux qui auront été agréés par le jury pourront concourir dimanche à Bouan pour le titre de champion étalon junior.

Demain à Saurat et Luzenac

À Saurat, de 9 heures à 12 heures, concours local d'élevage. Épreuve qualificative pour le concours national de ce week-end, pour les pouliches et les poulinières (ndlr, une pouliche âgée de plus de 4 ans ayant un poulain). Ce concours est dédié à l'éleveur sauratois Aimé Maury, décédé l'année dernière. Des pouliches et poulières seront également sélectionnées par un jury à Luzenac, l'après-midi.

Vendredi à Bouan

Première journée du concours national à Bouan avec, de 9 heures à midi, le championnat des entiers âgés de 2 ans. Le jury décidera de ceux qui pourront se présenter au concours d'étalon reproducteur l'année suivante. À 15 heures, concours local d'élevage de Bouan. Les chevaux seront jugés par la Sfet (société française des équidés de travail) pour la «qualification loisirs», sur leur modèle, leur allure et sur une épreuve de parcours pour distinguer leurs capacités à s'adapter à l'équitation de loisirs.

Samedi à Bouan

De 10 heures à 12 heures, championnat national des pouliches et hongres (mâles castrés) de 3 ans, montés. Les chevaux se sont qualifiés sur différentes épreuves en France, il s'agit là de la finale nationale. Ils seront jugés sur de la reprise de dressage imposée, pour désigner deux champions nationaux : une pouliche et un hongre.

À partir de 14 heures, présentation d'étalons, en main, montés, en attelage, selon le choix des éleveurs. Suivi d'un derby cross, compétition avec sauts d'obstacles, qualificative pour le championnat d'étalons de dimanche.

Dimanche à Bouan

À partir de 9 heures, championnat national d'élevage, une championne junior sera désignée parmi trois catégories : les pouliches de 1 an, 2 ans et 3 ans.

Le concours senior désignera la championne des poulinières de plus de 3 ans. Le concours des étalons juniors désignera deux gagnants : catégorie étalon junior de moins de 5 ans, et le champion entier de 2 ans du vendredi. Et pour finir, le concours d'étalon senior sélectionnera un champion parmi les plus de 5 ans.

Marie-Lise Cans

 


,

Une médaille d'argent pour l'école d'équitation de Montgay

Laurie Beslay lors des championnats de France/ Photo MCh
Laurie Beslay lors des championnats de France/ Photo MCh

Mi-juillet, avait lieu au Parc Equestre de Lamotte-Beuvron, le championnat de France open d'équitation. L'Ecole d'équitation de Montgay, à Nailloux, avait présenté cinq cavalières : Laurie, Emola, Clarisse, Lola et Angèle qui n'ont pas démérité. En effet, Laurie a ramené le titre de vice-championne de France.

Ce championnat, qui a accueilli plus de 5 400 cavaliers en compétition, comportait, pour nos jeunes, trois épreuves, réparties sur 3 journées : reprise de dressage, cross équestre et saut d'obstacles. C'est au saut d'obstacle que Laurie, jeune cavalière de 16 ans, est montée sur la deuxième marche du podium. «Cette médaille est une revanche sur l'année dernière où j'étais tombée dans le gué alors que ma sœur jumelle avait été médaillée de bronze».

Ces cavalières naillousaines, formées depuis 3 à 4 ans à l'Ecole d'équitation de Montgay, avaient été sélectionnées à l'issue de différents concours régionaux. Les formateurs, Alain et Véronique Lafitte, Audrey Duplantier et Anaïs Pech sont «fiers de ces gamines qui ont débuté à 5 ans, et en quelques années de formation, ont réussi à monter sur le podium en championnat national».

L'école fête ses 30 ans

Cette école d'équitation créée par Véronique et Alain Lafitte sur un domaine de 8 hectares, dans le magnifique cadre des coteaux du Lauragais, va fêter ses 30 ans, le 2 septembre prochain. À l'occasion, elle organise une journée portes ouvertes, avec baptêmes en poneys et différentes animations qui réuniront tous les anciens élèves lors d'une soirée auberge espagnole avec une représentation de cirque de la compagnie «Toi-d'abord».

Le Poney club de Montgay est un club familial où petits et grands aiment à se retrouver autour des chevaux mais pour bien d'autres occasions encore (carnaval, galette des rois, chasse aux œufs de Pâques,…). Il abrite également un centre de vacances et une colo.

Contact : montgay.equitation@gmail.com 06 08 94 79 72 ou 06 38 48 27 11.

La Dépêche du Midi

 


,

Le club hippique s'illustre comme un des meilleurs de la région

L'équipe pibracaise./ DDM
L'équipe pibracaise./ DDM

Comme chaque année, la saison de concours club se termine aux championnats de France à Lamotte Beuvron (Loir-et-Cher). Dix couples du club hippique de Pibrac ont pris le départ de ce championnat, concours complet d'équitation.

La France est d'ailleurs championne olympique en titre par équipe (Rio 2016) dans cette discipline qui regroupe dressage, saut d'obstacles et épreuve de cross. Objectif sportif de la saison, les cavaliers n'ont pas démérité et ramènent à Pibrac trois classements, dont une 3e place pour Olivia Andreï.

Le coach et gérant du club hippique de Pibrac, Pierre Rivière, est satisfait des performances de ses élèves, classant le club à la 3e place en régional, toutes disciplines confondues, et 1er club de la région en concours complet, mais aussi 11e au niveau national sur cette même discipline sur environ 330 clubs.

Le club hippique de Pibrac est une école d'équitation labellisée, proposant des reprises tous niveaux à partir de l'âge de 4 ans. Installé en bordure de la forêt de bouconne, le club bénéficie d'installations adaptées et sécurisées pour l'accueil de tous. Poney club, centre équestre, écuries de compétitions et écuries de propriétaires, le club hippique organise également de nombreuses manifestations dans l'année.

Des journées portes ouvertes sont organisées les dimanches 10 et 24 septembre

Club hippique de Pibrac route de Lévignac Borde- Haute Pibrac. Tel.05 61 86 60 26/06 78 59 70 00. Secrétariat ouvert mardi matin, mercredi après midi et vendredi toute la journée.

La Dépêche du Midi

 


,

Le concours national de saut d'obstacle se prépare

Déborah et Vincent Halphen et leur équipe préparent le concours National.
Déborah et Vincent Halphen et leur équipe préparent le concours National.

À une semaine du Grand Prix National de saut d'obstacle qu'organise le club hippique Souillagais, un des plus grands de la région Sud-Ouest, rencontre avec les gérants et moniteurs du club : Déborah et Vincent Halphen.

Où en êtes-vous sur la préparation de ce grand prix ?

Toute l'équipe de bénévoles est mobilisée pour accueillir cavalières et cavaliers dans les meilleures conditions afin de conserver la renommée d'un concours qui dépasse à présent nos frontières régionales.

Qu'attendez-vous de ces trois jours de concours ?

Que tous les engagés puissent prendre du plaisir sur un terrain où la qualité exceptionnelle est déjà connue et reconnue. Et que les performances soient à la hauteur de l'évènement, afin de satisfaire tous les amoureux de CSO !

Y aura-t-il des cavalières ou cavaliers de renom ?

Le champion de France des enseignants, Éric Lagarrigue de Villefranche-de-Rouergue, sera présent avec ses chevaux, ainsi que Dominique Bentéjac, ancien participant à plusieurs Jeux Olympiques et championnats du monde, toujours formateur des meilleurs cavaliers français actuels. Il participera, malgré ses 73 ans, à de nombreuses épreuves de notre concours.

Programme

Vendredi 18 août : À partir de 9 heures et jusqu'à 18 heures : Épreuves allant de 1 m à 1 m 25.

À partir de 22 heures : Épreuves de puissance toutes catégories.

Samedi 19 : De 9 heures à 18 heures, épreuves de 1 m à 1 m 30, suivies de l'épreuve nocturne à 22 heures avec le relais, toujours très apprécié, à «l'Américaine déguisé».

Dimanche 20 : De 9 heures à 18 heures, épreuves «Grands Prix» de 1 m au «Grand Prix» qualificatif pour le championnat de France avec une barre à 1, 35 m, à 15 heures.

Buvette et restauration sur place. Entrée gratuite.

Propos recueillis par notre correspondant J-C.Cristol

 


,

Les Ecuries du Tissié en haut de l'affiche

De jeunes championnes heureuses./ DDM
De jeunes championnes heureuses./ DDM

Lors des championnats de France 2017, les Ecuries du Tissié, pour leur 3e année, réussissent à se classer 2e (ex æquo) des clubs du 31, avec une 7e et une 9e place dans les deux épreuves reines de l'équitation : la club Elite Jeune Senior en CSO et la club 1 Cadet en concours complet.

Ces deux performances complètent les autres bons résultats obtenus lors de ces championnats de France et les 18 titres régionaux de la saison 2017. Ce résultat est d'autant plus remarquable qu'il est obtenu dans des disciplines olympiques, avec des chevaux formés au club, confiés gracieusement aux cavaliers pour participer à ces championnats, cavaliers qui ont débuté pour certains la compétition en janvier ou au début 2016.

L'année qui s'ouvre est source de beaucoup d'espoirs : l'équipe compétition passe de 11 à 26 cavaliers et la cavalerie s'étoffe de 11 poneys et chevaux. Plusieurs des cavaliers, formés au Tissié vont découvrir le circuit amateur. D'autres se mesureront aux pros sur le circuit jeunes chevaux. Quant aux cavaliers «poney», les portes de la Tournée des As s'ouvrent !

Mais pour le Tissié, la vie ne s'arrête pas à la compétition. L'école d'équitation aussi se renforce avec l'ouverture de 35 créneaux horaires pour tous les niveaux et le renfort d'un troisième enseignant. Encore une nouveauté au Tissié : la création un dimanche sur deux d'une séance de Pony Games. Il reste encore des places, alors n'hésitez pas : le premier cours est gratuit. Début de saison le mardi 5 septembre.

Pour tous renseignements : ecuriesdutissie@free.fr ou 05 62 80 28 50.

La Dépêche du Midi

 


,

Stages équestres aux Crins Saint-Christophe

Du tir à l'arc à poney./ Photo DDM Y. St-A.
Du tir à l'arc à poney./ Photo DDM Y. St-A.

Fin août, divers ateliers sont organisés par le centre équestre des Crins Saint-Christophe. Le lundi 28 août, de 9 h 30 à 12 h, place aux baby's (maximum 4 cavaliers). Puis de 14 h à 17 h, conduite sans filet.

Le lendemain mardi 29, de 9 h 30 à 12 h, le travail à pied est réservé aux niveaux galop 2 et plus, avant, de 14 h à 17 h, un stage de tir a l'arc. Mercredi 30, de 9 h 30 à midi, c'est à nouveau les baby's (maximum 4 cavaliers). Jeudi 31, de 9 h 30 à 12 h, mise en selle obstacle à partir du galop 3 et, de 14 h à 17 h, «au cirque avec mon poney». Vendredi 1er septembre, de 9 h à 12 h, balade à partir du galop 3 et de 15 h à 17 h, balade baby's (maximum 4 cavaliers).

Tarifs : baby's 20 €, travail à pied 15 €, balade 30 €, conduite sans filet 25 €, tir à l'arc 25 €, «au cirque» 15 €, mise en selle CSO 30 €. Inscriptions, réservations avant le 23 août au 06 68 17 59 84 ou lescrinsdesaintchristophe@gmail.com.

Les sessions ne sont maintenues qu'à partir de 3 cavaliers inscrits. Il est possible de venir avec son cheval (accord et réservation). Les inscriptions ne seront validées qu'à réception du paiement. Par ailleurs, la balade peut être annulée si les conditions climatiques sont trop mauvaises.

La Dépêche du Midi

 


,

Voltige au bonheur des enfants

Anna et Victor fiers sur Nordin.
Anna et Victor fiers sur Nordin.

Voltige académique pour Anna, Victor, Manon, Mathilde, Carla et Marie-Laure, sans souci, et pour le cheval Nordin, au Centre équestre Ackar Barbarian, sur les conseils avisés de Joël. Pas du tout impressionné pendant les exercices de voltige, Nordin se plie volontiers aux exigences de son maître. Pourquoi le serait-il d'ailleurs, puisque les enfants sont très à l'aise pour pratiquer cette sorte de gymnastique à cheval, se mettre debout ou en amazone ? Périlleux ? Pas du tout, en particulier pour Manon qui avoue, que, outre le cheval, elle pratique la danse, et ça se voit ! Chacun, sous la chaleur du mois d'août, dans le pré non loin des bois de Ryesses à Saint Benoît, y trouve son bonheur, que ce soit Victor très sérieux dans son apprentissage ou Manon ou encore Anna dont le seul souci est sa bombe trop grande malgré son bandana rose… Quant à Carla, pas de souci, elle sait s'y prendre, Mathilde et Marie-Laure aussi. Alors, satisfait Joël ? Il semble que oui, et Nordin ? La petite douche après la leçon de voltige n'a pas été pour lui déplaire. Alors tout baigne !

La voltige académique développe grâce, équilibre physique et psychique.

M.T.S

 


,

Les résultats des cavalières aux championnats de France

Des cavalières vicoises qui ont représenté Vic-Fezensac./ Photo DDM G. C.
Des cavalières vicoises qui ont représenté Vic-Fezensac./ Photo DDM G. C.

Les championnats de concours complet d'équitation se déroulaient à Lamotte-Beuvron, en Sologne, fin juillet. Cinq cavalières du Centre équestre vicois (CEV), leur coach Vanessa Bouzigues, et leurs chevaux y ont participé. Les cavalières concouraient toutes dans une catégorie différente, en fonction de leur âge et de leur niveau. Maïlys Prouzet, montait «Kaory d'Arros», un cheval du CEV. Elle a ouvert le bal, en catégorie Cadet 2 Excellence. Les épreuves débutaient par du dressage, durant lequel elle a réalisé un enchaînement de figures imposées. Elle disputait pour la première fois ces championnats et, en réalisant le meilleur dressage de sa saison, se classait 27e.

Au cross, série de sauts d'obstacle naturels, Maïlys a signé un sans-faute. Au CSO, parcours d'obstacles dans une carrière, elle termine également sans faute. Maïlys et «Kaory» finissent à la 20e place sur 33 qualifiés.

Amélie Léon, associée à «Nova», cheval du CEV, était pour la première fois aux championnats. Le couple qui s'est formé en cours de saison signe aussi le meilleur dressage de son année, ce qui les place à la 29e place sur 46 participants de la catégorie Cadet 1 ; à l'issue de la dernière épreuve, le CSO, 29e sur 46.

Mathilda Trabut et «Sydney» sont, à l'issue du dressage, 28es sur 41 de la catégorie. Après un cross sans faute, elles se placent à la 22e place. Un sans-faute au CSO leur permet de terminer la compétition à la 19e place.

Sophia Avila montait «Socrate» qui participait pour la première fois aux championnats de France. Le dressage les place à la 46e place sur 51 participants dans la catégorie jeunes cavaliers club 2 excellence. Un sans-faute au CSO leur permet de remonter à la 35e place.

Le Centre équestre vicois est très fier de ses cavalières, de leur participation et de leur persévérance.

Lucile Pérès, vice-championne de France

Lucile Pérès est la présidente du Centre équestre vicois. Elle a participé avec les 4 cavalières du CEV. Elle prenait le départ de ces championnats de France club 1 jeunes seniors avec «Quovadis Vergoignan», son cheval. Ils portaient le dossard numéro 2. Après un dressage réussi, ils se classent seconds au provisoire sur 28 participants, à 2 points de la tête et à 5 points du troisième.

Le lendemain, ils finissent leur cross maxi (sans faute et dans le temps imparti). Seulement 4 concurrents sur les 30 au départ réussissent à réaliser ce sans-faute. Lucile maintient donc sa seconde place. Le troisième jour, ils abordent le CSO avec un écart de 10 points avec la troisième place et toujours de 2 points avec la première. «Il faut donc assurer le sans-faute pour espérer prendre sa place», se motivait Lucile. «Quovadis» en grande forme coopère et offre le luxe à sa cavalière de rester seconds dans le pire des cas. «Nous prenons seulement 3 points de pénalités pour temps dépassé. La première sort avec une barre qui lui coûte 4 points».

Lucile et «Quovadis Vergoignan» terminent donc vice-champions de France, un doublé sans faute, à un point de la tête. Bravo à nos champions.

La Dépêche du Midi

 


,

Hounedis : le club hippique prépare la rentrée


Noélie et ses élèves./ Photo DDM, J. F.
Noélie et ses élèves./ Photo DDM, J. F.

Durant tout l'été le club hippique d'Hounedis organise des stages d'initiation et de perfectionnement mais n'oublie pas d'anticiper la rentrée de septembre.

Entre deux cours, Noélie la monitrice explique : «Dès la fin de l'été nous reprenons nos activités annuelles avec nos 15 chevaux et 14 poneys. Hippologie, dressage, obstacle et cross sont au programme de la rentrée, sans oublier les randonnées dans la forêt de Bouconne qui se trouve aux portes du club. Les enfants sont les bienvenus pour une initiation à dos de poney». Les renseignements pour les inscriptions de rentrée sont donnés au club hippique.

La Dépêche du Midi

 


Les cavaliers léranais tutoient les sommets

 

Ninon Lamontagne dans le top 10 national pour sa première participation./ Photo DDM.
Ninon Lamontagne dans le top 10 national pour sa première participation./ Photo DDM.

Les cavaliers du groupe compétition du centre équestre de Léran n'ont pas fait que de la figuration à Lamotte-Beuvron lors du championnat de France de sauts d'obstacles (CSO). Ils sont revenus avec la médaille de bronze de Sacha Saydak et un classement dans le top 10 national pour Ninon Lamontagne. Ces performances, ainsi que la belle tenue des cinq cavaliers engagés, encouragent Philippe Labeda pour poursuivre l'engagement de son centre équestre dans les épreuves fédérales. L'an dernier, c'est Caroline Moralès qui s'était emparée du bronze en Club 2. Cette année, avec «Tumaï», elle s'était engagée dans la catégorie supérieure et n'a raté la finale que d'un tout petit point pour dépassement de temps. Toujours en Club 1, Phoebee Rouzaud effectue de magnifiques tours avec «Macha» mais bute à deux reprises sur le dernier obstacle. Frustrant, évidemment. Charlotte Soula et Ninon Lamontagne faisaient leurs premiers pas en championnat de France Club 2, découvrant «la Mecque de l'équitation». Des premiers pas remarqués pour Charlotte. «Chachou», avec «Rossinante», effectue un double sans faute mais ne se qualifie pas au temps, la faute à un tracé trop peu sélectif au niveau technique. Ninon, avec «Clarmount-Charly», obtient une très gratifiante dixième place grâce à un triple sans faute. Une prouesse pour une première participation. Enfin, Sacha Saydak, en Club Elite, voit son investissement récompensé. «À 18 ans, libéré par l'obtention récente de son baccalauréat, le jeune cavalier laroquais, sur «Shubert», était à 200%» commente son coach. Il grimpe fièrement sur la troisième marche du podium dans une catégorie très relevée.

Le centre léranais a donc tiré son épingle du jeu, donnant le change à de grosses écuries. «Il n'y avait pas moins de 4 800 engagés en CSO, indique Philippe Labeda. Nos cavaliers se sont montrés à la hauteur car sur treize tours effectués, ils font très peu de fautes : deux barres et un refus, seulement.»

Alain Eychenne

 


Malena Miorin : bon sang ne saurait mentir

Malena Miorin (à droite), championne de France
Malena Miorin (à droite), championne de France

Vingt ans après le quadruplé du Stade Toulousain (1994, 1995, 1996, 1 997) dans lequel un certain Hugues Miorin était une poutre indéfectible du pack rouge et noir, la famille Miorin cultive toujours sa présence au plus haut niveau. Cette fois, c'est Malena Miorin, sa fille, âgée de 15 ans, qui a eu l'honneur de remporter un titre national. Ici, point de rugby, mais de l'équitation dans la catégorie Club 2, Cadet 1 premium. Elle a remporté la médaille d'or la semaine dernière lors du championnat de France qui s'est déroulé à Lamotte Beuvron, en Sologne, et auquel participaient pas moins de 1 500 clubs.

Licenciée au club hippique de la forêt de Vacquiers, Mailena Miorin pratique l'équitation depuis ses plus jeunes années. Avec ce titre national en poche comme papa, bon sang ne saurait mentir. Le Stade Toulousain des années quatre-vingt-dix était vraiment une fabrique à champions…

La Dépêche du Midi

 


,

Une Limouxine en finale Élite

Elsa Chauvet sur sa monture Pressentiment du Nord./ DR
Elsa Chauvet sur sa monture Pressentiment du Nord./ DR

Une Limouxine en finale. La petite fille de Popo et Andrée Chauvet est toujours à l'assaut des premières places en hippisme. Suite à la saison de concours 2017, et leur belle neuvième place décrochée au championnat régional de d'Île-de-France à Fontainebleau, le talentueux couple Elsa Chauvet et sa monture Pressentiment du Nord se sont qualifiés pour les championnats de France d'équitation à Lamotte-Beuvron. Ce cheval est le fils de Risueno La Silla, cheval mexicain de sport ayant participé aux Jeux Olympiques d'Atlanta en 1996.

Après deux épreuves sans pénalité, le couple a pu accéder à la finale de l'épreuve Club Élite jeune senior excellence. Cette épreuve compte des obstacles entre 1,05 m et 1,10 m pour certains. Le succès a été à nouveau au rendez-vous. Seulement 14 couples des 75 engagés ont pu participer à la finale.

Une petite faute coûte le bronze

Pour la finale, 13 couples étaient sur la ligne de départ pour se départager sur une ultime épreuve «le barrage». C'est une épreuve de vitesse qui compte entre cinq ou six obstacles. Sept couples ont terminé quadruples sans faute. Elsa et Pressentiment du Nord, 3e temps du chrono, écopent d'une petite faute qui leur coûte 4 points, et frôlent la médaille de bronze de peu. Elsa Chauvet et Pressentiment du Nord terminent leur Championnat de France avec une belle 8e place.

La Dépêche du Midi

 


,

L'endurance ne doit pas s'essouffler

Michel Valat résumaant la course d'endurance en présence des élus et de membres organisateurs.
Michel Valat résumaant la course d'endurance en présence des élus et de membres organisateurs.

Les 250 chevaux, leurs cavaliers et tout le personnel d'assistance qui avaient participé à la fête de la course d'endurance de Mouzieys-Teulet, qui s'est étirée de jeudi soir à dimanche soir, n'étaient pas tous présents à la remise des prix. Les élus, seulement représentés par Gérard Puech, maire de la commune de Mouzieys-Teulet et Marie-Claire Malroux 1re édile de Fréjairolles, se sont réjouis du succès de la participation et de l'organisation. Aux commandes, Michel Valat et son équipe VITE n'ont pas lésiné leur peine pour la réussite de cette manifestation homologuée par la fédération internationale. La 1re course de 120 km, entrecoupée de temps de repos de 40 minutes tous les 30 km environ, avec contrôles de santé par des vétérinaires assermentés, a compté des Français bien sûr et deux autres nationalités. «Merci à tous les concurrents, ce week-end de trois jours est une réussite par le comportement des cavaliers en tous points, et surtout à l'égard des chevaux. C'est la 1re fois que l'on mesure un sans-faute, c'est-à-dire qu'aucun cheval n'a été éliminé dans une course 1re étoile» s'est réjouit Michel Valat qui n'a pas caché que la fatigue, la lassitude et le manque de soutien de grandes collectivités érodaient les bonnes volontés». À quoi, il faut ajouter les prélèvements participatifs importants réalisés auprès de l'organisation de course par la société hippique française notamment. À demi-mot, le découragement pourrait voir l'endurance s'essouffler. Ce que d'aucuns regretteraient !

Y. C

 


,

Jumping national ce week-end au village

Trois jours de fête et de compétition./ Photo DDM.
Trois jours de fête et de compétition./ Photo DDM.

Les 4,5 et 6 août, la Société hippique pratéenne organise la 35e édition de son concours de saut d'obstacles (CSO). Une belle longévité pour cette manifestation qui accueille des cavaliers venus de tout le sud de la France.

Au programme, quinze épreuves et une dotation de 12 000 €, avec pour conclure, dimanche après-midi, le prix de la ville de Prat-Bonrepaux : des obstacles de 1,35 m et qualificatif pour le championnat de France.

On attend plus de 400 cavaliers, qui pour beaucoup sont des fidèles de la prairie du château. Ils évolueront sur des parcours composés, comme d'habitude, par Patrick Marquebielle, ancien international de concours complet, et sous l'œil vigilant des présidents du jury, Christine et Daniel Anselme.

Comme chaque année, le président André Ullas peut compter sur une équipe de bénévoles bien rodée, qui s'activera pour que la fête soit belle.

Le CSO a le plaisir d'accueillir des cavaliers de renom, comme Didier Courrèges, qui depuis quelques années nous honore de sa présence. Ancien du Cadre noir de Saumur, il a été champion olympique à Athènes, en 2004 ; vice-champion du monde à Jerez, en 2002 ; deux fois vice-champion d'Europe, en 2001 et 2002, et champion de France en 2002.

À l'ombre des catalpas, les organisateurs espèrent un nombreux public pour assister à un spectacle de qualité dans un cadre somptueux.

L'entrée est gratuite et un service de restauration est assuré sur place.

La Dépêche du Midi

 


,

«Obsidienne» et Chloé, un tandem en or

Sur la plus haute marche du podium, Chloé et sa coach Julie.
Sur la plus haute marche du podium, Chloé et sa coach Julie.

Pour Chloé Gonzales, 14 ans, c'est l'été du bonheur et de la réussite : après l'obtention du brevet des collèges mention bien, sa première qualification en catégorie cheval au championnat de France de Lamothe-Beuvron, c'est la plus haute marche du podium qu'elle a gravie, là-bas, en Sologne, remportant médaille d'or et titre de championne de France en CSO (Concours de sauts d'obstacles), club 2 cadets 1 excellence.

Les championnats de France, la sociétaire, depuis l'âge de 4 ans, du Team Julie à Bordères-sur-l'Échez, y avait déjà participé, en 2015, en catégorie poney. Mais sa taille, 1,72 m, malgré son jeune âge, imposait cette année qu'elle s'aligne à cheval, pour la première fois.

Ils étaient 116 au départ ; sortie sans faute le premier jour, elle participait à la deuxième épreuve, le lendemain, et remportait sa place en finale, 16e parmi les 30 meilleurs. Une finale de rêve (que l'on peut voir sur le site de la FFE) pour Chloé et sa jument de 8 ans «Obsidienne», meilleur temps avec zéro faute. Podium, cadeaux, «La Marseillaise», tour d'honneur… Dans les gradins, son papa Arnaud et sa coach depuis les débuts, Julie, sont aux anges, tandis que la famille, restée dans les Hautes-Pyrénées, suit les événements en direct, via «Snapchat», avec beaucoup d'émotion.

Une belle histoire de famille pour Chloé puisque ses parents et son frère Nathan sont très impliqués, toute l'année, derrière elle, pour la soutenir. Jusque-là en sport-études à Jeanne-d'Arc, elle s'apprête à rentrer en seconde à Théophile-Gautier. Mais sa passion du cheval, c'est aussi avec Julie qu'elle la vit, presque au quotidien, au centre équestre Team Julie à Bordères, avec trois entraînements par semaine, plus les concours, le dimanche ; Julie qui l'a aidée à vaincre sa peur quand, toute petite, elle l'empêchait de vivre pleinement sa passion. Mais la jolie Chloé est persévérante, courageuse et avec sa précieuse «Obsidienne», c'est un duo en or qu'elle forme, franchissant tous les obstacles.

«Obsidienne» sauvée de l'abattoir

«Obsidienne», la jument de 8 ans, pensionnaire au Team Julie, chemin de l'Adour à Bordères-sur-l'échez (jouxtant la villa «Corina»), a elle aussi une belle histoire.

En effet, cette jument pur-sang était promise à un bel avenir, ayant remporté une grosse course avec son précédent propriétaire. Un problème de croissance trop rapide changea la donne ; la jument ne courait plus aussi vite et fut réformée. Destinée à la boucherie si l'on ne trouvait pas de repreneur, c'est à ce moment-là, alors qu'elle était âgée de 4 ans, que le Team Julie en fit l'acquisition. Mise au vert d'abord, «Obsidienne» fut ensuite initiée au travail de club et participait, elle aussi pour la première fois, ces derniers jours, au championnat de France de Lamothe-Beuvron. Récompensée, comme sa cavalière, «Obsi» a reçu couverture, tapis et la cocarde bleu-blanc-rouge de champion de France.

Isabelle Sanchez

 


Fête nationale aux Écuries de la Ganguise

Complicité cheval-cavalier, pendant une reprise.
Complicité cheval-cavalier, pendant une reprise.

En ce long week-end du 14-Juillet, le domaine de Coupadels a accueilli pas moins de 146 cavaliers venus de tout le Sud-Ouest pour les trois journées de compétition de dressage, organisées par Marina Desclaux, la charmante maîtresse de ces lieux. Ce programme de 54 épreuves est son œuvre puisqu'elle tient les rênes, depuis cette année, du domaine : avec — et c'est la nouveauté — les 10 épreuves du concours préparatoire, le premier jour, suivies des 44 épreuves sur les deux autres jours, du concours Languedoc-Roussillon Tour Dressage.

Le dressage consiste à faire évoluer les chevaux et mettre en valeur l'élégance de leurs mouvements et l'aisance de leur emploi. Il a pour but de développer les qualités d'un poney ou d'un cheval par une éducation harmonieuse, avec pour conséquences de le rendre calme, confiant, souple et brillant, démontrant sa grande complicité avec son cavalier. Cela constitue la base de toutes disciplines équestres visant à développer la relation cavalier-cheval jusqu'à parvenir à ces «moments de pure magie, quand le cheval semble danser au rythme de la musique, sous des demandes invisibles». Dans les compétitions, les évolutions se font sur des reprises composées, selon le protocole, de mouvements classiques et de figures imposées ou libres, le cheval évoluant dans les différentes allures.

Pour cette organisation sans faute, Marina a su s'entourer, en plus de Loïc, employé au domaine, de personnes passionnées et de bonne volonté. D'ailleurs, elle ne tarit pas d'éloges pour exprimer sa reconnaissance envers l'équipe de bénévoles qui se démènent pour que le séjour des concurrents se passe du mieux possible. Et les sponsors, de plus en plus nombreux chaque année, continuent de suivre les projets des écuries comme, dans le canton, Côté jardin et l'entreprise Vallez, de Salles-sur-l'Hers ; la ferme du Bénès, à Sainte-Camelle, et Le Cathare, à Belflou.

La Dépêche du Midi

 


,

Beaux résultats pour le centre équestre du Capricorne


Manon Estivals a terminé 5e aux championnats de France./ Photo DR
Manon Estivals a terminé 5e aux championnats de France./ Photo DR

Le centre équestre du Capricorne vient de briller aux championnats de France d'équitation 2 017. Cet événement de haut niveau (le «Generali Open de France 2 017») était organisé par la fédération française d'équitation à Lamotte-Beuvron dans le Loir et Cher (41).

Manon Estivals a terminé 5e lors de la finale en catégorie «Club 2 Cadet 1 Prenium» avec «Bad Girl» du Capricorne. Elodie Labatut et «Utopie» du Capricorne finissent 18e dans la catégorie «Club 2 Jeune Senior Excellence». Ces résultats remarquables viennent bel et bien récompenser une qualité de formation locale.

A noter que des «cours, pensions, concours, stages, balades et anniversaires» sont également proposés tout au long de l'année.

Les Saint-Lysiens peuvent être fiers de ces deux cavalières.

Plus d'infos :

Site internet : www.ceducapricorne.fr

Facebook : Centre équestre du Capricorne

Email : equi-capricorne@wanadoo.fr

Tel : 05 62 14 48 94 ou 06 03 07 29 97.

La Dépêche du Midi

 


,

7e raid équestre : 110 cavaliers au départ

Une chevauchée sur le plateau des lacs./ Photo : O. Franc .
Une chevauchée sur le plateau des lacs./ Photo : O. Franc .

 

 

En selle pour la 7e édition de l'endurance équestre «L'Anglèsienne». Elle se dispute ce week-end, les samedi 5 et dimanche 6 août, au stade municipal d'Anglès. «La compétition accueille cette année 110 chevaux, annonce Agnès la responsable technique. Des cavaliers qui viennent de toute la France, dont certains internationaux comme Alex Aubertin. Sans oublier les centres équestres du coin, Gassiès, le Somail et les Chevaux du Soleil». La compétition se déroule en plein cœur du Parc naturel et les cavaliers apprécient le territoire du Haut Languedoc pour ses terrains roulants et techniques, ses chemins ombragés, mais aussi pour ces paysages de moyenne montagne (700 m).

Bénévoles

Cette compétition ne peut se faire sans l'aide de bénévoles. «Nous pouvons compter sur une cinquantaine de bénévoles. Il y a les fidèles et puis chaque année nous en avons des nouveaux qui viennent donner un coup de main». Ils assurent entre autres la sécurité route, le balisage, le chronométrage, l'assistance vétérinaire ou la buvette.

Animation

Une nouveauté cette année. L'animation est assurée toute la journée par Vincent Dougados qui lâche (provisoirement) les chevaux-vapeur pour les chevaux d'endurance. «Vincent Dougados est connu pour être le speaker officiel des rallyes mais il a pratiqué le cheval dans sa jeunesse. Il a même fait de l'endurance équestre à haut niveau aux Chevaux de Tony».

Endurance

L'endurance équestre «a pour but de faire découvrir aux cavaliers, sur des distances imposées (20,40,60,82 km) et en un temps limité, le potentiel du cheval sans mettre en péril sa santé grâce à des contrôles vétérinaires rigoureux avant, pendant et après l'épreuve». Les premiers contrôles vétérinaires se font à 7h et le départ de la 90 km est fixé à 8h.

Food truck

Le public est convié à découvrir cette discipline équestre au stade ou le long du parcours. Il aura la possibilité de se restaurer sur place toute la journée avec le food truck Le Massilia (pizzas, sandwichs, frites, glaces, pâtisserie…) qui fait marcher les commerces locaux (boulangerie et charcuterie) et une buvette.

Fête médiévale

Anglès accueille aussi le dimanche 6 août une fête médiévale sur le site du Battut. C'est une immersion totale dans le Moyen Âge en Occitanie avec des combats à l'épée et à cheval. Une troupe médiévale, «Les chevaliers et Gentes Dames d'Occitanie», offre au public de nombreuses attractions : ateliers (danse, cuisine, maquillage, tressage de blé…), démonstrations, jeux médiévaux, tournoi et un banquet pour festoyer.

Renseignements endurance : 06 03 13 74 92.

La Dépêche du Midi

 

 


,

Sauvé de l'abattoir, son cheval la mène au titre de championne de France


Chloé Gonzalès et sa jument Obsidienne ont été sacrées championnes de France./Photos FFE
Chloé Gonzalès et sa jument Obsidienne ont été sacrées championnes de France./Photos FFE

Pour la Bigourdane Chloé Gonzales, 14 ans, c’est l’été du bonheur et de la réussite : après l’obtention du brevet des collèges mention bien, elle a décroché sa première qualification en catégorie cheval au championnat de France de Lamotte-Beuvron, dans le Loir-et-Cher. Et c’est la plus haute marche du podium qu’elle a gravie, là-bas, en Sologne, remportant médaille d’or et titre de championne de France en CSO (Concours de sauts d’obstacles), club 2 cadets 1 excellence.

« Obsidienne », la jument de 8 ans, pensionnaire au Team Julie, chemin de l’Adour à Bordères-sur-l’Echez, dans les Hautes-Pyrénées, a elle aussi une belle histoire.

En effet, cette jument pur-sang était promise à un bel avenir, ayant remporté une grosse course avec son précédent propriétaire. Mais un problème de croissance trop rapide a changé la donne ; la jument ne courant plus aussi vite, elle a été réformée.

Destinée à la boucherie si l’on ne trouvait pas de repreneur, c’est à ce moment-là, alors qu’elle était âgée de 4 ans, que le Team Julie en fait l’acquisition. Mise au vert d’abord, « Obsidienne » a ensuite été initiée au travail de club et a participé, elle aussi pour la première fois, ces derniers jours, au championnat de France de Lamotte-Beuvron. Récompensée, comme sa cavalière, « Obsi » a reçu couverture, tapis et la cocarde bleu-blanc-rouge de championne de France.

ANDY BARREJOT

 


,

Le poney-club 3è au championnat de France

Les cavaliers du poney club de Grenade et leur coach./ Photo DDM
Les cavaliers du poney club de Grenade et leur coach./ Photo DDM

Le Generali Open de France est le championnat de France multidisciplinaire d'équitation dédié aux cavaliers de club et à poney. Organisé à Lamotte-Beuvron par la Fédération française d'équitation, ce championnat représente l'aboutissement d'une saison sportive pour 15 000 cavaliers issus de tout le territoire national.

Le poney-club de Grenade (situé route de Montaigut) s'est bien comporté, avec le team Hugo and the Queens, dans la discipline du saut d'obstacles en catégorie Poney 3 D Junior

Excellence. Il était composé de Hugo Toumieux et Luckygirl 2nd, Mylène Champié avec Ulan de Bedou, Paola Simioni et Unde d'Arz, Cameron Guiter et Ullabie de Beaufort. Grâce à leur bel esprit d'équipe et à leurs performances sportives, le team Hugo and the Queens s'empare de la troisième place de l'épreuve.

Beaucoup de sang-froid

Les cavaliers ont ainsi eu la chance de monter sur le podium. Leur coach Floriane Guiter, pouvait être fière : «Mes cavalières n'ont jamais manqué de sang-froid et ma cavalière de barrage a été top malgré une blessure. Il y avait beaucoup d'émotion sur le podium».

Le séjour à Lamotte-Beuvron était placé, malgré le stress, sous le signe de la bonne humeur et du partage entre les cavaliers, les familles et la coach. Tous comptent revenir l'an prochain pour tenter de décrocher une nouvelle médaille.

La Dépêche du Midi

 


,

Des cavaliers au championnat de France

Le moniteur Florian Lanneree entouré de Danaé Campan, Carla Pelaz et Louis Domec.
Le moniteur Florian Lanneree entouré de Danaé Campan, Carla Pelaz et Louis Domec.

 

 

Le concours de sauts d'obstacles (CSO), c'est la discipline reine de l'équitation où l'on se qualifie avec de nombreuses prestations de bon niveau.

Sur chaque concours, la suprématie est remise en cause par le nombre très important de cavaliers qui s'affrontent. Seuls les meilleurs couples (cheval et cavalier) sortent du lot. C'est la discipline la plus connue, la plus pratiquée et la plus médiatique. Cette année encore, la ferme équestre Le Moulian compte deux cavaliers, Louis Domec pour la 2e fois et sa cousine Carla Pelaz qui participaient aux championnats de France, club 2, cadet 1 excellence ainsi que Laura Toulouzet en club 2 espoirs. Quant à Danaé Campan, elle finit 4e meilleure cavalière club 2 de toute l'Aquitaine. Une référence !

Pour le championnat de France, Louis s'alignait avec «Coxci d'Orphée» (propriétaire Laura Toulouzet) et Carla Pelaz avec «Macha de l'Orée» (propriétaire Consorts Domec). À noter que ces deux jeunes cavaliers de 15 et 14 ans ont obtenu leur galop 7 lors d'un stage chez une cavalière enseignante pro.

Dès septembre, ils concourront en amateurs dans toute la France. Il faudra trouver deux montures de haut niveau. Pendant les vacances, les cours cavaliers continuent ne serait-ce que pour ne pas perdre la main. Les balades vont bon train, stages et bivouac sont très demandés. Le sable de renom de la carrière principale est arrivé et les ornements paysagers sont finis. Sur 2018, des concours de CSO – derby cross – CCE – dressage pour tous les clubs des départements limitrophes, c'est pour bientôt. Qu'on se le dise !

Pour tous renseignements : tél.06.30.93.95.06 ou 05.62.97.41.18. Site : ferme-equestre-pyrenees.com, Mail : jean-guy.domec©wanadoo.fr.

Nathalie Nogues

 

 

 


,

Estelle et «Tatiana» reines de la piste ouverte

Estelle, en dernier des Mohicans, et «Tatiana», saluant le public, ont remporté le trophée piste ouverte./ Photo D. P.
Estelle, en dernier des Mohicans, et «Tatiana», saluant le public, ont remporté le trophée piste ouverte./ Photo D. P.

Que le choix fut difficile pour le jury de la piste ouverte, ultime rendez-vous d'Esquestria ! Les qualifiés de cette soirée, huit au total, redoublaient en effet d'ingéniosité et de créativité pour remporter leur prochaine participation à la Nuit des Créations 2018. C'est ce qu'a rappelé celui qui a été surnommé le «sémillant et pétillant présentateur» Éric Bentahar : «Les concurrents seront notés sur la technique, la mise en scène, la musique, les costumes et le décor mais aussi par le public sur le principe de l'applaudimètre».

Le public a tôt fait de se rendre compte que la tâche allait être ardue dès la première présentation d'Estelle et sa ponette, «Tatiana», qui, sur un air de Far West, ont enthousiasmé les spectateurs sur le thème du «Dernier des Mohicans», dévoilant une complicité totale entre l'animal et sa jeune dresseuse qui pratique l'art du dressage en liberté. Le second à s'élancer sur la piste fut Thibault Mauriés et son cheval fougueux dans un numéro énergique et décoiffant. à chaque passage, les applaudissements ont accompagné les prouesses des cavaliers et surtout des animaux, magnifiques. La Femme Chaussette est ensuite venue apporter un peu de légèreté et beaucoup d'humour et de poésie sur le thème du cinéma des années «30» accompagnée de son fidèle «Vizir».

La jeune Maléa et son cheval aveugle, «Diego» (lire ci dessous), faisaient également partie du casting : «Cela ajoute à la difficulté du dressage», a spécifié le présentateur afin que les personnes présentes prennent la mesure de la prouesse. Rebecca Perroud et ses deux chevaux ont aussi présenté un numéro tout en technique et complicité avant de céder la place Cécile Philip, aérienne dans un numéro de clown très particulier. Audrey Fielloux a encore ajouté à la difficulté avec trois chevaux, deux en tandem et l'autre en totale liberté, une création unique pour ce trophée piste ouverte à Equestria. Enfin, la troupe familiale, Caval y Fuego, a terminé avec panache cette belle soirée entre cracheurs de feu et courses folles.

Estelle et «Tatiana» se hissent sur la plus haute marche d'un podium 100 % féminin puisqu'elle est suivie de la Femme Chaussette et de Rebecca Perroud. Celle qui fera donc partie de la Nuit des Créations 2018 n'aura eu que quelques mots timides : «Je ne m'y attendais pas du tout mais franchement, je suis trop contente».

Delphine Pereira

 


,

De cheval martyr à cheval artiste

Le destin de conte de fées du cheval «Diego».
Le destin de conte de fées du cheval «Diego».

 

 

C'est une belle et triste histoire que nous a confiée Maléa Landi. Son cheval «Diego», avec qui elle présente son spectacle «Aurora», est devenu complètement aveugle suite aux négligences de son ancien propriétaire. «Diego» est un magnifique cheval cruzado, selle français croisé pure race espagnole, mais il revient de loin. Il y a un peu plus d'un an, Maléa découvre l'animal laissé sans soins, maigre, et enfermé dans l'obscurité d'une grange depuis plusieurs années. Son propriétaire, qui n'est pas en état de s'en occuper, lui laisse emporter le cheval avec elle. Le vétérinaire lui dit qu'il risque de ne pas survivre car il est trop affaibli, de plus il est en train de devenir aveugle à cause d'une uvéite suite à son long enfermement dans le noir. Lui prodiguant soins et amour, le cheval se rétablit peu à peu. Elle le fait travailler en douceur et lui fait développer muscles et souplesse. Malea poussera cette rééducation jusqu'à un vrai travail de dressage. «Diego» n'y voit plus mais répond bien à la voix et se laisse dresser facilement. C'est un véritable retour à la vie, Maléa est encore elle-même étonnée des progrès si rapides de «Diego». C'est un véritable cheval artiste qui connaît nombre de figures de spectacle, effectuant avec facilité cabrer, campo, révérence. En scène, il n'a pas peur et semble avoir toute confiance en celle qui l'a sauvé. Il vit aujourd'hui avec l'âne «Pepper», qui lui aussi a fait un spectacle à Equestria l'an dernier. Désormais, il n'est plus seul et abandonné dans le noir, il est entouré d'amour et aujourd'hui tous les regards se portent sur lui. «Diego» galope sous les projecteurs d'Equestria. On lui souhaite une longue et belle vie d'artiste.

Stéphanie Bontemps

Articles de presse Juillet

paru le 03/08/2017

 

 


,

Les écuries d'En Cayla veulent s'ouvrir au handicap

Bouba, le cheval de trait./ Photo DDM, K. C.
Bouba, le cheval de trait./ Photo DDM, K. C.

Hélène Demblans, agricultrice et gérante des écuries d'En Cayla sollicite les internautes via Miimosa, une plateforme de financement participatif afin d'élargir ses possibilités d'accueil et proposer des balades à cheval et en calèche pour les handicapés moteurs et créer un projet appelé «Handi-capable» basé sur des modules pédagogiques adaptés aux enfants avec tout type de handicap.

«Ce projet est développé en collaboration avec une équipe bénévole qualifiée : une kinésithérapeute, une assistante sociale, une institutrice spécialisée et des éducateurs» raconte Hélène, très attachée à ce projet. La collecte doit servir à financer le dressage et l'équipement de Bouba, un cheval de race «demi-trait» acheté en juin dernier qui doit être formé à l'attelage.

Ainsi, il pourra être attelé à une calèche aménagée spécifiquement qui transportera les personnes à motricité réduite n'ayant pas la capacité de monter à cheval pour se balader dans la forêt. «Le montant nécessaire pour réaliser ce projet est de 3 000 € et la collecte dure encore une vingtaine de jours» précise la jeune femme bien décidée à mettre tout en œuvre pour faire exister ce projet.

En savoir plus : www.miimosa.com/fr/projets/lacces-pour-tous-aux-ecuries-projet-handi-capable.

K. C.

 


Pech-David : bons résultats du club hippique au championnat de France

Le club de Pech-David s'est hissé jusqu'à la finale./ Photos DDM
Le club de Pech-David s'est hissé jusqu'à la finale./ Photos DDM

Toute cette semaine s'est déroulé à Lamotte-Beuvron en Sologne, le Championnat de France-Club Hippique avec près de 1500 Clubs.

Trois cavaliers s'y sont hissés en finale dans leur catégorie d'âge. Clara Meyer-Boye avec le cheval Boris (17e) Tom Benayoun avec le cheval Scott du Marcran (20e) et Elise Beros avec le cheval Famosa H (25e). C'était leur première participation à cette gande compétition nationale. Le groupe comprenait Mlles Jeanne Gangloff, Céleste Mary, Agnès Ponthus, Pauline Tastet et Rosa Lozano-Goupil qui ont réalisé de jolis parcours. Leur encadrement était assuré par Mesdames Emma Jordy, Inès Michalski et Nicolas Chabbert.

La Dépêche du Midi

 

 


,

Les Écuries de Festes aux championnats de France

Laura Olive et son enseignante Axelle Oliva.
Laura Olive et son enseignante Axelle Oliva.

Les élèves compétiteurs des Écuries de Festes ont sillonné les concours départementaux, régionaux et nationaux durant l'année. Le fruit du travail a payé puisque l'une d'entre elles a décroché son billet pour un prestigieux rendez-vous. Laura Olive et «Vegas de Bayet» se sont qualifiés pour le Generali open de France en concours de saut d'obstacles en catégorie club 2, à Lamotte-Beuvron (parc équestre fédéral). Grâce à leur persévérance, à leur opiniâtreté et au savoir-faire de leur monitrice, Axelle, ils ont obtenu tout au long de la saison des classements réguliers en compétition. Ce couple a donc pris la route des championnats de France club jusqu'au 30 juillet.

Mais ça ne s'arrête pas là : Axelle Oliva, propriétaire et enseignante des Écuries de Festes, participera, elle aussi, pour la deuxième année consécutive, à la grande semaine de Pompadour qui a lieu du 14 au 18 septembre, aux Haras nationaux.

Leurs bons résultats durant la saison de compétition leur ont permis d'être qualifiés pour la finale jeunes chevaux de France SHF en concours complet d'équitation. Nous retrouverons donc «Qador d'Aubrie Z» et Axelle Oliva dans la catégorie des jeunes chevaux de 5 ans en cycle libre 2e année. Ils seront, comme chaque année, accompagnés et soutenus par leur fan-club des Écuries (élèves et parents d'élèves du club).

La participation à ces championnats à Lamotte-Beuvron et Pompadour est une belle récompense pour le travail fourni tout au long de l'année par Laura et Axelle.

La Dépêche du Midi

 


,

L'écurie du Réal : voltigeurs de l'extrême

Culture - Histoire - Nuit des Créations

Avec le trio de l'écurie du Réal, phobiques de la voltige s'abstenir…/ Photo Rachel Barranco.
Avec le trio de l'écurie du Réal, phobiques de la voltige s'abstenir…/ Photo Rachel Barranco.

À la tête de l'écurie du Réal, basée à Jonquerettes (84), Cédric, Benjamin et Sophie proposent des cours d'équitation classiques et d'art équestre, et un pôle compétition. Le trio est aussi adepte de la voltige qu'il pratique en spectacle, pour le plus grand plaisir du public de la Nuit des Créations. Sur un cheval au galop, les artistes enchaînent des figures époustouflantes, allant même jusqu'à passer sous le ventre de l'animal. Rencontre avec Sophie et Cédric, partenaires sur piste comme dans la vie.

Présentez-vous en quelques mots.

Nous sommes actifs en trio depuis 2014. Benjamin est un ami qui s'est joint à nous pour se produire en spectacle. C'est notre première participation à la Nuit des Créations. On est ici avec nos 3 chevaux : «Eral», «Capon» et «Este». Nous avons participé à de nombreux spectacles depuis 3 ans, le Salon du cheval de Paris, de Lyon, la tournée Apassionata, et beaucoup d'autres en Europe.

Votre numéro impressionne par sa technicité.

«DressVolt» est le résultat de trois ans de travail. On essaye d'y mettre des fragments de notre talent et de ce que l'on peut donner sur un cheval. Ça procure un maximum d'adrénaline, c'est avant tout pour ça qu'on fait de la voltige, ça s'enchaîne très vite (rires). Et il faut quand même préciser que nos chevaux ne sont pas rebut, ils ont une vraie sensibilité.

Vos impressions après les premières représentations ?

C'était fou ! Le public est réceptif et très familial, il y a vraiment des gens géniaux dans cette région, et on est reçus comme des rois… On se retrouve aussi dans l'esprit de l'organisation, ils misent sur le bien-être du cheval, c'est le plus important.

Propos recueillis par Simon Aiguedieu

 


Vacances : les services de l'État veillent au grain

Société

Chaque été, les services de l'État sont vigilants quant à la sécurité des touristes dans les structures d'accueil, comme ici, le centre équestre du Montcalm, à Auzat./ Photo DDM, D. S.
Chaque été, les services de l'État sont vigilants quant à la sécurité des touristes dans les structures d'accueil, comme ici, le centre équestre du Montcalm, à Auzat./ Photo DDM, D. S.

 

«Il est très important que dans un département touristique comme l'Ariège, la qualité de l'accueil des vacanciers soit de qualité. Surtout lorsqu'il est question de l'accueil d'enfants mineurs», explique la préfète de l'Ariège. Marie Lajus s'assure donc que les différents services de l'État concernés par cette question – ils sont rassemblés au sein de la direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP) – veillent au grain.

Ainsi, tout au long de l'année, mais encore plus pendant la période estivale où deux cents séjours sont déclarés dans le département (soit 4 500 enfants), les agents passent au peigne fin les multiples structures d'accueil afin de s'assurer que celles-ci respectent parfaitement les normes, draconiennes et de plus en plus nombreuses, en vigueur. Sont concernés les établissements d'hébergement pour les mineurs, mais aussi les lieux où les estivants, petits et grands, peuvent pratiquer diverses activités sportives.

Une trentaine de sites contrôlés chaque été

Tous les étés, une trentaine de prestataires sont visités par les agents de la DDCSPP. La dernière opération, qui s'est déroulée en présence de la représentante de l'État dans le département, a eu lieu au centre équestre du Montcalm, à Auzat. La gérante du site, qui bénéficie d'une délégation de service public (DSP) de la communauté de communes de Haute Ariège, a ainsi reçu un agent spécialisé dans la répression des fraudes et la protection des consommateurs, un autre chargé du respect de la réglementation sanitaire et environnementale, et un dernier affecté à l'examen des conditions de sécurité pour les pratiquants.

Pendant deux heures, tout y est passé : des produits utilisés pour le nettoyage des bombes à la vérification des diplômes de chaque moniteur en passant par un examen complet des trousses à pharmacies (tant celle susceptible d'être utilisée pour un cavalier que celle dédiée aux chevaux), de l'état du manège et de la carrière extérieure, de l'affichage des tarifs ou la bonne santé des montures.

Au final, quelques remarques mais rien de contraignant pour la gérante du centre équestre auzatois. Mais il peut arriver que le contrôle révèle de réels problèmes. Dans ce cas-là, une contre-visite est effectuée. Et si rien n'a été fait, il y aura une sanction administrative, voire judiciaire.

Denis Slagmulder

 

 


ublié le 27/07/2017 à 03:50,

L'ensorcelante Nuit des Créations

Un grand silence. Les lumières viennent de se tamiser sous le chapiteau de la Nuit des Créations. Il est 21 h 45 ce mardi, devant 2.000 officiels et invités, le lancement du grand show d'Equestria, la fête du cheval, est donné. Nous y étions.

Un début 100 % local

Et l'entame se voulait musicale : la piste est foulée en premier par les Cajón y Tapas, suivis des Accords'Léon, deux groupes tarbais, sans oublier les circassiens de Passing. Un doux mélange de jonglages, rythmé par de la variété française et un accompagnement de percussions. Le ton est donné, le public enivré.

À peine les musiciens repartis, la troupe de jeunes artistes Atout Voltige prend les commandes pour une dizaine de minutes. Et les artistes ariégeois ont prouvé au public que le talent n'a pas d'âge : poiriers, saltos, portés, le tout sur un cheval au galop, obligeant plusieurs fois la foule à des exclamations de joie et d'admiration. Une première réussie pour les protégés de Jérémy et Charlotte Barrillet.

Quand le dressage fait des merveilles

Laure Tétart, lauréate du Trophée piste ouverte l'an passé, avait gagné son ticket pour la prestigieuse scène d'Equestria cette année. Et la jeune femme n'a déçu personne. En équilibre sur deux chevaux tout au long du numéro, la complicité entre la Grenobloise et ses bêtes crève les yeux. «Le public était très réactif. Ça a porté mes chevaux, ils étaient un peu agités avant d'entrer sur scène. Mais c'était une superbe première, je suis ravie», débriefe-t-elle.

Un peu plus tard, les époux Jérémy et Sélyne Gonzalez, dresseurs de profession, ont exercé leur magie sur leurs chevaux : cabrioles, pas de danse, postures humoristiques, laissant un public admiratif à la fin de leur prestation.

J.-F. Pignon, l'époustouflant

C'est dire qu'il était attendu. Le dresseur français à la renommée internationale évolue sur piste avec 11 chevaux. Pendant vingt minutes, l'osmose est total+e. Ce dernier semble avoir un pouvoir extraordinaire sur ses animaux : mouvements symétriques, chorégraphies, interactions entre homme et cheval… La réputation du maestro du dressage n'est plus à faire.

Exercice difficile que de décrire la totalité du spectacle tant la matière et la magie y sont importantes. Saint Thomas confirmera ici : pour le croire, il faut le voir !

Simon Aiguedieu

 


,

Festibérique : images de la fête du cheval


Dressage par les
Dressage par les

Ils sont venus très très nombreux pour admirer le spectacle, le week-end dernier.

Ils ont pu admirer ce parfait accord entre le cheval et l'humain.

Ce furent des numéros tout de charme, de légèreté et d'élégance. Avec aussi, de l'agilité : celle des cavalières émérites qui présentèrent, entre autres, de la voltige cosaque.

Il y eut du danger, avec un cavalier qui passait les yeux bandés sous le cheval au galop- on voyait la peur dans le regard des spectateurs.

Il y a eu de l'humour, enfin, avec les petits poneys et le bœuf, ou le cheval qui préparait lui-même son tapis...

Le rêve était aussi présent, conte de fées, et la harpe pour accompagner des figures qui semblent naturelles mais ont nécessité beaucoup de travail et de ténacité...

Les chiens ont également fait le show...

Comme d'habitude, Festibérique fut une belle réussite !

À l'année prochaine !

La Dépêche du Midi

 


Baignade à cheval au lac de Montbel

Manon et ses amies ont adoré les émotions procurées par ce moment rare : «comme dans un film !»/ DDM.A.E
Manon et ses amies ont adoré les émotions procurées par ce moment rare : «comme dans un film !»/ DDM.A.E

Manon, treize ans, avec un groupe de passionnés d'équitation de tous âges, a vécu un moment d'une grande intensité émotionnelle : la baignade à cheval au lac de Montbel.

La jeune cavalière pousse des cris de jubilation dès les glissades contrôlées de sa monture, Cartouche, sur la rive boueuse, avant même de s'enfoncer dans l'eau. Lorsque le cheval se met à nager, elle s'agrippe vigoureusement à sa crinière et serre ses jambes autour des flancs de l'animal pour tenir l'équilibre. Une harmonie sauvage se dégage du tableau.

Sensations fortes

Au sortir de l'eau, Manon a du mal à mettre en mots ce qu'elle ressent : «Génial, j'en avais rêvé, c'était comme dans un film !» lâche-t-elle, essoufflée autant par l'émotion que par l'effort. «Pourvu qu'en août la météo des vendredis soit bonne pour que je puisse revivre, à nouveau, ces sensations !» espère-t-elle. Son grand-père, scotché à son appareil photo, n'a rien raté des expressions de l'adolescente : «Son visage irradiait d'adrénaline. Je suis sûr qu'elle gardera un souvenir très particulier de ce baptême» s'enthousiasme-t-il. Sous les chênes, à l'entrée de la base nautique de Léran, Philippe Labeda accueille les candidats à cette belle expérience : «La baignade, c'est tous les vendredis, après une randonnée de deux heures, réservée à des cavaliers confirmés, précise-t-il. Pour leur santé, nous ne pouvons pas risquer d'exposer nos animaux à de mauvaises conditions météorologiques. C'est l'une des raisons pour laquelle cela reste une activité exceptionnelle.» Un autre motif est invoqué par le moniteur de tourisme équestre : «les chevaux ne sont pas des loutres. Ils aiment patauger dans l'eau, mais nager leur demande de gros efforts musculaires. Nous veillons à ne pas les fatiguer.» Le bien-être des animaux est donc respecté.

Une offre très diversifiée

Jusqu'à fin août, seize poneys et vingt chevaux séjournent au bord du lac, profitant d'un cadre ombragé et des soins prodigués par une équipe attentionnée. Une monitrice, en formation au brevet professionnel (BPJEPS équitation), quatre accompagnatrices de tourisme équestre, deux apprenties dans le cadre de leur formation pratique au CAPA soigneur d'équidés, telle est l'équipe qui entoure Philippe Labeda. «Nous répondons à des demandes très diversifiées, indique celui-ci. Cela va du quart d'heure de promenade à poney à une journée complète autour du lac sur une boucle de 16 kilomètres.»

Infos et réservations :

0561 02 69 38.

Alain Eychenne

 


,

Des voltigeurs plein d'Atouts

Cirque - Equestria 2017 - Nuit des Créations

Les jeunes voltigeurs  vont donner le frisson aux spectateurs. / Photo archives Laurent Dard
Les jeunes voltigeurs vont donner le frisson aux spectateurs. / Photo archives Laurent Dard

 

 

Venue droit de l'Ariège et de la petite commune de Celles, la troupe de voltige équestre Atout Voltige sera au rendez-vous de la 23e édition du festival Equestria en participant aux cinq représentations de la Nuit des Créations. Jérémy Barrillet, entraîneur et responsable de l'école de voltige, a accepté de nous en dire plus.

«Nous existons depuis une dizaine d'années maintenant. Atout Voltige comptabilise cette année une trentaine d'élèves, de 6 à 57 ans. On a mis en place des ateliers équestres en loisir et créé un groupe compétition qui nous ont permis de bien grandir ces dernières années, ça marche bien», confie cet ancien compétiteur équestre. La troupe avait par ailleurs déjà participé à des animations de jour, lors de deux précédentes éditions d'Equestria.

Des jeunes à la baguette

Approché par l'organisation de la Nuit des Créations pour créer

un numéro de figure acrobatique, le tout perché sur des chevaux, Atout Voltige a voulu mettre de jeunes talents au cœur du projet. «Le show sera assuré par 12 de nos voltigeurs, de 7 à 17 ans. Nous avons constitué le groupe à l'issue d'une sélection à laquelle participait toute l'équipe de compétiteurs de l'année 2015-2016.» Et depuis le mois d'octobre 2016, les artistes n'ont pas chômé pour préparer «Un Pas vers les étoiles», l'intitulé de leur numéro.

Mais le jeu semble en valoir la chandelle puisque la troupe ariégeoise promet un spectacle de qualité, inspiré d'un conte amérindien.

Une Nuit des Créations qui restera à jamais dans les mémoires des voltigeurs en herbe.

Simon Aiguedieu

 

 


,

Maelwen Laidet, un top 10 national de saut d'obstacles

Equitation - Graine de championne à 13 ans


Toute la détermination de Maelwen lors du championnat de France./ Photo DR.
Toute la détermination de Maelwen lors du championnat de France./ Photo DR.

 

 

Le pays d'Olmes, terre de champions ? Après la skieuse Perrine Laffont, le footballeur Fabien Barthez, le rugbyman Patrick Estève, le cycliste Yoann Barbas et d'autres encore, la cavalière Maelwen Laidet pointe avec des résultats flatteurs, dont le dernier, une huitième place sur 104 participants lors du championnat de France excellence à Lamotte-Beuvron (41). Du haut de ses 13 ans, «Malou» est une authentique graine de championne. Du caractère, de la rigueur, de la maturité, du talent et un sourire permanent, l'ado est sur une bonne trajectoire. Précédée par sa grande sœur, Solène, aujourd'hui 15 ans, la même passion du cheval unit les deux enfants. Dès 5 ans, les petits shetlands de la ferme de Gréoulou servent de rampe de lancement. Au printemps 2015, les deux sœurs lavelanétiennes se lancent dans la compétition sous la bannière de l'écurie Brionne, installée à Labastide-Beauvoir (31), qui compte en son sein Sara Brionne, membre depuis trois ans de l'équipe de France poney, championne d'Europe 2015. Un an de mise à niveau et en 2016 les deux sœurs participent aux plus grandes compétitions nationales. En juillet, Maelwen réalise un parcours remarquable lors de son premier championnat de France. Encouragée par ce résultat et par ses parents Christine et Nicolas, la jeune championne prend un départ très motivé de la saison 2017. Dès décembre, «Malou» enchaîne les classements avec «Oméga Tyle», un poney qu'elle a découvert seulement en octobre, dans les concours les plus prestigieux, Fontainebleau, Lyon, Cagnes-sur-Mer, Le Mans, Pompadour, Nîmes, Saint-Rémy-de-Provence… Son palmarès et sa progression lui valent une sélection régionale pour le stage de détection en CSO (concours de saut d'obstacles). Son objectif, dès lors, se tournait vers le championnat de France. «Seulement huitième, j'étais un peu déçue, mais je suis contente quand même», avoue-t-elle. Les deux sœurs sont par ailleurs excellentes élèves. Solène entre l'an prochain en 1re S, elle met sa carrière sportive en sommeil. Maelwen, en 5e au collège Victor-Hugo, est également brillante trompettiste, elle entre cette année au conservatoire de Toulouse. Christine et Nicolas ne comptent plus les kilomètres, les week-ends en compétition et les entraînements en semaine, ils vont rester à fond derrière leur adorable graine de championne.

La Dépêche du Midi

 

 


,

Equestria 2017 : Benjamin Aillaud en chef d'orchestre

L'homme fort de la mise en scène de la Nuit des Créations, le metteur en scène Benjamin Aillaud./ Photo DR
L'homme fort de la mise en scène de la Nuit des Créations, le metteur en scène Benjamin Aillaud./ Photo DR

 

La Nuit des Créations, c'est avant tout la crème du spectacle équestre. Voltige, équilibre, cavalerie en liberté… Autant de grands artistes qui régalent un public chaque fois plus nombreux, et ce depuis vingt-trois ans. Et quoi de plus normal que de confier les rênes de la mise en scène à un maestro du spectacle, le très complet Benjamin Aillaud. Depuis 2013, l'ancien directeur et chorégraphe du show canadien «Cavalia» rassemble artistes et chevaux pour proposer un spectacle qui, chaque année, touche du doigt la perfection.

Cette année, l'ancien vice-champion du monde d'attelage mettra quelques instants de côté sa casquette de metteur en scène pour remonter à cheval dans un numéro poétique et onirique à souhait.

Un touche-à-tout

Et si la réputation de Benjamin Aillaud le précède, c'est que le Français, en parallèle d'une carrière internationale avec l'équipe de France d'attelage, aime le monde de la formation et du spectacle. Il crée, en 2003, la structure des Elfes blancs, près de Caussade, dans le Tarn. Celle-ci rassemble un pôle dressage, un élevage de lipizzans, une école d'équitation et d'attelage, sans oublier un centre d'attelage de haut niveau.

Ses élèves sont rassemblés dans un sport-études unique en son genre, de la seconde à la terminale.

Depuis, le cavalier a créé la Benjamin Aillaud International Horse Academy, référence en cours d'attelage, coaching et organisation de spectacles.

De l'investissement de la première heure à l'amour des chevaux et de ses contemporains, Benjamin Aillaud est un metteur en scène passionné et animé, qui ne manquera pas de nous faire vibrer, dès la semaine prochaine…

Simon Aiguedieu

 

 


,

Nuit des Créations : J.-F. Pignon, une présence cinq étoiles

Après six ans d'absence, le dresseur international Jean-François Pignon fait son retour à Equestria, pour le bonheur du public./ Photo D. R.
Après six ans d'absence, le dresseur international Jean-François Pignon fait son retour à Equestria, pour le bonheur du public./ Photo D. R.

 

Il est la tête d'affiche de la Nuit des Créations. Pour la deuxième fois, après 2011, la Nuit des Créations accueillera un showman à la réputation internationale : Jean-François Pignon. Avec trente années de métier, le Châlonnais a sillonné les quatre coins du globe, confirmant ses qualités de cascadeur et de voltigeur équestre. Révélé en 1991 au festival Cheval passion d'Avignon, l'homme est aussi un adepte du dressage des chevaux en liberté, qu'il enseigne au public via des stages.

Et la personnalité équestre préférée des Français en 2011 a foulé les scènes les plus prestigieuses : Monte-Carlo, Doha, Equitana…

Un héritage familial

Si Jean-François Pignon a un don naturel avec le cheval, il le doit en partie à son père André, éleveur et dresseur, qui lui offrira sa première pouliche. Et l'histoire ne s'arrête pas là puisque «J.-F.» s'associera très vite avec son frère Frédéric pour former une troupe de voltige et de cascade qui écumera les routes de France avec succès. Avant de se séparer pour effectuer chacun une carrière en solo, les frères Pignon tourneront dans plusieurs scènes équestres de la mythique série «Guillaume Tell».

Un talent au cinéma

Le monde du grand écran, Jean-François Pignon l'a découvert avec les plus talentueux. Il s'occupera du dressage des bêtes du film «Danse avec lui», de Valérie Guignabodet, sorti en 2006. Il joua par la suite son propre rôle dans «Gazelle», long-métrage sorti en 2014, qui raconte son histoire et son immersion dans l'univers équestre, tout particulièrement dans celui du dressage. L'artiste et son groupe de chevaux poseront leurs valises à Tarbes lundi, après un long séjour en Chine, puis à Amsterdam. Le désormais habitué d'Equestria risque bien d'ensorceler de son talent le chapiteau de La Nuit des Créations, dès mercredi…

Simon Aiguedieu

 

 

 


,

Le plein de nouveautés au haras

L'équipe d'organisateurs du festival Equestria, réunis le 19 juillet pour présenter le site de l'édition 2017./ Photo Rachel Barranco.
L'équipe d'organisateurs du festival Equestria, réunis le 19 juillet pour présenter le site de l'édition 2017./ Photo Rachel Barranco.

Pour l'édition 2017 d'Equestria, le haras de Tarbes va accueillir plusieurs nouveautés, en mettant plus en avant la star du festival : le cheval. Tour d'horizon sur place.

Michel Garnier, directeur de cabinet du maire, le confie sans détour : «Le festival Equestria est un événement unique. C'est la seule manifestation du genre, avec chaque année plus de 45.000 personnes qui viennent admirer le spectacle équestre. On a une vraie volonté de renouveler le contenu du festival, pour éviter la lassitude et la routine du public. On est à son écoute, c'est très important pour nous». Une 23e édition qui se veut accessible au grand public, et pas seulement aux initiés du meilleur ami des hommes. Et pour ce nouveau cru 2017, plusieurs changements sont à signaler.

Des allées réaménagées

Dès l'entrée sur le domaine, un premier pôle sera dédié au bien-être du cheval et du cavalier, accompagné de stands du comité régional d'équitation suivi d'autres partenaires équestre. Au centre, les spectateurs pourront admirer des chevaux sur une piste spécialement aménagée (voir photo).

L'allée centrale du site devrait être plus aérée, avec davantage d'animations d'art de rue en journée. Le manège du haras, auparavant dédié aux bénévoles, accueillera lui aussi des animations et des box aménagés.

Autre initiative inédite à signaler, la présence d'un bivouac napoléonien, composé de hussards en costume d'époque. La reproduction est signée des bénévoles de l'association des Amis du baron Larrey, basée à Beaudéan.

Des espaces de convivialité avec les chevaux

L'ensemble des élus rassemblés pour la présentation du site en sont fiers : «Nous avons cette année créé deux endroits où seront présentés aux visiteurs les chevaux. Ils pourront être caressés, brossés. Le public nous avait indiqué les voir de trop loin les années précédentes, on a souhaité y remédier», indique Michel Garnier.

Avec plus de 300 bêtes mobilisées sur 4 jours, ces espaces devraient rencontrer un vif succès.

Une cérémonie d'ouverture gratuite le 25

Avant le lancement officiel le 26, le mardi 25 juillet verra l'orchestre du 1er RHP de Tarbes donner le coup d'envoi du festival, dès 18 h 30, sur la prairie. L'occasion de présenter les compagnies équestres participantes, l'accès au public se fera gratuitement. à 19 h 30, un défilé de mode équestre aura lieu au cabaret.

Par ailleurs, le reste du site sera similaire aux festivals précédents. À noter que la Maison du cheval sera toujours accessible aux visites guidées.

Infos pratiques sur www.festivalequestria.com

Simon Aiguedieu

 


L'endurance équestre chez Gaston Mercier

Manuel et Gaston Mercier attentifs à l'organisation de cette épreuve dont ils sont à l'origine./ Photo DDM.
Manuel et Gaston Mercier attentifs à l'organisation de cette épreuve dont ils sont à l'origine./ Photo DDM.

Dimanche dernier, le Mas du Vinaigre, à côté de Saint-Léons, accueillait un double événement sportif : une course d'endurance équestre doublée d'une randonnée. Nous sommes dans le fief du célèbre sellier Gaston Mercier et de son fils Manuel qui, associés à Christophe Giraldi, éleveur de chevaux d'endurance, ont eu l'idée de cette course.

Gaston et Manuel Mercier se sont occupés de l'aspect technique, Christophe Giraldi de l'aspect administratif et l'association Multirando des Monts du Lévézou les a épaulé pour la logistique.

Les cavaliers ont donc suivi un parcours qui les a menés dans la vallée du Viaur et dans celle de la Muse, deux boucles différenciées de 30 km et 20 km pour les compétiteurs qui se sont élancés respectivement sur 60, 40 et 20 km. Les randonneurs suivaient un autre parcours.

Pôle équestre spécifique

«Cette initiative s'inscrit dans la volonté de créer une course d'endurance qui puisse être pérennisée», explique Manuel Mercier qui a mis à disposition le site, un pôle équestre spécialisé en endurance, afin d'établir le parcours.

Celui-ci est technique et propose des terrains différents, un véritable retour aux sources de l'endurance équestre dont Gaston Mercier a porté haut les

couleurs pour la France en s'emparant deux fois du titre de champion d'Europe.

Comme le souligne également Christophe Giraldi, cette journée a valeur de rodage pour les années à venir.

Et ce fut une journée conviviale. Le temps maussade n'a pas entamé la bonne humeur des organisateurs et des participants qui ont pu apprécier cette aventure. «On veut que ce territoire soit attractif», explique Christel Sigaud-Laury, conseillère départementale et première adjointe au maire de Pont-de-Salars «d'où l'importance de la randonnée. Nous sommes dans un pôle de pleine nature et il nous faut valoriser tout cela notamment en s'associant avec le monde du cheval.»

L'association Multirando des Monts du Lévézou participe à cet exemple de synergie qui cherche à dynamiser le sport à travers l'endurance équestre et la randonnée, défendue chèrement par Nadine Séguret-Albouy.

La Dépêche du Midi

 


,

Laure Tétart de retour sur ses terres

Laure Tétart, accompagnée de ses éternels acolytes, est déterminée à en mettre plein les yeux au public d'Equestria./ Photo Antoine Bassaler.
Laure Tétart, accompagnée de ses éternels acolytes, est déterminée à en mettre plein les yeux au public d'Equestria./ Photo Antoine Bassaler.

C'était une lauréate qui avait laissé un souvenir mémorable, et toujours intact, dans l'esprit du jury et du public. Gagnante du trophée Piste ouverte lors des éditions 2012 et 2016 d'Equestria, Laure Tétart avait impressionné la foule par ses talents d'équilibriste sur deux chevaux au galop.

La Grenobloise d'adoption, aujourd'hui à la tête d'un petit domaine équestre sur la commune du Lion-d'Angers (Maine-et-Loire), refoulera le sable d'Equestria, cette fois pour la Nuit des Créations. Entretien.

Laure, quelle place ont les chevaux dans votre vie ?

Je suis née dans une famille de cavalières. Ma grand-mère montait des chevaux, tout comme ma mère, qui a possédé un centre équestre à Grenoble, puis un autre aujourd'hui, près de Lyon. Je me suis vite passionnée pour le dressage, quand j'ai vu, lors d'un festival, un garçon couché son poney ; eh bien, j'ai eu envie de faire pareil ! (Rires). En dehors de l'équilibre, j'aime aussi travailler avec eux en liberté, on établit un contact privilégié. J'ai aujourd'hui une dizaine de chevaux de spectacle sous ma responsabilité, ainsi que quatre juments pour la reproduction.

Parlez-nous un peu de votre numéro à venir.

Je serai en représentation avec quatre poneys. Chacun a son rôle : l'un sera le blagueur, il amusera le public, c'est l'indiscipliné de la troupe. Deux autres seront porteurs, je serai en équilibre dessus. Et enfin, le dernier effectuera des figures, c'est souvent le plus docile.

C'est un numéro technique que j'ai fait évoluer au fil des ans, et avec lequel j'ai gagné des prix en concours. Au niveau des costumes, ce sera sur le thème du cirque, je n'en dis pas plus !

Dans quel état d'esprit êtes-vous lors d'une représentation ?

Je suis très concentrée. C'est une discipline qui demande technique, vitesse et performance. J'aime aussi beaucoup l'adrénaline que procure l'équilibre, c'est très physique. Et puis entendre le public vibrer, j'adore ça, c'est la magie du spectacle…

Propos recueillis par Simon Aiguedieu

 


,

Cinq cavalières participent au championnat de France

Les cinq cavalières sont motivées./ Photo DDM G. C.
Les cinq cavalières sont motivées./ Photo DDM G. C.

 

 

 

Départ ce jeudi 20 juillet de cavalières vicoises pour participer aux championnats de France de concours complet qui se déroulent à Lamotte-Beuvron, en Sologne.

Cette année, elles sont au nombre de cinq cavalières du centre équestre vicois à y participer dans deux catégories : club 2 et club 1.

Pour la présidente Lucile Pérès, qui s'est qualifiée, c'est un vrai bonheur. Cavalières et montures partent vers 4 heures du matin et reviennent le lundi 31 juillet. Les épreuves s'enchaînent du vendredi 21 au dimanche 30 juillet.

Les cavalières, qui concourent dans des catégories différentes, selon leurs âges et leurs niveaux, espèrent toutes rentrer dans le Gers avec une médaille, mais surtout des souvenirs plein la tête !

Sur notre photographie, vous les découvrirez arborant fièrement leurs mains tenues… aux ongles vernis bleu-blanc-rouge aux couleurs du championnat.

Tous souhaitent bonne chance à Amélie, Maïlys, Mathilda, Sofia et Lucile.

La Dépêche du Midi

 

 

 

 


,

Un spectacle équestre aura lieu à Falguières samedi soir

Spectacles

Le 22/07/2017

 

 

 

 

 

 

Des cavaliers talentueux pour faire rêver le public./ repro DDM
Des cavaliers talentueux pour faire rêver le public./ repro DDM

 

 

 

Samedi 22 juillet, à 18 h 30, les écuries de Lestourade attendent un nombreux public pour une soirée de spectacle équestre avec les maîtres des lieux, Floriane et Sylvain Bleys, et la participation de leurs élèves. Les cavaliers de Falguières proposent une prestation de qualité. Deux heures de rêve avec leur cavalerie au grand complet, accompagnés de musiciens en live. Sur piste couverte, ce spectacle explosif fera rêver le public en réunissant disciplines classiques et voltige cosaque en cercle et en ligne. Les spectateurs auront la surprise d'être assis sur des gradins faits de bottes de paille. On trouvera sur place buvette avec restauration rapide.

Tarifs adultes : 15 €. Tarifs enfants de 5-12 ans : 6 €, gratuit pour les moins de 5 ans.

Contact : 06 23 35 36 57.

La Dépêche du Midi

 

 

 


,

Animations estivales au centre équestre

L'équitation, des impératifs techniques qui ne masquent pas l'expression «affective»./ Photo DDM
L'équitation, des impératifs techniques qui ne masquent pas l'expression «affective»./ Photo DDM

 

 

 

Le centre équestre du Volvestre (CEV) à Rieux-Volvestre ouvre ses portes durant tout l'été, opportunité de (re) découvrir le monde du cheval ou de s'initier à l'équitation. L'accueil des cavaliers de tous niveaux est justifié par la reconduction du Label FFE d'école française d'équitation.

D'une part, le CEV propose aux vacanciers du camping de Rieux-Volvestre, des balades sur les chemins de randonnées du Volvestre. Rendez-vous chaque mercredi matin, de 10 heures à 12 heures. Places limitées, inscription obligatoire auprès du camping.

D'autre part, pour tous les cavaliers, des «babies» aux plus confirmés, des stages sont proposés à la demi-journée : perfectionnement dressage et obstacles, balade avec pique-nique au bord de l'Arize, bivouac, jeux d'eau… Des passages d'examens fédéraux (niveaux galop équitation) se dérouleront également durant stages. Collation offerte. Pour les cavaliers faisant de la compétition en club, des stages de cross leur seront proposés sur d'autres sites. Ils participeront également au concours de Frouzins.

Pour les plus grands, après avoir participé aux concours de Lherm et de Pibrac, ils se rendront à ceux de Muret, Prat Bonrepos et au concours complet d'Auch.

Le CEV s'inscrit dans la dynamique porteuse des valeurs fondamentales de l'équitation et du projet éducatif de la FFE : pratiquer une équitation respectueuse et le partage de ses fortes valeurs humaines avec l'animal. Ainsi des «demi-pensions» sont proposées durant tout l'été. Vous êtes comme le propriétaire de «votre» cheval ou poney. Il vous est attribué pour une semaine, du mardi au samedi. Vous pourrez le monter tous les jours en dehors des cours en fonction de son planning de travail (à définir avec la monitrice). Vous pourrez le bichonner, le câliner et évidemment le travailler.

Le partenariat engagé avec la mairie de Rieux-Volvestre permet d'assurer, le maintien de l'infrastructure et l'aménagement optimal de l'espace de travail du club tout le long de l'année.

Contacts et inscriptions au 05 61 87 11 80. Programme complet des animations estivales sur le site www.centre-equestreduvolvestre.ffe.com > rubrique : Actualité. CEV Route de Latrape (31310) Rieux-Volvestre.

La Dépêche du Midi

 

 

 


,

Randonnées et stages d'équitation

Plusieurs rendez-vous, tout l'été à la ferme./ Photo DDM C.T
Plusieurs rendez-vous, tout l'été à la ferme./ Photo DDM C.T

 

 

 

La ferme pédagogique les Jours Heureux propose des randonnées à poney et cheval, ainsi que des stages d'équitation. Prochains rendez-vous le jeudi 20 juillet (sur réservation), de 13 heures à 17 heures, pour les enfants dès l'âge de 5 ans et leurs parents (20 € pour les adhérents ; 25 € pour les non-adhérents).

Autres dates pour la rando poney-cheval : 27 juillet ; 3, 10, 17, 24 et 31 août. À noter stage d'équitation le mardi 25 juillet.

Pour tous renseignements, contacter Sandra (06 83 85 68 85 ; lesjoursheureux65@gmail.com).

La Dépêche du Midi

 

 

 

 


,

La fête du cheval aux écuries de Majouraut

Un groupe de cavaliers dans la carrière des Ecuries de Majouraut./ Photo DDM.
Un groupe de cavaliers dans la carrière des Ecuries de Majouraut./ Photo DDM.

 

 

 

Les cavaliers des Ecuries de Majouraut, répondant à l'invitation d'Agnès Arioli, la maîtresse des lieux, se sont retrouvés récemment au centre pour fêter ensemble la fin de l'année équestre. L'association Tous En Selle à laquelle adhèrent la plupart des cavaliers est venue seconder les responsables du centre équestre, comme dans toutes les autres manifestations d'ailleurs, afin que cette journée qui se voulait avant tout amicale, ludique et conviviale soit une réussite.

Plus de 120 cavaliers, dont une centaine d'enfants et d'adolescents, viennent pratiquer l'équitation tout au long de l'année avec les chevaux d'Agnès, enseignante agréée détentrice du brevet d'Etat d'education sportive. Le centre héberge 45 chevaux ou poneys, des chevaux destinés aux reprises mais aussi des chevaux laissés en pension par des particuliers et des poulinières avec leurs poulains.

Le cheval constituait bien sûr l'élément principal de cette fête préparée par les différents groupes de cavaliers sans qu'il soit question ici de la moindre compétition. Tout au long de la journée se sont ainsi succédé carrousel, démonstrations de sauts d'obstacles, de voltige, de dressage et de Pony Games, ces jeux destinés à faire découvrir par les jeunes l'équitation de façon ludique. Le clou de la journée a été sans conteste le relais parents-enfants au cours duquel un adulte court autour de la carrière en tenant par la bride un cheval monté par un enfant qui ne peut se saisir des rênes. L'exercice est du plus bel effet sportif mais aussi comique. Bien évidemment l'aspect convivial n'a pas été oublié. Une centaine de convives a pris place à midi autour de la table commune et le repas du soir sous forme d'auberge espagnole a clos la journée.

Après quelques journées de repos accordées aux chevaux, les stages d'été vont s'ouvrir, semaine après semaine, et les travaux de dressage reprendront avec l'arrivée de nouveaux chevaux.

Contact : 06 63 97 69 01 ou agnes@ecuriesdemajouraut.com. P

La Dépêche du Midi

 

 

 

 


,

Des Gersois à Chantilly pour inaugurer la Route équestre

Le ruban a été coupé par Éric Woerth, maire de Chantilly, et Véronique Thieut-Louit, maire de Lupiac./ Photo DR
Le ruban a été coupé par Éric Woerth, maire de Chantilly, et Véronique Thieut-Louit, maire de Lupiac./ Photo DR

La Route équestre européenne est désormais une réalité : elle a été inaugurée le week-end dernier à Chantilly, dans l'Oise. Ce n'est pas moins de dix Lupiacois en costume du XVIIe siècle, qui ont fait le déplacement pour représenter le Gers à cette manifestation. Trois jours riches en contact et rencontre avec des Allemands, Belges, Italiens et de nombreux maires et présidents de communautés de communes traversées par cet itinéraire culturel européen. Marjorie Laborde, de l'office de tourisme d'Artagnan en Fezensac, tenait un stand de promotion du Gers. Ce stand, installé en permanence pendant ce long week-end dans la salle de restauration du Polo-Club de Chantilly, a été fréquenté par les cavaliers randonneurs et acteurs de la Route d'Artagnan, les joueurs de polo et les nombreux visiteurs.

Maxime Fillos a pris la parole lors de la première soirée et de l'apéritif officiel de l'inauguration dimanche midi, en présence des officiels, pour mettre en valeur les producteurs Château de Tariquet et le Syndicat du Floc de Gascogne. Ces produits fort appréciés par l'ensemble des invités avaient été offerts.

Le dimanche lors du défilé costumé réunissant 250 cavaliers, Véronique Thieux-Louit, maire de Lupiac, ouvrait le cortège du Polo-Club au château de Chantilly. Après les discours, les personnalités ont coupé le ruban, le cortège a traversé la ville de Chantilly avec, en calèche de tête, le maire de Lupiac et le maire de Chantilly Éric Woerth, ancien ministre et président de la commission des finances à l'Assemblée nationale. Ce week-end a été profitable pour la notoriété de Lupiac et du Gers. Rendez-vous le 13 août pour le Festival d'Artagnan à Lupiac.

La Dépêche du Midi

 


,

Le centre équestre de Césamme aux France

Caroline Richard et Cassandre Cecchella./ Photo DDM
Caroline Richard et Cassandre Cecchella./ Photo DDM

 

 

 

Cinq cavalières du centre équestres de Césamme participeront ce mois-ci aux championnats de France d'Équitation qui se déroulent en ce moment même à Lamothe Beuvron. Trois de ces jeunes filles concourent déjà dans les épreuves réservées aux poneys. Noémie Laurent et Swing participent à la finale des tests ONC, Chloé Gayssot, associée à Perle, au championnat Poney 2 C cadet. Le dernier couple, Jodie Cambrai et Quina Babières s'aligne au départ des épreuves Poney 2 C Minimes 2. Enola Rougé, associée à sa fidèle Urga des Glycines, et Mélanie Castro, avec Vaya des Côteaux, participeront aux championnats de France Club, respectivement en club 1 et club 2. Coup d'envoi à partir de 22 juillet.

La Dépêche du Midi

 

 

 

 

 


,

Fête du club et inauguration à l'Écurie de Festes !

Régis Banquet a coupé le ruban inaugural.
Régis Banquet a coupé le ruban inaugural.

L'année se termine en beauté à l'Écurie de Festes. Démonstrations de sauts d'obstacle et de voltiges, carrousels, spectacles déguisés pour les plus petits, ont rythmé la journée de dimanche. Les jeunes cavaliers ont travaillé dur pour préparer cette journée et étaient très fiers de montrer à leur famille leur dextérité et leurs connaissances acquises durant cette année passée. Simples curieux ou amoureux d'équitation ont eu le plaisir et l'occasion d'approcher les chevaux du club et de découvrir les installations du site. Au programme également, durant cette journée : l'inauguration du club, en présence du maire de la commune Bernard Jalabert, du conseiller général et président de Carcassonne Agglo Régis Banquet et du président du comité départemental d'équitation de l'Aude Pierre-Yves Castel. Agréables moments pour tout le monde, plancha très réussie à midi, le soleil au rendez-vous, autrement dit tous les ingrédients étaient réunis pour passer une superjournée.

La Dépêche du Midi

 

 


,

Belle fin de saison pour le Poney-Club des Grêleries

Une belle connivence avec les équidés.
Une belle connivence avec les équidés.

Le Poney-Club des Grêleries à Lavilledieu-du-Temple propose de belles activités équestres tout au long de l'année. Avec ses bonnes prestations dans différents concours équestres, le club met en place de belles animations auprès des plus jeunes et même des adultes, afin de leur enseigner la maîtrise des équidés qui suscitent un bel engouement. Marie, la responsable, maîtrise avec son équipe motivée et compétente, toutes les actions porteuses qui apportent une belle satisfaction aux nombreux adhérents. Comme chaque année, tous les adhérents ont été invités à partager une journée ludique où se sont déroulées de belles démonstrations. Chacun a pu montrer une parfaite maîtrise des équidés, confiés aux mains expertes d'une équipe portée par une motivation sans faille. Pendant l'été, des promenades accompagnées seront assurées avec de nombreuses animations ludiques.

Cette journée de cloture de la saison s'est terminée par un repas offert et confectionné par l'équipe animatrice.

La Dépêche du Midi

 


,

293 participants au championnat du Tarn

Le championnat de saut d'obstacles.
Le championnat de saut d'obstacles.

 

Le centre équestre La Palatié de Saint-Juéry organise un championnat du Tarn d'équitation de sauts d'obstacle du vendredi 14 au dimanche 16 juillet de 9 h à 18 h. De nombreuses épreuves avec de jolies récompenses pour les gagnants. Une soirée cavalière se déroulera tous les soirs avec un concert le samedi. Un spectacle de voltige cosaque avec Jordan Lebon sera proposé le vendredi et le samedi en fin d'après -midi. Le vendredi, un repas organisé par le restaurant Can C Bon avec moules-frites sera au tarif de 13 € et soirée dance floor pour terminer la soirée. Le samedi, repas proposé par Patates en Folies au tarif de 12 € et soirée avec le groupe des Charettes. Ce championnat est ouvert à tous les cavaliers, mais ne participeront au classement que les cavaliers licenciés ou résidant dans le Tarn. Une buvette sera tenue par les bénévoles de l'association sur les trois jours et dimanche soir après les épreuves, un apéritif sera offert par l'association de la Palatié.

La Dépêche du Midi

 

 


,

Journée de fête au centre équestre

Belle présentation.
Belle présentation.

 

Le dimanche 2 juillet, la journée de fête du centre équestre Equi-Dom'a été organisée en partenariat avec l'ACP du Bois Beaulieu. Au programme, concours de sauts d'obstacles composé de 4 épreuves, parcours éducatif pour les plus petits allant de 0,5 m à 1 m ; De très beaux parcours sans pénalité ont été effectués dont Antinéa Lehec et Ivoire, Lilia Moreau et Be Scoot. L'épreuve 1 m a été remportée par Lucie Mazel, cavalière du centre équestre et Palma du Dankev. Pause repas pour tout le monde, suivie du spectacle de fin d'année sur le thème des pays, partant de l'Inde, puis Colombie, Brésil, Philippines, Espagne et retour en France.

Sur les conseils de leur monitrice Elodie Lehoux, une trentaine de cavaliers ont présenté un magnifique spectacle composé de reprise de dressage, d'obstacle, de carrousel et de carrousel obstacle ; centre équestre ouvert toute l'année. Renseignements au 06 82 88 47 39.

La Dépêche du Midi

 

 


,

Escazalou en fête

Escazalou en fête
Escazalou en fête

 

Samedi 1er juillet, aux écuries d‘Escazalou, un magnifique spectacle équestre a été présenté par les cavaliers du club. Familles et amis ont pu apprécier les différents tableaux réalisés ainsi que le travail des chevaux et le niveau des cavaliers. Relais américain, pas de deux, chasse aux étoiles et plus encore… ont su captiver les spectateurs.

Pour clôturer cette belle journée, le club, sous la houlette d'Armelle Lamothe qui a repris Escazalou, offrait l'apéritif à toutes les personnes présentes. Un repas où chacun avait apporté un plat a été partagé jusqu'à tard dans la nuit, dans une très bonne ambiance.

La Dépêche du Midi

 

 


,

Des chevaux font le spectacle aux arènes

Le 12/07/2017
Exceptionnel aux arènes, un spectacle équestre !/Photo reprod.
Exceptionnel aux arènes, un spectacle équestre !/Photo reprod.

 

Ce mercredi 12 juillet, à 21 heures, aux arènes, Benjamin Aillaud (International Horse Academy) présente «Alarida», spectacle équestre, qui conjugue sous toutes ses formes le concept de liberté. Sans fioriture, le metteur en scène donne juste à voir et à ressentir la légèreté et la pureté des rapports entre l'homme et le cheval.

Placés sous le décor d'images vidéo grandioses, les 15 artistes et leurs 17 chevaux d'exception réalisent ensemble, durant 1 h 15, une dizaine de tableaux contrastés représentant un savant mixage de 10 disciplines équestres et artistiques telles que la liberté à 8 chevaux, la danse, les travaux aériens, la main à main, la voltige cosaque et jockey, la dextre à 10 chevaux, l'acrobatie, la poste hongroise en liberté ou la haute école.

Rythme endiablé, poésie, fluidité, technique irréprochable, «Alarida» s'adresse à tous les publics : «Au-delà de la performance technique, la complicité entre l'homme et le cheval fait rejaillir en chacun de nous des émotions fortes, souvent enfouies. Maîtrisée, cette relation est capable de nous attendrir, de nous émerveiller, de nous transporter mais aussi de nous interroger».

Prix : 20 € adulte, 10 € enfant.

www.mairie-cazaubon.fr

Navette gratuite Barbotan-Cazaubon, départ à 19 h 30 de la Maison du tourisme et du thermalisme.

La Dépêche du Midi

 

 


,

147 cavaliers en lice au centre équestre du Castéras

Podium club 3A.
Podium club 3A.

 

Le championnat Midi-Pyrénées de concours complet d'équitation vient de se tenir sur les installations du centre équestre du Castéras. Réussite totale de la journée, un temps magnifique, des installations au top, aucun travail pour la Croix-Rouge et le médecin de service. Tout au long de la journée, le public, venu nombreux, et les accompagnateurs ont assisté à un spectacle de qualité. Chacun a pu apprécier de beaux parcours sur la nouvelle piste de cross, qui pour l'occasion avait pris du dénivelé. Cent quarante-sept cavaliers et leurs montures étaient en compétition ; pour les départager, les juges nationaux Jean-Jacques Dantras et François Terral étaient accompagnés de Nicolas Burtin, président de la commission fédérale de concours complet. À l'issue de la compétition, Jean-Marc Bosc a remercié tous ceux qui ont permis le succès de la journée : le comité régional d'équitation Midi-Pyrénées, les cavaliers, les partenaires financiers, les commerçants qui ont généreusement doté la remise des prix et toute l'équipe des bénévoles, très mobilisés pour la circonstance.

Les résultats. Sont champions régionaux : en club 3A (17 ans et +), Lucille Daugès, sur «El Neshaky del Rey», devant Magali Gondran, sur «Typhon de Gabre», et Dorianne Zanette, sur «Océane». En club 3 (16 ans et -), Pauline Nicodème, sur «Saint-Georges Den Cazette», suivie de Laurie Beslay, sur «Amarena de Montgay», et Emmy Crouzet, sur «Aragon». En club 2A (17 ans et +), Ivana Goutières, sur «Ulmo de Ganties», qui devance Elle Goutorbe, sur «Coup d'cœur and Cie», et Andréa Houssaille, sur «Mistral des Hounts». En club 2 (16 ans et -), Audrey Garabe, sur «Kiss du Castéras», devant Paul Barret, sur «Bilaée des Abatux», et «Anaïs Maffre», sur Sheena Cailin. En club 1, Adrien Adam, sur «Bilbo der Lenn», suivi d'Elisa Léonard, sur «Ebi», et Marine Bournier, sur «Because des Rivières».

La Dépêche du Midi

 


Images du championnat départemental de Trec

Frédérique Frappé a constamment veillé au bon déroulement de la manifestation.
Frédérique Frappé a constamment veillé au bon déroulement de la manifestation.

Ce sont plus de 30 cavaliers qui se sont retrouvés à Coutures, ce dimanche 2 juillet, pour le championnat départemental de Trec (Techniques de randonnée équestre de compétition). La Colline aux Chevaux, pension de chevaux, s'était chargée de l'organisation du championnat : accueil des concurrents (venus de Tarn-et-Garonne et de départements limitrophes), tracé des parcours, conception des tests et des épreuves, mise en place de contrôleurs, chronométrage et résultats. Le championnat s'est déroulé sur la journée et Frédérique Frappé qui supervisait l'organisation depuis le mois de février a mis un point d'honneur à ce que tout se déroule parfaitement. Il a veillé à ce que l'intendance suive pour que les concurrents et leurs aides ne manquent de rien. Les trois tests : parcours d'orientation, maîtrise de la monture et parcours en terrain varié (branches basses, saut d'obstacle, recul, contournement d'obstacle, etc.) ont mis à l'épreuve des cavaliers et des cavalières qui ont montré une remarquable entente avec leurs montures. La météo a favorisé cette sympathique réunion où l'un des traits dominant était sans conteste la bonne humeur avec une large contribution des nombreux bénévoles au succès de la journée.

La Dépêche du Midi

 


Le centre équestre en fête

De bons résultats pour le club
De bons résultats pour le club

Samedi 1er juillet, l'après-midi, à Saussenac, avait lieu la première fête du centre équestre du Domaine de la Croux.

La météo capricieuse n'a pas suffi à décourager famille et cavaliers à venir découvrir et participer aux différentes animations. Des animations qui ont continué pendant la soirée avec le repas (regroupant près de 200 personnes) et pour final, le spectacle nocturne.

Une fête sympathique, conviviale qui fera des émules et qui clôture la saison du centre équestre.

Flavie Norkowski, propriétaire du Domaine, peut se réjouir de cette première et des résultats de ses élèves participants aux différentes épreuves du C.S.O.

Rendez-vous vous est donné dès septembre pour la reprise des cours (dès l'âge de 6 ans) et l'an prochain pour la seconde fête du centre équestre.

Renseignements : Flavie Norkowski : 06 85 10 82 10

La Dépêche du Midi

 


,

Le haras en fête

Le haras  en fête
Le haras en fête

Pour finir l'année en beauté, dimanche, c'était la fête au haras de Fantilhou. Les cavaliers et cavalières ont, par niveau, offert un très joli spectacle aux nombreuses personnes venues, pour l'occasion, les applaudir. Les élèves ont préparé des numéros très amusants. Les chevaux ont bien répondu aux ordres de leurs cavaliers : trot, galop, sauts. Il fait souligner que l'ambiance au club est très familiale. Après deux heures de show, le verre de l'amitié a été partagé, suivi d'un repas style auberge espagnole. Au cours de l'apéritif, une belle surprise attendait le public avec un magnifique numéro «Tissu et cheval», présenté par la compagnie Le Goupil, qui fut vivement applaudi. Pendant l'été, deux stages sont organisés (un en juillet et l'autre en août). Renseignements au 06 52 20 29 99.

La Dépêche du Midi

 


,

Fête de fin d'année aux écuries de Lobit

Les jeunes cavaliers, après leurs récompenses ./Photo  D.D.M.
Les jeunes cavaliers, après leurs récompenses ./Photo D.D.M.

 

 

 

 

 

 

Il est de tradition, au club hippique de «l'écurie de Lobit», d'organiser une journée festive avec les élèves à'intention des parents, avant le départ en vacances. Cela leur permet de rendre compte des progrès accumulés tout au long de l'année par les jeunes amateurs. Parents et amis étaient venus assister et encourager les jeunes cavalières et cavaliers durant leurs démonstrations sur le manège. Un spectacle très coloré en cette journée ensoleillée où tous les cavaliers étaient costumés de couleurs multicolores. Les présentations, prévues pour tous les niveaux, ont émerveillé les accompagnateurs qui ont apprécié le talent des jeunes cavaliers lors de ces démonstrations équestres de compétition de relais très diversifiées. En fin de matinée, après les diverses démonstrations très applaudies, un apéritif avec tapas a précédé un repas convivial, agrémenté musicalement, servi sous des tentes et offert aux nombreux participants. Une journée riche en démonstrations de qualité, de rires et de chansons, a clos la saison, alors que se prépare la prochaine saison avec un travail plus approfondi, et où déjà s'inscrivent les amateurs de sports équestres, mais pour l'heure le club fonctionnera durant la période des vacances scolaires.

À cette fête du cheval, on notait plusieurs invités dont le maire de la commune Dominique Sangay, accompagnée de Francis Desplas, adjoint en charge des associations. Ils étaient venus apporter leur soutien à cette compétition sportive et à l'écurie qui attire tout au long de l'année de nombreux participants et anime la commune.

La Dépêche du Midi

 

 

 

 

 

 


,

Baptême à poneys aux écuries d'En Graougnou

Baptême à poney pour Maxime, 4 ans./Photo DDM Liliane Guillotreau.
Baptême à poney pour Maxime, 4 ans./Photo DDM Liliane Guillotreau.

Dimanche 9 juillet, de 14 heures à 17 heures, Hélène et Christophe Giroud ouvriront les portes des écuries d'En Graougnou à Gragnague et proposeront des baptêmes à poneys gratuits pour tous les enfants à partir de 4 ans.

Dès cette semaine, les stages d'été débutent pour tous les niveaux : stage découverte à partir de 6 ans (à partir du 10 juillet uniquement), stage Cavaliers en Herbe à partir du galop 1, stage Galop 3/4 et Club 4.

Le club propose également des demi-journées spéciales : passage de galop, promenade, travail à pied, parcours Derby Cross, Pony Games et Horse ball…

Les inscriptions pour la saison prochaine sont ouvertes, renseignements aux Écuries En-Graougnou, 180, chemin d'En Graougnou à Gragnague. Tel : 05 61 74 79 34 www.ecuries-engraougnou.com

La Dépêche du Midi

 


,

Du beau spectacle pour ces rencontres équestres

Petits chevaux et petits clowns ont fait le spectacle./Photo DR
Petits chevaux et petits clowns ont fait le spectacle./Photo DR

Dernièrement a eu lieu la troisième édition des rencontres équestres et artistiques, événement participatif et créatif sur le thème de l'art et du cheval. Dans une ambiance conviviale et familiale, le public a participé à des ateliers et assisté à des démonstrations (tournage sur bois, jeux artisanaux, peinture, balades en calèche, débardage…). Les élèves de l'école du cheval ont présenté des spectacles abondamment applaudis, accompagnés en «live» par des musiciens. Leur enseignante, Diane Grille (également représentante de l'association A la rencontre équestre), et son cheval «Mao» ont proposé un spectacle varié, avec la participation de l'association Abadacapoeira. Le public a ainsi admiré la complicité du couple homme-cheval. De même, les enfants ont forcé l'admiration pour leur engagement et leur détermination : un ensemble d'humour, de douceur et de tendresse.

Le public a également pu assister à la progression de cavaliers et de leurs chevaux sur le PTV (parcours en terrain varié) et appréhender ainsi des difficultés inspirées du TREC (techniques de randonnée équestre de compétition). L'humour était aussi au rendez-vous avec Pierre Ramlot, clown et jongleur, qui a beaucoup fait rire l'assemblée. Malgré la réussite de l'événement, les organisateurs espéraient accueillir plus de visiteurs, que les conditions météo de ce week-end caniculaire ont sûrement retenus chez eux. Pour ceux-là et pour ceux qui souhaitent soutenir le développement de l'association, ils peuvent y adhérer ou offrir des dons en contactant la responsable ou la secrétaire dont les coordonnées se trouvent ci-dessous. Cet événement sera bien sûr reconduit l'année prochaine, avec la même bonne humeur, avis aux amateurs. Par ailleurs, l'association remercie les parents d'élèves pour leur auberge ariégeoise, largement appréciée des bénévoles.

Contact : Estelle, tél. 06 83 27 65 79 ou 06 33 37 93 26.

La Dépêche du Midi

 


,

Fête de fin de saison à la jumenterie du Tiaous

Après midi équestre festive à la Jumenterie de Tiaous
Après midi équestre festive à la Jumenterie de Tiaous

Le club équestre «La jumenterie du Tiaous» à Gouzens a récemment organisé le spectacle de fin d'année, clôturant ainsi la saison avant les vacances d'été lors d'une après-midi de détente sportive dans une ambiance familiale.

Pas moins de cent licenciés participaient à cet événement caractérisé par des costumes haut en couleur et des musiques adaptées… l'objectif de fin d'année étant de «faire la fête autour, et avec le cheval».

Pour tous les cavaliers, c'est un exercice d'autonomie par rapport au thème, les figures équestres. La fête est un plaisir mais la finalité, c'est aussi se positionner face à des situations «tendues» avec pour défi le contrôle de sa monture.

Dans le cadre des loisirs équestres, la jumenterie de Tiaous propose de redécouvrir un autre univers du cheval au sein d'une structure à taille humaine. C'est là un état d'esprit propre à Martine Bousquet. La passion du cheval et l'enseignement sont associés à son historique de vie. Ils lui permettent de conserver un domaine familial et transmettre les valeurs liées au monde du cheval, à savoir la qualité et la durée d'attention pour le cheval. C'est là le fruit d'une carrière exceptionnelle depuis plus de vingt ans, et son dévouement pour ses élèves est total.

«Nos chevaux et poneys vivent en liberté, (36 hectares de terrain, 12 mois par an, dont 9 au pré et 3 mois d'hiver en stabulation libre. Ils travaillent 4 à 7 heures par semaine. Ce mode de vie proche de leur cadre naturel leur confère des qualités qui en font des compagnons de sports et de jeux idéal. Je dirais qu'ils sont bien dans leur tête et équilibrés, par conséquent attentifs au travail (pas de surmenage), calmes (libres dans le pré), sans agressivité (vie en communauté).

Ceci me permet de proposer une activité ludique et sportive avec un maximum de sécurité. Ma priorité est d'inculquer aux élèves le respect du cheval qui les amènera, fort de volonté, à rendre leur monture «heureuse»… Si cet objectif est atteint, le cheval vous le rendra 100 fois».

Martine et Frédéric Bousquet (31310 Gouzens) / 05 61 97 10 19.

La Dépêche du Midi

 


Bivouac à cheval, spécial ados, au domaine des Bastides

Baignade à cheval.
Baignade à cheval.

Le domaine équestre des Bastides organise ses traditionnels bivouacs à cheval pour les jeunes cavaliers : les 6 et 7 juillet pour ados et les 10 et 11 juillet pour les enfants.

Les cavaliers passeront deux jours passionnants avec les chevaux, nuitée sous tente, feu de camp, balades et randonnées et baignade avec les chevaux dans la rivière... un moment inoubliable! Tarif : 120€ les deux jours.

L'occasion de clôturer en beauté l'année scolaire au centre équestre avant la saison d'été durant laquelle le club est ouvert tous les jours pour vous accueillir!

La 10e fête du club aura lieu le samedi 1er juillet, un bon moment de convivialité et de partage pour la centaine d'adhérents. Les inscriptions au centre équestre et Poney-Club pour la saison 2017/18 sont d'ores et déjà ouvertes.

Renseignements auprès de la monitrice : Delphine, tél. 05 63 67 56 44 ou 06 15 65 49 85.

www.domaine-equestre-des-bastides.fr

contact@domaine-equestre-des-bastides.fr

La Dépêche du Midi

 


Le CSA Foch a fait le grand saut

Equitation - Saut d'obstacles. Plus de 200 cavaliers aux haras de Tarbes, hier

/Photos Laurent Dard
/Photos Laurent Dard

Les écuries d'Occitanie se sont déplacées en nombre. Plus d'une trentaine s'étaient donné rendez-vous dimanche sur le site du haras à Tarbes à l'occasion du premier concours hippique organisé par le club sportif et athlétique Foch (CSA), le club équestre des familles de militaires, une association adossée au régiment de Bigorre.

Les premiers cavaliers sont montés en selle dès 8 heures avec l'épreuve du 60 cm, les derniers ont eux enfourché leur monture à partir de 18 h 30, pour le club élite, dont le prix était remis par le maire.

Au total, ce sont 231 cavaliers qui se sont élancés sur le pré du haras pour aller au bout du parcours jalonné d'obstacles. «C'est une belle réussite pour une première», s'est félicité l'adjudant Jonathan, responsable de l'organisation de l'événement.

«Deux dates par an»

Afin d'accueillir participants et spectateurs comme il se doit, divers stands étaient présents sur la zone. Une trentaine de bénévoles ont été mobilisés pour l'organisation. «Le Tarbes Pyrénées Équitation nous a aussi bien aidés dans la mise en place du matériel», reconnaît un des organisateurs.

Parmi les compétiteurs en lice, certains bien connus des épreuves hippiques du sud-ouest, mais aussi bon nombre de nouveaux qui disputaient leur première compétition. «Il y avait beaucoup de débutants dans les séries du matin. Les écuries des alentours sont venues pour faire débuter et passer des niveaux à leurs cavaliers», explique l'adjudant Jonathan.

Pari réussi puisque les chevaux se sont succédé toute la journée sans discontinuer au haras sur des circuits parfois très techniques. Le succès du concours hippique de Tarbes risque fort de donner des idées à l'association organisatrice pour les années à venir.

En effet, elle projette d'en faire un événement régulier et biannuel. «Nous aimerions bloquer deux dates chaque année pour un concours hippique de saut d'obstacles au haras», ambitionne l'adjudant. La Bigorre, nouvel eldorado de l'hippisme en Occitanie ? Qui sait…

Les cavaliers licenciés à la Fédération française d'équitation peuvent à nouveau fouler le haras puisqu'un «warm-up» (session d'entraînement, ndlr.) est prévu ce lundi. Inscription sur place, 12 euros.

Ronan Planchon

 


,

La brigade équestre est de retour en ville

Les agents de la brigade effectuent leurs sorties en binôme./Photo Laurent Dard.
Les agents de la brigade effectuent leurs sorties en binôme./Photo Laurent Dard.

 

 

 

 

 

 

Le mois de juin signe le grand retour de la brigade équestre de Tarbes. Créée en 2004 par la mairie, elle avait été suspendue en 2015, les frais engagés pour son entretien étant jugés trop importants. Le rachat du haras de Tarbes par la municipalité, en juillet 2016, a été l'occasion pour la ville du cheval de remettre en place la brigade, aujourd'hui composée de quatre cavalières et de trois chevaux.

Leur première sortie s'est déroulée sans encombre, le 23juin dernier, à l'occasion des fêtes de Tarbes.

Un temps d'acclimatation nécessaire pour les chevaux

Les ASVP (Agents de surveillance de la voie publique) patrouilleront dans tous les quartiers de la ville dès le mois d'octobre prochain.

Ces cavalières aguerries sont titulaires au minimum d'un galop 6. Pour le moment, elles dressent les chevaux en les habituant au bruit et au stress de la circulation. Ils nécessiteront entre 8 et 12 mois d'entraînement pour être parfaitement adaptés à l'environnement citadin. Julia Weber, membre de l'ancienne brigade équestre de Tarbes, indique ainsi : «Au bout de deux ans, mon cheval s'arrêtait tout seul au feu rouge et repartait au vert». Les chevaux devraient tout de même être opérationnels pour le festival Equestria, durant lequel la brigade interviendra.

Redorer l'image des ASVP

Dès cet été, les agents auront pour mission des opérations «Tranquillité vacances», consistant à surveiller les domiciles dont les propriétaires sont absents. Au fil de l'année prochaine, elles assureront également les sorties d'école et la surveillance des parcs. Elles pourront verbaliser le stationnement, la circulation et les incivilités.

Cependant, comme l'indique Roger-Vincent Calatayud, adjoint à la sécurité de la ville de Tarbes, la brigade équestre est avant tout destinée à «donner plus de visibilité au corps des ASVP».

«Le cheval est vecteur d'une image positive vis-à-vis des populations et des territoires», constate-t-il. La présence d'un animal permet ainsi de favoriser les relations de proximité avec les habitants.

La brigade équestre devrait s'étoffer dans les prochaines années avec le recrutement de nouveaux agents et l'acquisition de chevaux supplémentaires.

L.S.

paru le 24/11/2016



 

 

Pour consulter les articles des mois précédents, cliquez ici

 

 



 

Powered byE2I sports